Publié le 06 août 2018

ÉNERGIE

Canicule : quatre réacteurs nucléaires mis à l’arrêt pour limiter le réchauffement des cours d’eau

Afin de ne pas trop réchauffer les rivières où les réacteurs nucléaires prélèvent et rejettent l’eau utilisées pour se refroidir, EDF doit moduler la puissance de ses tranches. L’entreprise a même arrêté quatre unités, dont une à Fessenheim.

Un des réacteurs de la centrale de Fessenheim a été mis à l'arrêt en raison de la canicule.
@VioletaKuhn/AFP

Alors que la France rentre dans ces deux pires jours de canicule lundi 6 et mardi 7 août, EDF se retrouve contraint à moduler la puissance de son parc nucléaire. Ces derniers jours, l’électricien a pris la décision de mettre à l’arrêt quatre des cinquante-huit tranche installées en France. Sont concernées une unité à Fessenheim (Haut-Rhin), deux à la centrale de Bugey (Ain) et un dans celle de Saint-Alban en Isère, a détaillé un porte-parole d'EDF.

Ces centrales prélèvent de l’eau dans le Rhône et le Grand canal d’Alsace pour assurer le refroidissement des réacteurs. En cas de fortes chaleurs, les centrales peuvent moduler la puissance de leurs unités de production "afin de limiter l’échauffement de l’eau prélevée puis restituée au Rhône", explique EDF. C’est même une obligation légale qui est imposées à l’électricien national.

Des pics de consommation en été

EDF n'exclut pas de procéder à de nouvelles baisses de régime dans les jours qui viennent, les deux-tiers du pays étant en vigilance orange canicule. Cette moindre production nucléaire d'EDF intervient en une période où la demande d'électricité est réduite, notamment avec la baisse de l'activité économique liée aux congés du mois d'août.

Même si, on assister ces derniers jours à des pics de consommation estivale dus à l'utilisation de plus en plus importante en France à la climatisation. Désormais, l’été, chaque degré de plus par rapport aux normales de saison entraîne une consommation supplémentaire de 500 MW, soit la moitié d’un réacteur nucléaire. Cependant, le système électrique conserve encore des marges de production et demeure exportateurs vers ses voisins.

EDF met même en avant la flexibilité du parc nucléaire pour assurer la sécurité d’approvisionnement. Alors que l'anticyclone qui stagne sur l’Europe réduit considérablement la puissance éolienne, l’électricien assure sur Twitter que "la flexibilité de nos centrales nucléaires permet de répondre aux besoins en électricité". En revanche, Greenpeace juge que "Face aux canicules et dérèglements climatiques, le nucléaire montre dès à présent sa fragilité et ses limites".

Ludovic Dupin avec AFP

 

 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

[Décryptage] Pourquoi la chute du réacteur nucléaire EPR ne devrait réjouir personne

Le nouveau retard de l’EPR, qui ne devra pas démarrer avant 2022 au mieux, est un terrible coup de boutoir pour EDF et pour tout le programme de nouveau nucléaire en France. Mais c’est aussi une très mauvaise nouvelle pour la politique climatique française. Car sans la puissance de l’EPR et alors...

Le nouveau retard annoncé sur l’EPR de Flamanville met la pression sur de futurs réacteurs nucléaires en France

L’EPR de Flamanville est confronté à des écarts de qualité sur des soudures découvertes il y a plus d’un an. La remise en conformité de celles-ci est clé pour EDF afin de mettre en service le réacteur avant 2021, date à laquelle le gouvernement prendra des décisions sur l'opportunité de construire...

Pour l’Agence internationale de l’énergie, le déclin du nucléaire est un obstacle à la lutte contre le changement climatique

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a plaidé mardi 28 mai pour des mesures de soutien à l'énergie nucléaire, s'inquiétant des conséquences de son déclin sur les émissions de gaz à effet de serre. Aujourd’hui l’atome compte pour 10 % du mix électrique planétaire, mais sa part est en recul.

La centrale nucléaire de Three Mile Island, où a eu lieu le troisième plus grave accident nucléaire, va fermer

40 ans après le plus grave accident nucléaire des États-Unis, le réacteur restant de la centrale de Three Mile Island va définitivement fermer ses portes en septembre prochain. Les élus locaux ne sont pas parvenus à sauver cette installation en perte, malgré son impact sur l’emploi et les émissions...