Publié le 29 janvier 2018

ÉNERGIE

Le gendarme de l’atome juge que le nucléaire se porte mieux en France

Après plusieurs années d’incertitudes liées à la réorganisation de la filière nucléaire en France et à des anomalies génériques sur le parc de centrales, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) estime que la situation s’est améliorée. Elle se réjouit, en particulier, du renflouement d’Areva. En revanche, elle se montre plus pessimiste sur un démarrage dès 2019 du réacteur nucléaire EPR à Flamanville (Manche). 

L'EPR de Flamanville doit démarrer en 2019, mais l'ASN juge qu'il reste beaucoup de dossiers à traiter pour délivrer une autorisation.
EDF

Le contexte en matière de sûreté nucléaire en France est aujourd'hui "moins préoccupant" qu'il y a un an, a jugé lundi le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet. "Le contexte général est en amélioration, moins préoccupant", a-t-il déclaré à l'occasion de la présentation de ses vœux à la presse.

Parmi les dossiers dans lesquels des progrès ont été effectués figurent les problèmes de la teneur en carbone de certains équipements nucléaires, comme la cuve de l'EPR de Flamanville, les irrégularités à l'usine du Creusot ou encore les difficultés financières d'entreprises du secteur.

Sur ce dernier point, la restructuration et le renflouement d'Areva représentent "une étape importante qui a été franchie". "Nous serons attentifs à ce que ces nouvelles capacités techniques et financières arrivent bien aux bons endroits en quantité et en nombre", a dit Pierre-Franck Chevet.

Il a aussi fait état d'un certain nombre de "points de vigilance" de l'ASN. En particulier, EDF "rencontre des difficultés persistantes dans la gestion de la conformité des matériels", a-t-il remarqué. Le gendarme du nucléaire a ainsi demandé à l'électricien un "plan d'action" avant une réunion sur le sujet à la fin du semestre.

"On peut être amenés pour des raisons de sûreté à arrêter une dizaine de réacteurs. Partant de là, il faut que le système électrique soit capable d'y faire face", a aussi rappelé Pierre-Franck Chevet. Il a fait cette remarque au moment où la France veut réduire la part du nucléaire dans sa production d'électricité et que s'élabore la Programmation pluriannuelle de l'énergie pour les années 2019-2023.

Calendrier tendu pour l’EPR de Flamanville

Par ailleurs, l’ASN s'est montrée prudente lundi sur le calendrier du démarrage du futur EPR de Flamanville (Manche) par EDF, théoriquement prévu en fin d'année. "Ça sera tendu" et "ça sera le calendrier de sûreté qui s'imposera", a déclaré le président de l'ASN Pierre-Franck Chevet à l'occasion de ses vœux à la presse.

"Quand on en saura plus sur ce qui manque etc. on le dira, pour l'instant c'est tendu", a-t-il répété. L'électricien EDF prévoit de démarrer l'EPR de Flamanville fin 2018, pour une mise en service commerciale en 2019.

Mais il doit auparavant obtenir le feu vert de l'ASN. La demande d'autorisation comporte deux phases: la mise en service partielle au moment où le combustible arrive sur le site, puis une autorisation pour l'introduction du combustible dans la cuve. "Il y a encore de nombreux dossiers à transmettre par l'exploitant EDF", a souligné Sylvie Cadet-Mercier, commissaire à l'ASN.

Le chantier de construction de ce réacteur a accumulé les déboires et les retards depuis son lancement en 2007. Des anomalies concernant la composition de l'acier du couvercle et du fond de la cuve ont ainsi été découvertes. L'ASN a exigé que le couvercle de la cuve soit remplacé avant la fin 2024.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Incendie centrale nucleaire ukraine ZAPORIZHZHIA NUCLEAR AUTHORITY AFP

"Terreur nucléaire" en Ukraine après le contrôle par l'armée russe de la plus puissante centrale européenne

C'est inédit. Jamais un pays aussi nucléarisé que l'Ukraine n'avait été au cœur d'un conflit aussi important. Après avoir bombardé la plus grande centrale nucléaire d'Europe, à l'origine d'un incendie sur un bâtiment mais sans fuite radioactive, l'armée russe a pris le contrôle du site. Après cette...

Emmanuel Macron usine GE Belfort strategie energetique 2050 100222 capture d ecran elysee

Énergie : Emmanuel Macron annonce une "renaissance du nucléaire français"

Emmanuel Macron, en déplacement à Belfort jeudi 10 février pour présenter sa stratégie énergétique, a fait le choix de la réindustrialisation du pays et de la technologie, en l'occurrence, le nucléaire. Il annonce le lancement de six nouveaux EPR, le premier entrant en service en 2035 et laisse la...

Logo EDF nucleaire AlainJocard AFP

L'État contraint EDF à contenir la facture d'électricité des Français et lui ajoute une difficulté de plus

Une semaine noire pour EDF. Après l'annonce de nouveaux retards de livraison de son réacteur EPR et le prolongement de la mise à l'arrêt d'importants réacteurs nucléaires, l'État impose désormais à l’électricien la vente de plus d'électricité à bas prix à ses concurrents. Si l’objectif est de...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Le nouveau retard de Flamanville inquiète quant au pari nucléaire du gouvernement

Le réacteur EPR de nouvelle génération de Flamanville est encore repoussé de quelques mois. En chantier depuis 2007, il devait entré en service en 2012 mais il multiplie les déboires et les surcoûts. De quoi inquiéter alors que le président Emmanuel Macron a dit envisager de construire six nouveaux...