Publié le 16 mars 2011

ÉNERGIE

Alors que la catastrophe menace au Japon, le nucléaire divise l'Union

Alors que le Japon est sous le coup de la menace nucléaire depuis les terribles tremblements de terre et tsunami du 11 mars, le débat sur l'énergie atomique enflamme l'Union Européenne. Au-delà de la solidarité et de l'urgence de l'aide en effet, la question de la sûreté et de l'avenir des 143 réacteurs européens mérite d'être posée dans une Union particulièrement divisée sur le sujet.

133197_GF.jpg

© International Nuclear Safety Center / flickr

Alors que l'énergie nucléaire séduisait de plus en plus de pays, à travers le monde et en Europe - selon la World Nuclear association plus de 450 nouveaux réacteurs devraient être construits d'ici à 2030 dans le monde- la catastrophe japonaise vient de rebattre les cartes. Très vite après les premières informations sur les dégâts causés par le tsunami dans la centrale de Fukushima, le débat sur la sécurité et l'avenir du nucléaire s'est installé dans de nombreux Etats membres de l'Union Européenne, très divisée sur la question entre l'Autriche, qui a demandé à l'Union de faire des tests de sûreté et la France, très dépendante de l'atome...

Mardi 15 mars, après avoir réuni en urgence les 27 autorités nationales de sécurité nucléaires et les opérateurs du secteur, Günther Oettinger Commissaire européen à l'Energie, qui n'a pas hésité à qualifier la situation japonaise d' « Apocalypse », a ainsi proposé aux 27 de lancer dans chaque pays concerné des tests de sûreté sur les centrales nucléaires et dont les résultats seront connus en fin d'année. Insuffisants selon les députés européens EELV, qui souhaitent aller beaucoup plus loin avec « l'arrêt immédiat des réacteurs nucléaires les plus dangereux et l'engagement tout aussi rapide d'un processus coordonné et progressif de sortie du nucléaire. En France, le gouvernement doit immédiatement stopper la centrale de Fessenheim, particulièrement risquée, et suspendre la construction de l'EPR de Flamanville. Il doit s'engager sur une sortie progressive du nucléaire, à commencer par l'arrêt des centrales les plus anciennes ou en zones sismique ou inondable ». Une demande qui a peu de chance d'aboutir car Si François Fillon a expliqué à l'Assemblée nationale que toutes les leçons devraient être tirées du cas japonais, qu'elle contrôlera toutes les mesures de sécurité de ses centrales et qu'aucune question sur le nucléaire ne serait éludé, l'abandon de l'atome n'est pas à l'ordre du jour.

Une attitude qui prévaut dans la plupart des pays européens qui, s'ils montrent une vive préoccupation pour la situation japonaise, ne souhaitent pas remettre en question leur propre programme et insistent sur le faible risque sismique en Europe. En Grande Bretagne, le deuxième pays nucléaire après la France avec ces 19 réacteurs (la France en compte 58), le gouvernement a lancé un programme de renouvellement des centrales il y a maintenant deux ans et pour l'instant rien ne devrait empêcher la nouvelle génération d'entrer en fonction en 2018. En Italie, qui avait abandonné le nucléaire en 1987 après l'accident de Tchernobyl, le pays est en proie à un vif débat depuis l'accident de Fukushima. Cela pèsera-t-il dans la relance du nucléaire prévue pour cette année après un référendum ? La ministre de l'environnement a en tous cas réaffirmé sa volonté d'entrer dans le système nucléaire européen...

Marche arrière

De l'autre côté, d'autres pays n'hésitent pas à faire le retour en arrière fortement demandé par les écologistes. C'est notamment le cas de l'Allemagne, il est vrai beaucoup moins engagée que la France en la matière. Il y a un an, la chancelière allemande surprenait en prenant à rebours son opinion publique pour annoncer la prolongation de ses centrales. Hier, elle a fait volte face en décidant un moratoire de trois mois sur cet accord et en annonçant que les 7 centrales entrées en service avant 1980 seront fermées, peut-être définitivement, et que l'ensemble des réacteurs des 17 centrales en services subiraient des contrôles avant le 15 juin. Dans un pays qui s'est toujours prononcé contre le nucléaire, ce sont 60 000 personnes qui sont descendues dans la rue le 12 mars...En Espagne, l'accident japonais devrait sans doute aussi conforter le chef du gouvernement, José Louis Zapatero d'honorer sa promesse faite en 2008 de sortir du nucléaire, qui produit actuellement 26% de l'électricité espagnole. Quant à la Belgique, censée sortir du nucléaire en 2025 mais dont 60% de l'électricité est encore produite par l'atome, la ministre de l'Intérieur a affirmé qu'il faudrait réévaluer la sécurité de ses centrales tout en restant flou sur leur avenir, qui pourrait être prolongé dans le cas d'une menace sur la sécurité d'approvisionnement du pays.

