Publié le 23 novembre 2017

ÉNERGIE

Nucléaire : Barbara Pompili veut un échéancier pour la fermeture des centrales, Édouard Philippe refuse tout fétichisme de dates

Alors que le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot a annoncé un report de l’objectif de 50 % de nucléaire en France, Barbara Pompili, présidente de la commission du Développement durable de l'Assemblée, a annoncé la création d’une mission pour programmer la fermeture des centrales. De son côté, le Premier ministre, qu’Édouard Philippe réaffirme un horizon entre 2030 et 2035. 

Barbara Pompili, présidente de la commission du Développement durable de l'Assemblée, le lancement d'une mission d'information sur la sûreté nucléaire.
J. Demarthon AFP

Barbara Pompili, présidente de la commission du Développement durable de l'Assemblée et ex-secrétaire d'État à la Biodiversité, a annoncé mercredi 22 novembre le lancement, d'ici la fin de l'année, d'une mission d'information sur la sûreté nucléaire pour nourrir la réflexion sur la fermeture de centrales.

"On va lancer une mission d'information sur la sûreté nucléaire, et éventuellement aussi sur la dimension financière, pour pouvoir apporter notre pierre à la réflexion. Cela concerne les territoires, les emplois, je ne veux pas faire ça n'importe comment mais je veux que fin 2018 on ait une idée claire", a déclaré cette élue LREM (issue des rangs écologistes) devant l'Association des journalistes parlementaires (AJP).

En annonçant récemment le report, après 2025, de la réduction de la part du nucléaire à 50 % de la production électrique, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a assuré que "dans un an, nous aurons un scénario totalement planifié" et "nous serons capables de savoir combien de réacteurs, à quelle échéance et sur quels critères nous allons parvenir à cet objectif".

Une vraie programmation

Sur cette "question essentielle de transition énergétique et écologique et alors que les enjeux sont graves, il faut agir avec méthode, intelligence, en associant les acteurs mais en arrêtant de passer son temps à reculer. L'annonce de Nicolas Hulot, paradoxalement, va nous entraîner dans une action exigeante", a plaidé Barbara Pompili.

Pour celle qui fut secrétaire d'Etat sous le quinquennat Hollande, "la programmation pluriannuelle de l'énergie doit concentrer nos efforts", et elle se considérera elle-même "en échec si cette programmation n'est pas digne de ce nom".

"L'échéancier est demandé aussi par le monde économique et les territoires, qui veulent savoir où on va pour se préparer", a ajouté cette députée de la Somme. Interrogée sur les centrales nucléaires qu'il faudrait fermer en priorité, la présidente de la commission du Développement durable a rappelé que "Fessenheim, c'est dans les tuyaux", et évoqué plusieurs critères pour les autres cas.

2030-2035, un horizon sain

"S'il y a vraiment des réacteurs trop anciens ou qui posent un certain nombre de problèmes pour les sécuriser, mais aussi des réacteurs posant des problèmes un peu diplomatiques avec nos voisins comme l'Allemagne ou la Suisse, c'est par exemple dans ceux-là qu'il faudra regarder", selon elle.

De son côté, le Premier  ministre Édouard Philippe, invité de l'émission "En direct de Médiapart", a affirmé ne pas être un "fétichiste de la date" pour diminuer à 50% la part du nucléaire dans l'électricité française, en qualifiant d'"horizon sain" la nouvelle fourchette de 2030-2035 fixée par l'exécutif.

L'objectif des 50 % "sera atteint à un rythme qui sera crédible, pour garantir la sûreté et la sécurité de la production d'énergie, l'accessibilité à cette énergie et à un coût supportable pour les Français de la transition" énergétique, a déclaré le Premier ministre

"Il y a quand même toute une série de territoires où le tissu humain, social, industriel, s'est organisé autour de ça (le nucléaire). On peut le regretter ou s'en féliciter, mais c'est comme ça", a souligné le Premier ministre.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Corinne Lepage JOEL SAGET AFP

Coupures de courant : "Ce n'est pas la guerre en Ukraine qui est en cause mais la défaillance de notre parc nucléaire", Corinne Lepage

"Les tensions sur le réseau électrique prévues cet hiver, c'est à cause de la guerre en Ukraine". "Le nucléaire permet de garantir notre indépendance". "C'est l'énergie la moins chère". "Les renouvelables ne produisent rien"... Autant de "contre-vérités" autour de l’énergie nucléaire et des énergies...

Centrale nucleaire de penly dieppe seine maritime LOU BENOISTAFP

Après les renouvelables, le gouvernement accélère sur le nucléaire : un agenda à marche forcée dénoncé par les ONG

Le gouvernement entend présenter courant octobre un projet de loi pour accélérer sur le nucléaire, deuxième pilier de la stratégie énergétique portée par Emmanuel Macron, avec les énergies renouvelables. L'objectif est de poser la première pierre du futur EPR avant 2027. Mais pour les ONG, ce...

Centrale nucleaire Zaporijia Ukraine Ralf1969

Guerre en Ukraine : Les craintes autour de la centrale de Zaporijia peuvent-elles freiner le développement du nucléaire ?

Occupée par la Russie depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, la centrale de Zaporijia, au sud du pays, est au cœur des préoccupations. Elle est utilisée comme une arme de guerre et fait régulièrement l’objet d’attaques. De quoi interroger la sûreté des installations nucléaires dans un tel...

Exercice incident nuclaire centrale de zaporijia ukraine DIMITAR DILKOFF AFP

Guerre en Ukraine : Des experts attendus dans la plus puissante centrale européenne pour éviter une catastrophe nucléaire

Plusieurs experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sont en route vers la centrale de Zaporijia, située dans le sud de l’Ukraine, la plus puissante d’Europe. Au cœur du conflit, cette installation occupée par les Russes depuis le début de l'invasion, est régulièrement visée par...