Publié le 12 septembre 2019

ÉNERGIE

Afin de préserver les sites de stockage de déchets nucléaires, EDF propose de réemployer les métaux très faiblement radioactifs

La déconstruction des réacteurs nucléaires nucléaire dans les 20 ans à venir va générer beaucoup de déchets, classés nucléaires quel que soit leur niveau de radioactivité. Afin d’économiser l’espace précieux des sites de stockages, EDF propose, dans le cadre du débat public sur la gestion des déchets, de nettoyer et réutiliser les métaux très faiblement radioactifs, ce qui aujourd’hui est formellement interdit en France.

Acierie metal acier CC0
EDF propose de réutiliser les métaux très faiblement radioactifs issus du démantèlement des réacteurs nucléaires.
CC0

L’ensemble des déchets de l’industrie nucléaire doit être conservé dans des stockages spéciaux, quel que soit leur niveau de contamination, même quand elle est infime ou nulle. Et dans les années et décennies à venir, avec le démantèlement du parc nucléaire actuel, de grandes quantités de béton et d’acier vont sortir des centrales et remplir les zones d’entreposage existantes… ce qui pourrait rapidement virer au casse-tête.

C’est pourquoi, en plein débat public sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), EDF fait une proposition que jusqu’alors l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a toujours exclue jusqu’alors. L’électricien historique veut pouvoir réutiliser des matériaux métalliques très faiblement radioactifs issus de ses centrales nucléaires après les avoir traités, au lieu de devoir les stocker, selon un document consulté par l'AFP.

L'électricien propose des "améliorations" au système actuel, dans le cadre du débat public actuellement en cours sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR). Il a ainsi publié son avis sur ce débat, comme d'autres entreprises, ONG, syndicats ou entités publiques.

Mieux à faire que stocker

EDF souhaite notamment changer la gestion des déchets dits "très faiblement actifs" (TFA), qui doivent aujourd'hui être stockés dans un centre situé dans l'Aube. Ce centre "est déjà rempli à 50 % par des déchets, dont une part significative a une radioactivité négligeable et ne nécessite aucune mesure de radioprotection", affirme le groupe.

Il remarque que le démantèlement futur du parc nucléaire actuel produira 225 000 tonnes de matériaux métalliques TFA. "Or, il y a mieux à faire que de stocker (définitivement) une quantité importante de métal valorisable qui ne présente pas de risque sanitaire", juge EDF. L'entreprise propose de faire ainsi comme en Suède et l’Allemagne où les métaux sont nettoyés de leur radioactivité avant d’être fondus pour les transformer en lingots.

Il est ensuite possible de déterminer un seuil de radioactivité en-dessous duquel la réutilisation des lingots est possible. Une directive européenne détermine déjà de tels niveaux appelés "seuils de libération". Les matériaux seraient réutilisés "dans l'industrie conventionnelle et dans l'industrie nucléaire", a précisé un porte-parole d'EDF. Comprendre : ces matériaux ne seront pas utilisés en dehors des sites nucléaires existants pour construire des sites conventionnels.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Cour des comptes EPR CourdesComptes

La Cour des Comptes appelle à prendre du recul sur le nucléaire avant d'engager la France jusqu'au XXIIe siècle

Alors que le calendrier et les coûts de l’EPR de Flamanville, le réacteur nucléaire en construction en Normandie, ont complètement dérivé, la Cour des Comptes appelle à un exercice de vérité sur la filière avant de lancer de nouveaux chantiers de réacteurs en France. Pour les magistrats, le pays...

La centrale de Fessenheim est désormais à l'arrêt mais la reconversion industrielle n’est toujours pas là

Demandée dès l’accident de Fukushima en 2011, la fermeture des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim est désormais effective. Si d’aucuns craignent une hausse des émissions de CO2 sur le territoire, d’autres sont soulagés de voir ce site situé en zone sismique et inondable à l’abri de tout...

Incendie a proximite de Tchernobyl Volodymyr Shuvayev AFP

Incendie : la menace de Tchernobyl ressurgit et émet un panache sur l’Europe

Pendant presque deux semaines, un incendie géant a eu lieu dans la zone interdite autour de Tchernobyl. Les flammes ont remis en suspension des radionucléides dans l’atmosphère. Si les niveaux de radioactivité à Kiev sont restés faibles, les autorités surveillent l’impact du panache de fumée sur...

Le premier réacteur de Fessenheim, plus vieille centrale nucléaire de France, mis à l’arrêt définitif

Promesse de campagne de François Hollande, la fermeture de la centrale de Fessenheim a débuté samedi 22 février avec la mise à l’arrêt du premier des deux réacteurs. Si les antinucléaires se sont félicités de la fin de vie d’un équipement situé en zone sensible, les tenants du nucléaire dénoncent le...