Publié le 26 février 2014

ÉNERGIE

Greenpeace lance l'alerte sur le coût du prolongement des centrales nucléaires

L'ONG environnementale vient d'ajouter un nouvel élément au débat sur la transition énergétique. Elle a réalisé et publié une étude estimant jusqu'à 4 milliards d'euros par réacteur le coût de la prolongation d'exploitation, soit quatre fois plus que l'estimation donnée par EDF. Greenpeace demande donc que la future loi sur l'énergie fixe à 40 ans la durée de vie maximale des réacteurs nucléaires français.

142268_GF.jpg

© Copyright Greenpeace / Micha Patault

Augmenter la durée de vie d'un réacteur nucléaire est extrêmement coûteux et complexe. Telle est la conclusion d'une étude commandée par Greenpeace et réalisée par le cabinet Wise-Paris sur les enjeux liés au vieillissement des réacteurs nucléaires français au-delà de 40 ans. Alors qu'EDF a prolongela durée de vie de sesréacteurs jusqu'à 50 ans, voire 60 ans, l'ONG appelle les pouvoirs publics à limiter leur exploitation à 40 ans dans la prochaine loi de programmation sur l'énergie.

Pour peser dans les débats, Greenpeace a fait réaliser une étude détaillée qui imagine trois scénarii de renforcement de la sûreté nucléaire : le scénario de « sûreté dégradée » (exigences de sûreté minimales), le scénario de « sûreté préservée » (maintenir la sûreté de ses installations au niveau actuel), et le scénario de « sûreté renforcée » (exigences élevées, proches de celles aujourd'hui prévues dans un réacteur EPR). Pour chacun de ces scenarii, Wise a réalisé une estimation des coûts de renforcement des réacteurs (investissements et coût d'intervention). Pour chaque coût, le rapport propose une fourchette basse, une fourchette moyenne et une fourchette haute.

4,3 milliards d'euros par réacteur

Ainsi, selon ces estimations, les coûts sont colossaux : le renforcement d'un seul réacteur dans le scénario de « sûreté renforcée » coûterait plus de 4,3 milliards d'euros à EDF ! Le scénario de « sûreté préservée » révèle un coût moyen de 1,4 milliard d'euros par réacteur, tandis que le scénario le moins exigent coûterait tout de même 360 millions d'euros par réacteur.« Si on veut renforcer la sûreté pour prolonger la durée de vie au-delà de 40 ans, il faut prévoir plus de 4 milliards d'euros par réacteur, alors que EDF ne parle que d'un milliard d'euros. L'autre question est de savoir pour combien de temps exactement EDF souhaite prolonger ses réacteurs ? Cela constitue une énorme incertitude pour les investisseurs, et un grand défi économique pour EDF », estime Sébastien Blavier, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace.<S></S>

<S></S>Des investissements sous-évalués par EDF ?

Dans son programme « Grand carénage », présenté en 2013 et qui doit s'étaler jusqu'en 2025, EDF s'est engagé à réaliser des travaux importants de maintenance sur l'ensemble de ses 19 centrales pour un montant évalué à 55 milliards d'euros. L'objectif de ce plan est d'intégrer les nouvelles normes de sûreté post Fukushima, mais aussi d'allonger la durée de vie de ses 58 réacteurs. Selon EDF, l'allongement de la durée de vie est une solution plus économique que la construction de nouvelles centrales. Si les chiffres avancés par Greenpeace et Wise sont justes, ce raisonnement risque d'être mis à mal. Pour l'heure, EDF n'a pas réagi à ce nouveau rapport.

Alors que 80 % des centrales nucléaires françaises vont atteindre l'âge critique de 40 ans entre 2017 et 2027, Greenpeace appelle le gouvernement à inscrire dans la loi de programmation sur l'énergie une limitation de la durée de vie des centrales à 40 ans ainsi qu'un objectif de 45 % d'énergies renouvelables dans le mix énergétique d'ici 2030 afin d'anticiper la fermeture progressive des centrales.http://intranet.novethic.fr/novethic/intranet/articles/

Céline Oziel
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

EPR de Flamanville 2019 EDF

Corrosion, changement climatique, retraitement… Voici les cinq risques auquel est confronté le nucléaire

Le nucléaire est l'un des axes privilégié par Emmanuel Macron sur le plan énergétique. Le président réélu a opéré une volte-face sur le sujet. Alors qu'il souhaitait fermer une douzaine de réacteurs d'ici 2035, au début de son premier quinquennat, il vise désormais la construction de six nouveaux...

Incendie centrale nucleaire ukraine ZAPORIZHZHIA NUCLEAR AUTHORITY AFP

"Terreur nucléaire" en Ukraine après le contrôle par l'armée russe de la plus puissante centrale européenne

C'est inédit. Jamais un pays aussi nucléarisé que l'Ukraine n'avait été au cœur d'un conflit aussi important. Après avoir bombardé la plus grande centrale nucléaire d'Europe, à l'origine d'un incendie sur un bâtiment mais sans fuite radioactive, l'armée russe a pris le contrôle du site. Après cette...

Emmanuel Macron usine GE Belfort strategie energetique 2050 100222 capture d ecran elysee

Énergie : Emmanuel Macron annonce une "renaissance du nucléaire français"

Emmanuel Macron, en déplacement à Belfort jeudi 10 février pour présenter sa stratégie énergétique, a fait le choix de la réindustrialisation du pays et de la technologie, en l'occurrence, le nucléaire. Il annonce le lancement de six nouveaux EPR, le premier entrant en service en 2035 et laisse la...

Logo EDF nucleaire AlainJocard AFP

L'État contraint EDF à contenir la facture d'électricité des Français et lui ajoute une difficulté de plus

Une semaine noire pour EDF. Après l'annonce de nouveaux retards de livraison de son réacteur EPR et le prolongement de la mise à l'arrêt d'importants réacteurs nucléaires, l'État impose désormais à l’électricien la vente de plus d'électricité à bas prix à ses concurrents. Si l’objectif est de...