Publié le 17 octobre 2019

ÉNERGIE

Le gouvernement fait plancher EDF sur six nouveaux réacteurs EPR

Officiellement rien n’est arrêté mais ce courrier envoyé par le gouvernement à la direction d'EDF a mis leu feu aux poudres. Les ministres de l'Économie et de la Transition écologique demandent à l'énergéticien de présenter d'ici mi-2021 un dossier complet sur les forces et les faiblesses de la filière et évoquent la construction de six nouveaux EPR. Les opposants au nucléaire dénoncent le caractère non démocratique d'une mesure qui semble déjà actée. 

EPR Flamanville EDF 01
L'EPR en construction à Flamanville (Manche) entrera au mieux en service en 2023.
@EDF

Le gouvernement a adressé à EDF une lettre évoquant six éventuelles centrales EPR à construire, option défendue par la filière nucléaire. "Une hypothèse de travail qui ne présage en rien des décisions à venir", a-t-il toutefois tenu à assurer. Dans cette lettre datée du 12 septembre, rendue publique par Le Monde et dont l'AFP a eu une copie, les ministres de l'Économie et de la Transition écologique demandent au PDG Jean-Bernard Lévy de travailler à une analyse des forces et faiblesses de la filière.   

Le gouvernement fixe ainsi pour "mi-décembre 2019, une analyse des capacités de la filière nucléaire pour être en mesure de répondre à l'exécution d'un programme de construction de trois paires de réacteurs sur trois sites distincts, chaque paire étant espacée de quatre ans". "Nous souhaitons que la filière nucléaire se mobilise pour apporter au gouvernement les éléments permettant de démontrer sa capacité à répondre à un programme de construction de nouveaux réacteurs dans des délais et des coûts impartis", ajoute le texte.   

Aucune nouveauté selon le ministère de la Transition écologique

"Ce courrier s'inscrit dans le processus de travail qui permettra d'apporter d'ici mi-2021 tous les éléments nécessaires à une décision éclairée sur l'engagement éventuel d'un programme de construction de réacteurs nucléaires neufs de type EPR2 en France, comme annoncé dans la PPE (Programmation pluriannuelle de l'énergie, feuille de route énergétique de la France, NDLR) publiée en janvier. Il n'y a aucune nouveauté", précise le ministère de la Transition écologique.    

Le projet de PPE pour les dix ans à venir actait la fermeture de 14 réacteurs d'ici 2035 tout en ouvrant la porte à la construction de nouveaux réacteurs. Le gouvernement se laisse jusqu'en 2022 pour décider de lancer la construction éventuelle de ces nouveaux EPR afin d'anticiper le remplacement de réacteurs vieillissants. L'EPR2 est une variante à l'étude de l'EPR actuel, qui doit être plus simple et moins chère alors que l'EPR en cours de construction à Flamanville (Manche) accumule les déboires

Dans un communiqué, le Réseau Sortir du nucléaire s'est inquiété lundi soir que "sans aucune décision démocratique, le gouvernement donne à EDF une lettre de mission pour poursuivre sa fuite en avant". "Nous dénonçons cette fuite en avant absurde et suicidaire, qui met en danger à la fois l’environnement, les alternatives énergétiques et les finances publiques."  

Concepcion Alvarez avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Visite Creusot nucleaire Framatome Emmanuel macron LaurentCipriani Pool AFP

Pour Emmanuel Macron, l’avenir de l’atome en France passe par le nucléaire militaire

Emmanuel Macron voulait apporter des gages de pérennité et des perspectives à la filière nucléaire, à l’occasion d’une visite dans une usine emblématique de cette industrie mardi 8 décembre. S’il ne s’est pas engagé sur la construction de nouveaux réacteurs ou la prolongation du parc existant, il a...

Piscine de refroidissement la hague CA

Déchets nucléaires : en Europe, 60 000 tonnes de combustibles usés hautement radioactifs attendent un stockage définitif

Le premier réacteur nucléaire a été mis en service en 1954. Pourtant, près de 70 ans plus tard, aucune solution de stockage définitif n'a encore été mise en place pour accueillir les déchets les plus radioactifs. Ceux-ci représentent plus de 60 000 tonnes rien qu'en Europe, dont un quart se trouve...

Premier ministre Suga Japon Fukushima Tepco

À Fukushima, l’eau contaminée va bientôt être rejetée en mer

Fukushima déborde. Les centaines de milliers de mètres cubes d’eau contaminée s’accumulent sur le site de la centrale nucléaire détruite. Neuf ans après la catastrophe, l’opérateur Tepco arrive au bout de ses capacités de stockage. Depuis des années, des experts appellent à diluer cette eau...

Rejets de futs de dechets radioactifs manche INA

[Les monstres des abysses] Quand l’humanité noyait ses déchets nucléaires au fond de l’océan

La gestion des déchets nucléaires est un vrai casse-tête. Lors du déploiement de l’atome civil sur la planète, la solution de l’immersion de déchets en mer a été employée par plus d’une dizaine du pays. Ce sont des milliers de tonnes de ces bombes à retardement qui reposent aujourd’hui sur le...