Publié le 26 juillet 2019

ÉNERGIE

Nucléaire : la mise en service de l'EPR de Flamanville encore retardée d'au moins trois ans

La mise en service de l'EPR de Flamanville (Manche) sera encore retardée d'au moins trois ans à la suite des problèmes de soudures, a admis vendredi 26 juillet EDF, qui prendra plusieurs mois pour préciser le nouveau calendrier et les coûts du chantier. Si cette nouvelle était attendue, ce nouveau délai porte le retard de la mise en service du réacteur à 10 ans.

EPR de Flamanville 2019 EDF
L'EPR de Flamanville d'EDF, photographié en juin 2019.
@EDF

EDF planche actuellement sur trois scénarios pour réparer des soudures du réacteur de nouvelle génération, qui doivent être reprises à la demande de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). "Le temps qu'il faudra pour préparer la réparation, effectuer la réparation, tester la réparation, faire valider par l'ASN ce que nous avons fait et ensuite remettre l'installation en situation d'être à nouveau testée et préparée pour une mise en service... Ceci nous amène des délais de plus de trois ans", a déclaré le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy.

"Donc, nous ne pensons pas qu'une mise en service soit envisageable avant fin 2022", a-t-il poursuivi lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes. "Après instruction détaillée des trois scénarios et échanges avec l'ASN, le groupe communiquera dans les prochains mois sur les implications du scénario retenu en termes de planning et de coût", indique EDF. Le chargement du combustible nucléaire était jusqu'à présent officiellement prévu fin 2019 pour une enveloppe de 10,9 milliards d'euros. Le calendrier et les coûts ont déjà dérapé à de multiples reprises.

Les réparations s'annoncent complexes car elles concernent huit soudures difficilement accessibles, situées dans la traversée de l'enceinte de confinement, la grosse structure de béton qui doit retenir les éléments radioactifs en cas d'accident. EDF envisage trois méthodes : extraire les tuyaux par l'extérieur du bâtiment, intervenir directement par l'espace étroit entre les enceintes ou faire intervenir un robot dans la tuyauterie. Le premier scénario semble avoir "la faisabilité la plus acquise", a dit récemment un dirigeant d'EDF devant des parlementaires. Même si Jean-Bernard Lévy garde les trois options ouvertes.

Pas d’abandon envisagé

Le dossier est très sensible pour la France, qui veut attendre que l'EPR de Flamanville ait fait ses preuves avant de se lancer éventuellement dans la construction de nouveaux réacteurs pour remplacer à terme son parc en partie vieillissant. Bercy a commandé début juillet un audit à l'ancien patron de PSA Jean-Martin Folz sur la filière EPR pour faire la lumière sur les déboires à répétition du chantier de Flamanville. Son abandon pur et simple a même été évoqué mais écarté par l'État, actionnaire à près de 84 % d'EDF.

"Ça n'est pas une hypothèse possible d'abandonner Flamanville mais il faut bien comprendre pourquoi nos ingénieurs nous ont sorti un réacteur qui n'est pas robuste, capable d'être construit rapidement, avec des résultats financiers qui soient satisfaisants", estimait récemment une source gouvernementale. "Nous avons maintenant un problème critique de filière, de compétences et de savoir-faire", a-t-elle jugé.

Cette annonce s’est inscrite dans le cadre de la publication des résultats semestriels de l’électricien historique. Il affiche un bénéfice net en hausse de 44,7 % à 2,5 milliards d'euros au premier semestre, porté par la valorisation de son portefeuille d'actifs dédiés pour couvrir les frais de démantèlement et de gestion des déchets, et a confirmé ses objectifs.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Le premier réacteur de Fessenheim, plus vieille centrale nucléaire de France, mis à l’arrêt définitif

Promesse de campagne de François Hollande, la fermeture de la centrale de Fessenheim a débuté samedi 22 février avec la mise à l’arrêt du premier des deux réacteurs. Si les antinucléaires se sont félicités de la fin de vie d’un équipement situé en zone sensible, les tenants du nucléaire dénoncent le...

Accident de Fukushima sky

[2010-2020] Le jour où l’accident nucléaire de Fukushima a forcé à repenser l’énergie mondiale

Le 11 mars 2011, un gigantesque tsunami ravageait la côte est de l’archipel japonais. Quatre des six réacteurs de Fukushima allaient être très gravement endommagés. Et le monde assistera, stupéfait, à trois explosions qui allaient changer la place de l’atome civil sur toute la planète. À l'occasion...

Jean Bernard Levy PDG d EDF EDF

EDF lance un plan d’urgence sur la filière nucléaire à l’heure où se joue l’avenir de l’atome

EDF a présenté, vendredi 13 décembre, un plan destiné à améliorer la filière industrielle nucléaire et va nommer un responsable chargé de son application, en réponse à un rapport accablant sur le chantier de l'EPR de Flamanville remis au gouvernement en octobre dernier. Au-delà de la situation...

Fondation de l EPR de Flamanville en Normandie en 2007 N BMychelleDaniau ConvertImage

[À l’origine] L’EPR, la naissance difficile d’un réacteur nucléaire pensé pour rapprocher la France et l’Allemagne

L’EPR a été pensé comme un grand projet franco-allemand marquant l’alliance des deux pays après la chute du mur de Berlin. Mais l’entente entre Framatome et Siemens sera difficile alors que l’Allemagne va peu à peu s’éloigner de l’atome et que la filière nucléaire française va se déchirer.