Publié le 19 octobre 2018

ÉNERGIE

[Décryptage] Emmanuel Macron prend en main la programmation pluriannuelle de l’énergie… et ça ne plaira pas aux anti-nucléaires

Dans quelques jours, le gouvernement doit remettre sa feuille de route sur l’énergie, la fameuse programmation pluriannuelle de l’énergie. L’objectif est ambitieux : il s’agit de donner des orientations nationales jusqu’en 2028. Après des retards et les péripéties au ministère de la Transition énergétique, Emmanuel Macron va prendre en charge ce dossier délicat, qui devrait, au moins à court terme, préserver la place du nucléaire.

Emmanuel macron va recevoir les grands industriels de l'énergie à l'Élysée le 24 octobre.
@Élysée

Le gouvernement s’apprête à faire face à une controverse difficile. Fin octobre ou début novembre – avec trois mois de retard – le gouvernement doit révéler sa feuille de route énergétique, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), jusqu’en 2028. Et il est certain que, quelles qu’en soient les conclusions, elle générera essentiellement des mécontents.

Certains y verront un renoncement à l’objectif de réduire la part du nucléaire comme prévu dans la loi de transition énergétique de 2015, d’autres expliqueront que les choix sont néfastes pour le climat, beaucoup argueront que les énergies renouvelables n’ont pas leur juste place, quelques-uns essaieront d’expliquer que le gaz et le gaz vert ont été oubliés, etc.

Quadrature du cercle

Le nouveau ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a relativement bien décrit la difficulté de cet exercice. Il explique qu’il s’agit de "Réduire la dépendance au nucléaire, lutter contre le dérèglement climatique, diversifier (le mix) grâce aux énergies renouvelables". Puis il ajoute qu’il faudra aussi tenir compte de "la sécurité d'approvisionnement électrique" et de "la maîtrise du juste prix pour le consommateur et pour le producteur".

Qui trop embrasse mal étreint, dit la sagesse populaire. Plusieurs de ces objectifs sont intrinsèquement incompatibles. C’est peut-être pourquoi Emmanuel Macron semble vouloir recadrer la PPE. Mercredi 24 octobre, il réunira à l’Élysée une trentaine d'entreprises et organismes de recherche. Le chef de l'État a notamment convié Patrick Pouyanné (Total), Jean-Bernard Lévy (EDF), Isabelle Kocher (Engie), Philippe Varin (Orano, ex-Areva), Xavier Huillard (Vinci) ou encore Martin Bouygues (Bouygues).

Pas de priorité donnée au rééquilibrage du mix

L’Élysée explique que cette réunion portera sur "la réduction des émissions de CO2 liées à la consommation d'énergie, la maîtrise de la facture énergétique des Français, le made in France des nouvelles solutions énergétiques bas-carbone et les enjeux de souveraineté liés à l'énergie".

Comprendre : la priorité n’est pas le rééquilibrage du mix électrique cher aux anti-nucléaires, mais le climat et la sécurité d’approvisionnement. Des rumeurs insistantes venues du gouvernement indiquent qu’aucun autre réacteur nucléaire, mis à part les deux de Fessenheim (Haut-Rhin), ne devrait fermer avant 2029, comme le propose EDF. Même si la hausse des renouvelables électriques est bien aussi au programme.

S’appuyer sur le rapport du GIEC

Mettre l’accent sur la stratégie bas-carbone et le statu quo nucléaire est assez facile à justifier après l’alerte du GIEC, le 22 octobre dernier, sur l’urgence absolue de changer de modèle. Les experts climat de l’ONU présentent quatre scénarios dans son rapport final, qui tous prévoit une hausse de la part du nucléaire. À l’échelle planétaire, ce dernier compte pour 4,9 % de l’énergie et 10,6 % de l’électricité mondiale.

Si tel est bien la trajectoire de la PPE gouvernementale, les réactions seront houleuses. "Nous avons le sentiment que le débat est entièrement confisqué par les pro et les antinucléaires", assure Didier Holleaux, directeur adjoint d'Engie. Pour lui, les questions d'efficacité énergétique, de pointes de consommation - qui sollicitent des centrales à charbon ou à gaz - ou de développement de réseaux de froid ne sont pas assez abordées. Et il a parfaitement raison.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Centrale nucleaire de Barakah Qatar AIEA

Le premier réacteur nucléaire du monde arabe entre en service

Les Émirats arabes unis ont annoncé, le 1er août, la mise en service de leur premier réacteur dans la centrale de Barakah. Une première dans cette région du monde dont les besoins énergétiques ont été assurés historiquement par le pétrole et le gaz. Mais le démarrage de cette unité interroge alors...

Cour des comptes EPR CourdesComptes

La Cour des Comptes appelle à prendre du recul sur le nucléaire avant d'engager la France jusqu'au XXIIe siècle

Alors que le calendrier et les coûts de l’EPR de Flamanville, le réacteur nucléaire en construction en Normandie, ont complètement dérivé, la Cour des Comptes appelle à un exercice de vérité sur la filière avant de lancer de nouveaux chantiers de réacteurs en France. Pour les magistrats, le pays...

La centrale de Fessenheim est désormais à l'arrêt mais la reconversion industrielle n’est toujours pas là

Demandée dès l’accident de Fukushima en 2011, la fermeture des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim est désormais effective. Si d’aucuns craignent une hausse des émissions de CO2 sur le territoire, d’autres sont soulagés de voir ce site situé en zone sismique et inondable à l’abri de tout...

Incendie a proximite de Tchernobyl Volodymyr Shuvayev AFP

Incendie : la menace de Tchernobyl ressurgit et émet un panache sur l’Europe

Pendant presque deux semaines, un incendie géant a eu lieu dans la zone interdite autour de Tchernobyl. Les flammes ont remis en suspension des radionucléides dans l’atmosphère. Si les niveaux de radioactivité à Kiev sont restés faibles, les autorités surveillent l’impact du panache de fumée sur...