Hors de l'UE, la Suisse a également décidé de geler les constructions de nouvelles centrales. Tandis qu'en Russie, le Premier ministre a demandé une étude d'évaluation des risques des dix centrales opérationnelles dans le pays, dont 4 sont situées sur des zones sismiques. Aucune autre construction n'est envisagée dans le pays a affirmé Vladimir Poutine.

Béatrice Héraud
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Les séquelles de Tchernobyl

24 ans après l'explosion du réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl, le 26 avril 1986, les populations qui vivent encore dans la région continuent de subir les effets de la catastrophe. Les dernières études montrent que la contamination chronique des sols provoque de nombreuses...

Allemagne : la durée de vie des centrales nucléaires prolongée jusqu'à 14 ans

Les centrales nucléaires allemandes verront leur durée de vie rallongée de huit à 14 ans par rapport à l'échéance initiale de 2022. L'accord entre les partenaires de la coalition conservatrice-libérale (CDU-FDP) de la chancelière Angela Merkel met fin au consensus actuel sur la sortie du...

La transparence du nucléaire à nouveau à l'ordre du jour

Suite aux accidents nucléaires de l'été 2008, le Haut comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire vient de remettre au gouvernement un rapport sur les eaux souterraines à proximité des sites nucléaires : une série de recommandations loin de satisfaire le Réseau...

Le nucléaire s'invite à Copenhague

Alors qu'elle était exclue des mécanismes du Protocole de Kyoto, l'énergie nucléaire pourrait finalement être intégrée dans ceux de Copenhague. C'est en tout cas ce que demandent certains pays et lobbys. Mais les anti-nucléaire veillent ... Bataille autour de l'atome dans la capitale...

Vers une coalition anti-nucléaire européenne ?

La lutte anti-nucléaire européenne s'organise. Après une période d'accalmie dans les années 90, due au recul relatif du nucléaire, les militants se mobilisent à l'occasion de la présidence française de l'UE et de l'Union méditérranénne. Objectif : sensibiliser les populations des pays en...

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Visite AIEA demantelement Fukushima Tepco

Au Japon, le nouveau ministre de l'Environnement veut se "débarrasser" du nucléaire

Le Japon ne survivrait pas à un nouvel accident nucléaire. Tel est le sentiment du nouveau ministre de l’Environnement qui veut faire sortir son pays de l’atome. S’il devait avoir lieu, ce sera cependant un processus à long terme puisque le gouvernement mise sur la relance de son parc de réacteurs...

Acierie metal acier CC0

Afin de préserver les sites de stockage de déchets nucléaires, EDF propose de réemployer les métaux très faiblement radioactifs

La déconstruction des réacteurs nucléaires nucléaire dans les 20 ans à venir va générer beaucoup de déchets, classés nucléaires quel que soit leur niveau de radioactivité. Afin d’économiser l’espace précieux des sites de stockages, EDF propose, dans le cadre du débat public sur la gestion des...

Déchets nucléaires ou matières valorisables : une question à 18 milliards d’euros, selon Greenpeace

Greenpeace a voulu frapper un grand coup. Alors qu’une réunion publique est organisée ce mercredi 11 septembre à Paris sur le coût des déchets nucléaires dans le cadre du débat public sur la gestion des matières et déchets radioactifs, l’ONG publie un rapport choc sur les coûts cachés du nucléaire....

Deconstruction surgenerateur superphenix Creys malville EDF EDF

[Édito vidéo] Sans Astrid, le nucléaire français ne tourne pas rond

Appliquer l’économie circulaire au nucléaire, telle était l’ambition du réacteur nucléaire Astrid. Créer un vrai cycle fermé, où les déchets sont un combustible, était même l’ambition originelle des pères du nucléaire civil dans les années 70. Mais l’officialisation de l’abandon du réacteur de...