Publié le 28 mars 2018

ÉNERGIE

Nucléaire : le gouvernement veut créer une méthodologie claire pour déterminer les réacteurs à fermer, selon Nicolas Hulot

Le gouvernement veut "créer un cadre" pour la fermeture des centrales nucléaires, en particulier à l'occasion de l'arrêt de celle de Fessenheim (Haut-Rhin), assure le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot. Il souhaite aussi élaborer une méthodologie destinée à désigner les réacteurs à fermer.

La centrale nucléaire de Fessenheim doit être mise à l'arrêt début 2019 quand l'EPR de Flamanville entrera en service.
@Violetta Kuhn/DPA

Le gouvernement cherche "à construire une méthode avec des paramètres clairs afin de déterminer quels seront les réacteurs qui seront fermés en priorité", a expliqué Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique lors du Forum de la transition énergétique. "Ainsi, les salariés, les territoires qui vont être concernés, les entreprises auront la visibilité dont ils ont besoin pour préparer les reconversions", assure-t-il.

Le gouvernement a renoncé à réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75 à 50 % d'ici à 2025, un objectif prévu dans la loi de transition énergétique de 2015. Cela aurait nécessité la fermeture de "17 à 25 réacteurs".

Par ailleurs, "nous allons essayer notamment à travers la fermeture de Fessenheim de créer un cadre, c'est le fameux contrat de transition écologique qui nous permettra, je l'espère, de le reproduire sur les autres réacteurs", a déclaré Nicolas Hulot au Forum de la transition énergétique. La centrale doit, en effet, fermer ses portes début 2019 quand l’EPR de Flamanville (Manche) entrera en service.

Donner de la visibilité aux salariés et aux territoires

Les contrats de transition écologique (CTE) sont destinés aux territoires qui nécessitent un accompagnement social de la transition énergétique. L'État doit leur fournir un soutien politique, technique et financier.

Ces chantiers s’inscrivent dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour la période 2019-2023. Elle doit déterminer la trajectoire énergétique de la France. "En fonction de la trajectoire de la PPE, nous saurons dans les grandes lignes à peu près quand on va pouvoir fermer les réacteurs", a affirmé Nicolas Hulot, qui souhaite atteindre une proportion de 50 % de nucléaire "le plus vite possible".

Pour l'heure, le gouvernement a retenu comme base de discussion deux scénarios élaborés par le gestionnaire du réseau de transport d'électricité RTE, impliquant la fermeture de 9 ou 16 réacteurs nucléaires d'ici à 2035. Il a écarté d'autres propositions ciblant un nombre plus important de réacteurs. Une première version du texte doit être présentée avant l'été, pour une adoption d'ici à la fin de l'année.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Le premier réacteur de Fessenheim, plus vieille centrale nucléaire de France, mis à l’arrêt définitif

Promesse de campagne de François Hollande, la fermeture de la centrale de Fessenheim a débuté samedi 22 février avec la mise à l’arrêt du premier des deux réacteurs. Si les antinucléaires se sont félicités de la fin de vie d’un équipement situé en zone sensible, les tenants du nucléaire dénoncent le...

Accident de Fukushima sky

[2010-2020] Le jour où l’accident nucléaire de Fukushima a forcé à repenser l’énergie mondiale

Le 11 mars 2011, un gigantesque tsunami ravageait la côte est de l’archipel japonais. Quatre des six réacteurs de Fukushima allaient être très gravement endommagés. Et le monde assistera, stupéfait, à trois explosions qui allaient changer la place de l’atome civil sur toute la planète. À l'occasion...

Jean Bernard Levy PDG d EDF EDF

EDF lance un plan d’urgence sur la filière nucléaire à l’heure où se joue l’avenir de l’atome

EDF a présenté, vendredi 13 décembre, un plan destiné à améliorer la filière industrielle nucléaire et va nommer un responsable chargé de son application, en réponse à un rapport accablant sur le chantier de l'EPR de Flamanville remis au gouvernement en octobre dernier. Au-delà de la situation...

Fondation de l EPR de Flamanville en Normandie en 2007 N BMychelleDaniau ConvertImage

[À l’origine] L’EPR, la naissance difficile d’un réacteur nucléaire pensé pour rapprocher la France et l’Allemagne

L’EPR a été pensé comme un grand projet franco-allemand marquant l’alliance des deux pays après la chute du mur de Berlin. Mais l’entente entre Framatome et Siemens sera difficile alors que l’Allemagne va peu à peu s’éloigner de l’atome et que la filière nucléaire française va se déchirer.