Publié le 30 septembre 2019

ÉNERGIE

La centrale nucléaire de Fessenheim sera fermée le 30 juin et cela coûtera 400 millions d'euros à l'État

Le premier réacteur de Fessenheim fermera le 22 février 2020, le second le 30 juin. Cela en sera fini de l’aventure atomique en Alsace.  EDF recevra au moins 400 millions d'euros à l'État pour la fermeture anticipée de cette installation dès l'an prochain, auxquels s'ajouteront des sommes variables représentant son manque à gagner.

La centrale de Fessenheim est entrée en service en 1977 et sera arrêtée en 2020.
@ViolettaKuhn/DPA

EDF a indiqué dans un communiqué avoir "adressé au ministre chargé de la Transition écologique et solidaire et à l'Autorité de sûreté nucléaire la demande d'abrogation d'exploiter ainsi que la déclaration de mise à l'arrêt définitif des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim". Cette demande prévoit un arrêt du réacteur n°1 le 22 février et du réacteur n° 2 le 30 juin 2020. Ces dates correspondent au calendrier annoncé la semaine dernière par la secrétaire d'État à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon.

EDF ajoute avoir signé avec l'État le "protocole d'indemnisation" pour dédommager l'entreprise de cette fermeture anticipée. Il se traduira par un versement proche de 400 millions d'euros sur les quatre ans suivant l'arrêt de la centrale pour les dépenses liées à sa fermeture. L'État versera ensuite des sommes "correspondant à l'éventuel manque à gagner", c'est-à-dire les bénéfices qu'auraient apportés les volumes de production jusqu'en 2041. Cette date correspond à ce qui aurait été la sixième visite décennale de l'installation.

Fermeture reportée à plusieurs reprises

En 2016, le gouvernement de l'époque avait proposé de 80 à 100 millions d'euros en contrepartie de la fermeture anticipée de la centrale nucléaire. L'année suivante, un protocole avait nettement revu en hausse ces sommes, avec un dédommagement fixe d'environ 490 millions, plus une part additionnelle reflétant le manque à gagner.

Mise en service en 1977, Fessenheim est la doyenne des centrales encore en activité en France. Sa fermeture, une promesse de l'ex-président François Hollande, devait intervenir initialement fin 2016, mais a été reportée à plusieurs reprises. La France veut réduire à 50 % (contre 71,7 % l'an dernier) la part du nucléaire dans sa production électrique. Cet objectif a été repoussé de 2025 à 2035 dans la loi énergie climat qui vient d'être adoptée par le Parlement.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Fondation de l EPR de Flamanville en Normandie en 2007 N BMychelleDaniau ConvertImage

[À l’origine] L’EPR, la naissance difficile d’un réacteur nucléaire pensé pour rapprocher la France et l’Allemagne

L’EPR a été pensé comme un grand projet franco-allemand marquant l’alliance des deux pays après la chute du mur de Berlin. Mais l’entente entre Framatome et Siemens sera difficile alors que l’Allemagne va peu à peu s’éloigner de l’atome et que la filière nucléaire française va se déchirer.

EPR Flamanville EDF 01

Le gouvernement fait plancher EDF sur six nouveaux réacteurs EPR

Officiellement rien n’est arrêté mais ce courrier envoyé par le gouvernement à la direction d'EDF a mis leu feu aux poudres. Les ministres de l'Économie et de la Transition écologique demandent à l'énergéticien de présenter d'ici mi-2021 un dossier complet sur les forces et les faiblesses de la...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Un nouveau surcoût de 1,5 milliard d’euros pour l’EPR de Flamanville, dont la facture s’élève désormais à 12,4 milliards

Il n’en finit pas le chantier de l’EPR de Flamanville. Les anomalies découvertes sur des soudures du circuit secondaire, dont certaines sont très difficiles à réparer, alourdissent la facture de 1,5 milliard d’euros et reporte le démarrage d’au moins un an. EDF compte utiliser des robots téléopérés...

La centrale nucléaire de Fessenheim sera fermée le 30 juin et cela coûtera 400 millions d'euros à l'État

Le premier réacteur de Fessenheim fermera le 22 février 2020, le second le 30 juin. Cela en sera fini de l’aventure atomique en Alsace. EDF recevra au moins 400 millions d'euros à l'État pour la fermeture anticipée de cette installation dès l'an prochain, auxquels s'ajouteront des sommes variables...