Publié le 23 février 2018

ÉNERGIE

L’autorité de Sûreté Nucléaire veut étendre son champ d’action aux questions de sécurité

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a fait part jeudi 22 février de son souhait d'être compétente sur les questions de sécurité des centrales nucléaires françaises devant les parlementaires français. Cette tâche est aujourd’hui dévolue au ministère de la Transition énergétique.

en 2017, Greenpeace est parvenu à tirer un feu d'artifice sur un site nucléaire.
Greenpeace

"Actuellement, nous ne sommes globalement pas en charge du sujet sécurité, à une exception près, celle des sources radioactives", a fait valoir le président de l'ASN, Pierre-Franck Chevet, devant la commission d'enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires. La sûreté concerne le bon fonctionnement des installations et l’absence de danger. La Sécurité concerne la protection des installations contre les risques malveillants et terroristes.

Fin janvier, les députés avaient adopté une résolution créant une commission d'enquête "sur la sûreté et la sécurité" des installations nucléaires. Pour Franck Chevet, il ne s'agit pas pour l'ASN de définir la menace terroriste, "qui relève des services de renseignement", ni d'intervenir en cas d'attaque, mais de "faire en sorte que les installations soient bien dimensionnées et que leurs exploitants fassent les bons gestes en temps voulu" en cas de menaces "avérées".

Un combat de Greenpeace

Actuellement, cette compétence est assurée par un service du ministère de la Transition écologique et solidaire, contrairement à ce qui se fait dans "tous les autres grands pays nucléaires dans le monde". "Il y a quelqu'un d'autre qui s'en occupe. Je ne critique pas son travail. Je dis simplement que son travail est de même nature que ce que nous faisons", indique le patron du gendarme de l’atome, appelant, sans urgence, à une réforme.

Fin novembre, 22 militants de Greenpeace s’étaient, une nouvelle fois,  introduits sur le site de la centrale de Cruas-Meysse (Ardèche), à peine un mois et demi après avoir fait de même sur la centrale de Cattenom (Moselle). Outre l’opposition à l’énergie électronucléaire, les militants dénonçaient le manque de sécurité des installations. De son côté EDF, épaulé du, assurent qu’à chaque fois les militants pacifistes sont identifiés précocement, ce qui explique la réponse mesurée du Peloton spécialisé de protection de la gendarmerie (PSPG), présent sur les 19 centrales françaises.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

La centrale de Fessenheim est désormais à l'arrêt mais la reconversion industrielle n’est toujours pas là

Demandée dès l’accident de Fukushima en 2011, la fermeture des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim est désormais effective. Si d’aucuns craignent une hausse des émissions de CO2 sur le territoire, d’autres sont soulagés de voir ce site situé en zone sismique et inondable à l’abri de tout...

Incendie a proximite de Tchernobyl Volodymyr Shuvayev AFP

Incendie : la menace de Tchernobyl ressurgit et émet un panache sur l’Europe

Pendant presque deux semaines, un incendie géant a eu lieu dans la zone interdite autour de Tchernobyl. Les flammes ont remis en suspension des radionucléides dans l’atmosphère. Si les niveaux de radioactivité à Kiev sont restés faibles, les autorités surveillent l’impact du panache de fumée sur...

Le premier réacteur de Fessenheim, plus vieille centrale nucléaire de France, mis à l’arrêt définitif

Promesse de campagne de François Hollande, la fermeture de la centrale de Fessenheim a débuté samedi 22 février avec la mise à l’arrêt du premier des deux réacteurs. Si les antinucléaires se sont félicités de la fin de vie d’un équipement situé en zone sensible, les tenants du nucléaire dénoncent le...

Accident de Fukushima sky

[2010-2020] Le jour où l’accident nucléaire de Fukushima a forcé à repenser l’énergie mondiale

Le 11 mars 2011, un gigantesque tsunami ravageait la côte est de l’archipel japonais. Quatre des six réacteurs de Fukushima allaient être très gravement endommagés. Et le monde assistera, stupéfait, à trois explosions qui allaient changer la place de l’atome civil sur toute la planète. À l'occasion...