Publié le 21 juillet 2008

ÉNERGIE

Le nucléaire manque de talents et d'investissements

Manque de main-d'oeuvre qualifiée, perte massive de compétences, remise en cause de son faible impact environnemental... A ces difficultés s'ajoutent le manque de confiance des institutions financières internationales, ainsi que la compétition de secteurs très dynamiques comme le gaz naturel, le charbon et les énergies renouvelables.

default

Art Stall, directeur de la branche nucléaire au sein du groupe Florida Power & Light Company, expliquait que " l'euphorie qui avait entouré la renaissance avait été quelque peu refroidie par la réalité des défis liés à la construction de nouvelles centrales ", lors du congrès annuel de l'American Nuclear Society de 2007. Selon lui, l'un des défis majeurs est de trouver du personnel qualifié - artisans, techniciens, ingénieurs et scientifiques,- pour assurer la construction et l'exploitation des centrales. Le problème est identique en France, où Areva a lancé le recrutement de 400 ingénieurs en 2006 et de 750 de plus en 2007, mais sans communiquer le taux de réussite de ces campagnes. Le rapport World Nuclear Industry Status prévient : " S'il est déjà difficile d'embaucher le personnel dont on a besoin pour les programmes nucléaires en cours, on peut se demander d'où viendrait la main d'oeuvre qualifiée en cas d'expansion majeure ".

Les auteurs rappellent que, de manière générale, le domaine de l'électricité dans son ensemble n'est pas un secteur qui attire les jeunes talents... "Aujourd'hui, la plupart des étudiants talentueux et prometteurs veulent travailler dans des secteurs high-tech plus séduisants ", rapportait, en 2005, une analyse du Hay Group au titre provocateur : "Tendances de la main d'oeuvre à porter un coup fatal au secteur de l'électricité et du gaz". Autre défi et non des moindres : le scepticisme des institutions financières internationales et des analystes à l'égard du nucléaire. Dans une analyse récente, Standard & Poor's souligne l'aspect risqué de ces investissements. " Par le passé, il était facile de garantir les contrats d'ingénierie, de passation des marchés et de construction. Cependant, avec des matières premières en hausse, une main d'oeuvre de spécialistes du nucléaire appauvrie, et une forte demande en projets d'investissement lourds de par le monde, les coûts de construction augmentent rapidement. Tout cela peut affecter de façon significative les compagnies d'électricité (...) ".
En octobre 2007, l'agence de notation Moody's estimait également " qu'il ne faut pas sous-estimer les risques d'exécution liés à des projets de construction de cette nature. (...) Une bonne partie des prévisions actuelles relatives à de nouvelles capacités de production nucléaire sont excessivement ambitieuses (...) Les coûts associés à la prochaine génération de construction nucléaire pourraient être significativement plus élevés que l'estimation de nombreux représentants de l'industrie."

Véronique Smée
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Akademic lemonosov 2 rosatom

La Russie lance sa première centrale nucléaire flottante pour exploiter le pétrole de l’Arctique

La volonté de nombreux pays, dont la Russie, de profiter de la fonte des glaces du Grand Nord pour exploiter les gigantesques réserves pétrolières qui s’y trouvent n’est pas une surprise. Mais l’utilisation de centrales nucléaires pour alimenter des sites industriels isolés est une autre paire de...

[Science] Le nuage radioactif qui a survolé la France en 2017 venait bien de Russie

Fin septembre 2017, un nuage radioactif a survolé une large partie de l’Europe. Les autorités nucléaires françaises ont alors soupçonné un accident dans un centre de traitement de déchets en Russie, ce que Moscou a démenti. Deux ans plus tard, une étude internationale confirme l’implication du...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Nucléaire : la mise en service de l'EPR de Flamanville encore retardée d'au moins trois ans

La mise en service de l'EPR de Flamanville (Manche) sera encore retardée d'au moins trois ans à la suite des problèmes de soudures, a admis vendredi 26 juillet EDF, qui prendra plusieurs mois pour préciser le nouveau calendrier et les coûts du chantier. Si cette nouvelle était attendue, ce nouveau...

[Décryptage] Pourquoi la chute du réacteur nucléaire EPR ne devrait réjouir personne

Le nouveau retard de l’EPR, qui ne devra pas démarrer avant 2022 au mieux, est un terrible coup de boutoir pour EDF et pour tout le programme de nouveau nucléaire en France. Mais c’est aussi une très mauvaise nouvelle pour la politique climatique française. Car sans la puissance de l’EPR et alors...