Publié le 11 mars 2014

ÉNERGIE

Fukushima : 3 ans après l'accident nucléaire, les séquelles toujours présentes

Dimanche 9 mars, plusieurs milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Tokyo pour demander au gouvernement de renoncer à l'énergie atomique. Trois ans après l'accident nucléaire de Fukushima, la situation reste toujours critique à la centrale. Mais le gouvernement conservateur de Shinzo Abe reste lui partisan d'une relance du nucléaire dans le pays.

142329_GF.jpg
La centrale de Fukushima Daiichi après l'accident en 2011
© TEPCO

Le nucléaire séduit encore

Il y a trois ans, la catastrophe de Fukushima ébranlait la confiance des populations et de certains gouvernements envers l'énergie nucléaire. L'Allemagne a frappé vite et fort en annonçant sa sortie totale du nucléaire d'ici 2022. De même que la Suisse et la Belgique. Sans aller aussi loin d'autres pays ont interrompu ou suspendu leur programme en cours. La France, quelques mois après l'accident, décidait, elle, à la faveur du changement de gouvernement, de réduire la part de l'atome dans le mix électrique. Aujourd'hui pourtant la filière est loin d'être exsangue et retrouve même de la vigueur dans les pays émergents. En 2013, la construction de centrales nucléaires a atteint son plus haut niveau depuis 25 ans, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique. 250 réacteurs sont en construction ou en projet - Chine, Turquie, Inde, Royaume-Uni, Moyen-Orient, etc. - ce jour et vont compléter un parc mondial d'environ 440 réacteurs installés dans 31 pays. Et de plus en plus d'émergents se disent prêts à rallier le camp nucléaire...

Trois ans après l'accident de Fukushima, plusieurs manifestations ont eu lieu ce week-end, dans différents points du globe -au Japon, en France et en Allemagne notamment- pour demander l'arrêt du nucléaire. A Tokyo, ce sont plusieurs dizaines de milliers de personnes qui ont défilé, fustigeant l'industrie nucléaire - Tepco en tête- et le Premier ministre conservateur Shinzo Abe, qui travaille depuis son accession au pouvoir il y a un an, à une relance des centrales nucléaires du pays à l'arrêt depuis la catastrophe. Shinzo Abe s'est d'ailleurs rendu le samedi 8 mars dans la préfecture de Fukushima ou il a tenu à goûter des produits locaux - délaissés par les consommateurs nippons en raison du risque de contamination radioactive- devant les caméras. Selon l'Usine Nouvelle, 17 dossiers de demande de redémarrage sont actuellement en cours de traitement devant la nouvelle autorité de sûreté nucléaire. Une quinzaine de réacteurs pourraient fonctionner d'ici fin 2015.

Une mauvaise gestion de l'accident

A la centrale de Fukushima Daiichi pourtant, la situation reste critique. Son opérateur, Tepco, est régulièrement critiqué pour sa gestion de la catastrophe et peine particulièrement à régler le problème de l'eau contaminée au sein du complexe. Dans les zones alentours, la question de la décontamination des terres et des habitations reste également une gageure pour le pays. Les efforts de décontamination ont été importants mais ils sont encore largement insuffisants. 59% des maisons des 58 communes contaminées ont été décontaminées. Et la question de la contamination des aliments reste toujours problématique. De fait, cette mauvaise gestion, doublée à un coût d'indemnisation (35 milliards d'euros selon Tepco) et de décontamination (100 milliards d'euros selon les autorités japonaises) faramineux, hypothèque grandement l' avenir de Tepco.

Sur le plan sanitaire, les données restent difficiles à obtenir. Des études sont menées pour suivre les cancers de la thyroïde chez les enfants notamment. Tandis qu'un suivi, notamment psychologique est actuellement assuré pour les quelque 200 000 personnes qui ont dû être évacuées de la zone 1656 personnes ont été recensées comme mortes prématurément suite au stress et à d'autres maladies liées à la crise nucléaire. Enfin, les travailleurs de la centrale font l'objet d'un dépistage systématique de tous les types de cancer mais aucun décès n'a pour l'instant été rapporté. Les victimes de Fukushima- en 2012, environ 15 000 personnes ont souhaité porter plainte contre l'Etat et Tepco pour négligence - ont toutes été déboutées par la justice nippone.

Les derniers articles de Novethic sur Fukushima

La décontamination autour de la centrale de Fukushima, une gageure

Fukushima: le risque de tarissement du personnel compétent

La catastrophe de Fukushima aura-t-elle raison de Tepco ?

Le prix du risque nucléaire

Fukushima : Tepco sous le feu des critiques pour sa gestion de la catastrophe

Risque radioactif élevé à Fukushima

Béatrice Héraud
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Incendie centrale nucleaire ukraine ZAPORIZHZHIA NUCLEAR AUTHORITY AFP

"Terreur nucléaire" en Ukraine après le contrôle par l'armée russe de la plus puissante centrale européenne

C'est inédit. Jamais un pays aussi nucléarisé que l'Ukraine n'avait été au cœur d'un conflit aussi important. Après avoir bombardé la plus grande centrale nucléaire d'Europe, à l'origine d'un incendie sur un bâtiment mais sans fuite radioactive, l'armée russe a pris le contrôle du site. Après cette...

Emmanuel Macron usine GE Belfort strategie energetique 2050 100222 capture d ecran elysee

Énergie : Emmanuel Macron annonce une "renaissance du nucléaire français"

Emmanuel Macron, en déplacement à Belfort jeudi 10 février pour présenter sa stratégie énergétique, a fait le choix de la réindustrialisation du pays et de la technologie, en l'occurrence, le nucléaire. Il annonce le lancement de six nouveaux EPR, le premier entrant en service en 2035 et laisse la...

Logo EDF nucleaire AlainJocard AFP

L'État contraint EDF à contenir la facture d'électricité des Français et lui ajoute une difficulté de plus

Une semaine noire pour EDF. Après l'annonce de nouveaux retards de livraison de son réacteur EPR et le prolongement de la mise à l'arrêt d'importants réacteurs nucléaires, l'État impose désormais à l’électricien la vente de plus d'électricité à bas prix à ses concurrents. Si l’objectif est de...

EPR de Flamanville 2019 EDF

Le nouveau retard de Flamanville inquiète quant au pari nucléaire du gouvernement

Le réacteur EPR de nouvelle génération de Flamanville est encore repoussé de quelques mois. En chantier depuis 2007, il devait entré en service en 2012 mais il multiplie les déboires et les surcoûts. De quoi inquiéter alors que le président Emmanuel Macron a dit envisager de construire six nouveaux...