Publié le 22 mai 2017

ÉNERGIE

La Suisse ne construira plus de réacteurs nucléaires

Lors d’un référendum sur la loi Énergie le 21 mai 2017, les Suisses ont acté qu’il n’y aura plus de nouvelles constructions nucléaires dans le pays. En revanche, les cinq réacteurs en service pourront continuer de fonctionner tant que leur sûreté sera garantie. Par ailleurs, le texte adopté prévoit un soutien massif aux renouvelables et une baisse de la consommation d'énergie.

La centrale nucléaire de Beznau a été mise en service en 1969.
DR

Depuis 2011 et l’accident nucléaire de Fukushima au Japon, la Suisse avait du mal à se décider sur l'avenir de son parc nucléaire. Le référendum du dimanche 21 mai a fini par trancher la question. 58,2 % des Suisses se sont exprimés en faveur de la nouvelle loi fédérale sur l’énergie. Elle prévoit la fermeture progressive des réacteurs nucléaires, la montée en puissance des énergies renouvelables et la réduction de la consommation énergétique. Le parti vert parle d’une révolution qui fait "entrer la Suisse dans le 21e siècle". Le parti conservateur UDC craint une hausse de la facture énergétique des ménages.

Le virage énergétique voulu par Berne est en réalité tout en douceur. La priorité est d’abord la diminution de la consommation d’électricité. Un sujet important alors que le pays importe la majorité de ses électrons et toute son énergie fossile. La loi prévoit d’abaisser la consommation d’électricité de 16 % en 2020 par rapport à 2000 et de 43 % en 2035. Il s’agit également de promouvoir des bâtiments et des modes de transports moins énergivores et moins polluants.

 

Financer les renouvelables

 

La seconde partie du programme vise à modifier le mix électrique du pays. Celui-ci compte aujourd’hui 60 % d’hydroélectricité, 33,5 % de nucléaire, 4% de thermique (gaz et charbon) et 2,5 % d’énergies vertes (éolien, photovoltaïque, biomasse). D’une part, le texte approuvé par les Suisses va permettre le déploiement d'un programme de financement supplémentaire annuel de 480 millions de francs (440 millions d’euros) en faveur des énergies renouvelables.

D’autre part, le pays ne construira plus de nouveaux réacteurs nucléaires. La Suisse compte aujourd’hui cinq tranches : deux à Beznau (parmi les plus vielles au monde), une à Mühleberg, une à Gösgen et une autre à Leibstadt. La loi indique que ces tranches, mises en service entre 1969 et 1984, pourront continuer à fonctionner tant que leur sûreté sera garantie. Fin 2016, la population avait rejeté une votation qui proposait une mise à l’arrêt de ces outils de production après 45 années. Aujourd'hui, une durée de vie de 60 ans est évoquée dans le pays.

 

Troisième pays en Europe à abandonner le nucléaire

 

Depuis la catastrophe au Japon, la Suisse est le troisième pays en Europe à se placer sur une trajectoire de sortie du nucléaire... Même s’il faudra encore quelques décennies avant d'assister à la fission du dernier atome helvète. L’Allemagne a déjà mis à l’arrêt la moitié de son parc et fermera l’ensemble de ses réacteurs en 2022. L’Italie qui avait arrêté son programme nucléaire après l'accident de Tchernobyl en 1986 était en train de relancer des projets en 2011. Tous ont été abandonnés.

La France, qui a le mix énergétique le plus nucléarisé au monde, a, de son côté, décidé de réduire la part de l'atome. Selon la loi de transition énergétique, cette énergie doit passer de 75 à 50 % de la production en 2025. Le nouveau Président de la République, Emmanuel Macron, a assuré qu’il respectera cet engagement. Paris n’a pas mis fin à ses projets pour autant puisqu’un nouveau réacteur, l’EPR de Flamanville (Manche), doit démarrer fin 2018.

Ludovic Dupin, @ludovicdupin


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Logo EDF nucleaire AlainJocard AFP

L'État contraint EDF à contenir la facture d'électricité des Français et lui ajoute une difficulté de plus

Une semaine noire pour EDF. Après l'annonce de nouveaux retards de livraison de son réacteur EPR et le prolongement de la mise à l'arrêt d'importants réacteurs nucléaires, l'État impose désormais à l’électricien la vente de plus d'électricité à bas prix à ses concurrents. Si l’objectif est de...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Le nouveau retard de Flamanville inquiète quant au pari nucléaire du gouvernement

Le réacteur EPR de nouvelle génération de Flamanville est encore repoussé de quelques mois. En chantier depuis 2007, il devait entré en service en 2012 mais il multiplie les déboires et les surcoûts. De quoi inquiéter alors que le président Emmanuel Macron a dit envisager de construire six nouveaux...

Centrale nucleaire de Chooz EDF

Europe : le gaz et le nucléaire brouillent le message de la taxonomie, LE référentiel d’activités vertes

Les si chères énergies que sont le gaz et le nucléaire se sont in extremis invitées dans les projets verts européens de 2022. Le texte qui prévoit de les intégrer à la taxonomie, le référentiel des activités favorables aux objectifs environnementaux de l’Union, a été publié le 31 décembre. Il ouvre...

Emmanuel Macron allocution ADRIEN FILLON HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Le cap nucléaire d’Emmanuel Macron pourrait déstabiliser le Green Deal européen

En pleine COP26, le président français a annoncé lors de son allocution du 9 novembre sa volonté de relancer "la création de réacteurs nucléaires pour garantir la souveraineté électrique de la France" et "atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050". Cette stratégie nationale n’est pas celle...