Publié le 29 janvier 2018

ÉNERGIE

Le gendarme de l’atome juge que le nucléaire se porte mieux en France

Après plusieurs années d’incertitudes liées à la réorganisation de la filière nucléaire en France et à des anomalies génériques sur le parc de centrales, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) estime que la situation s’est améliorée. Elle se réjouit, en particulier, du renflouement d’Areva. En revanche, elle se montre plus pessimiste sur un démarrage dès 2019 du réacteur nucléaire EPR à Flamanville (Manche). 

L'EPR de Flamanville doit démarrer en 2019, mais l'ASN juge qu'il reste beaucoup de dossiers à traiter pour délivrer une autorisation.
EDF

Le contexte en matière de sûreté nucléaire en France est aujourd'hui "moins préoccupant" qu'il y a un an, a jugé lundi le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet. "Le contexte général est en amélioration, moins préoccupant", a-t-il déclaré à l'occasion de la présentation de ses vœux à la presse.

Parmi les dossiers dans lesquels des progrès ont été effectués figurent les problèmes de la teneur en carbone de certains équipements nucléaires, comme la cuve de l'EPR de Flamanville, les irrégularités à l'usine du Creusot ou encore les difficultés financières d'entreprises du secteur.

Sur ce dernier point, la restructuration et le renflouement d'Areva représentent "une étape importante qui a été franchie". "Nous serons attentifs à ce que ces nouvelles capacités techniques et financières arrivent bien aux bons endroits en quantité et en nombre", a dit Pierre-Franck Chevet.

Il a aussi fait état d'un certain nombre de "points de vigilance" de l'ASN. En particulier, EDF "rencontre des difficultés persistantes dans la gestion de la conformité des matériels", a-t-il remarqué. Le gendarme du nucléaire a ainsi demandé à l'électricien un "plan d'action" avant une réunion sur le sujet à la fin du semestre.

"On peut être amenés pour des raisons de sûreté à arrêter une dizaine de réacteurs. Partant de là, il faut que le système électrique soit capable d'y faire face", a aussi rappelé Pierre-Franck Chevet. Il a fait cette remarque au moment où la France veut réduire la part du nucléaire dans sa production d'électricité et que s'élabore la Programmation pluriannuelle de l'énergie pour les années 2019-2023.

Calendrier tendu pour l’EPR de Flamanville

Par ailleurs, l’ASN s'est montrée prudente lundi sur le calendrier du démarrage du futur EPR de Flamanville (Manche) par EDF, théoriquement prévu en fin d'année. "Ça sera tendu" et "ça sera le calendrier de sûreté qui s'imposera", a déclaré le président de l'ASN Pierre-Franck Chevet à l'occasion de ses vœux à la presse.

"Quand on en saura plus sur ce qui manque etc. on le dira, pour l'instant c'est tendu", a-t-il répété. L'électricien EDF prévoit de démarrer l'EPR de Flamanville fin 2018, pour une mise en service commerciale en 2019.

Mais il doit auparavant obtenir le feu vert de l'ASN. La demande d'autorisation comporte deux phases: la mise en service partielle au moment où le combustible arrive sur le site, puis une autorisation pour l'introduction du combustible dans la cuve. "Il y a encore de nombreux dossiers à transmettre par l'exploitant EDF", a souligné Sylvie Cadet-Mercier, commissaire à l'ASN.

Le chantier de construction de ce réacteur a accumulé les déboires et les retards depuis son lancement en 2007. Des anomalies concernant la composition de l'acier du couvercle et du fond de la cuve ont ainsi été découvertes. L'ASN a exigé que le couvercle de la cuve soit remplacé avant la fin 2024.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Piscine de refroidissement la hague CA

Déchets nucléaires : en Europe, 60 000 tonnes de combustibles usés hautement radioactifs attendent un stockage définitif

Le premier réacteur nucléaire a été mis en service en 1954. Pourtant, près de 70 ans plus tard, aucune solution de stockage définitif n'a encore été mise en place pour accueillir les déchets les plus radioactifs. Ceux-ci représentent plus de 60 000 tonnes rien qu'en Europe, dont un quart se trouve...

Premier ministre Suga Japon Fukushima Tepco

À Fukushima, l’eau contaminée va bientôt être rejetée en mer

Fukushima déborde. Les centaines de milliers de mètres cubes d’eau contaminée s’accumulent sur le site de la centrale nucléaire détruite. Neuf ans après la catastrophe, l’opérateur Tepco arrive au bout de ses capacités de stockage. Depuis des années, des experts appellent à diluer cette eau...

Rejets de futs de dechets radioactifs manche INA

[Les monstres des abysses] Quand l’humanité noyait ses déchets nucléaires au fond de l’océan

La gestion des déchets nucléaires est un vrai casse-tête. Lors du déploiement de l’atome civil sur la planète, la solution de l’immersion de déchets en mer a été employée par plus d’une dizaine du pays. Ce sont des milliers de tonnes de ces bombes à retardement qui reposent aujourd’hui sur le...

Centrale nucleaire de Barakah Qatar AIEA

Le premier réacteur nucléaire du monde arabe entre en service

Les Émirats arabes unis ont annoncé, le 1er août, la mise en service de leur premier réacteur dans la centrale de Barakah. Une première dans cette région du monde dont les besoins énergétiques ont été assurés historiquement par le pétrole et le gaz. Mais le démarrage de cette unité interroge alors...