Publié le 11 août 2015

ÉNERGIE

4 ans après Fukushima, le Japon rebranche le nucléaire

Un réacteur a été rallumé ce mardi au sud-ouest du Japon. Une première depuis l’accident de Fukushima et la décision de mettre à l’arrêt la cinquantaine de centrales que compte l’archipel. Pour le Premier ministre Shinzo Abe, la relance du nucléaire est un impératif économique, le pays faisant face à un déficit commercial record. Mais la population nippone y est majoritairement opposée, craignant une nouvelle catastrophe.

Des opérateurs rebranchent le réacteur N°1 de Sendai au sud-ouest de Tokyo, le 11 août 2015.
Jiji Press / AFP

Le Japon renoue officiellement avec le nucléaire. Ce mardi matin, l’un des deux réacteurs de la centrale de Sendai, située à 1 000 km au sud-ouest de l’archipel, a été rallumé. Depuis septembre 2013, toutes les centrales étaient à l’arrêt. Une décision prise après la catastrophe de Fukushima de mars 2011, qui avait provoqué l’évacuation de 160 000 personnes et des fuites d’eau radioactive en mer.

 

Un déficit commercial record

 

Quatre ans après, le gouvernement du conservateur Shinzo Abe veut donc tourner la page. Le Premier ministre nippon invoque une nécessité économique. Alors que le Japon était la troisième puissance nucléaire au monde avant 2011, avec 28 % de son électricité produite à partir du nucléaire, il a dû importer massivement pétrole et gaz pour faire tourner ses centrales thermiques, et combler ainsi l’arrêt du nucléaire. Cela a creusé son déficit commercial, qui a atteint un record l’an dernier, à 138 milliards de dollars.

Conséquence : le prix de l’électricité a bondi. Entre l’accident de Fukushima en 2011 et 2014, il a augmenté de 28 %, selon les données de la Chambre japonaise de commerce et d’industrie. Ce qui a contribué à ralentir l’activité économique du pays, les entreprises délocalisant leur production dans des pays où l'électricité est beaucoup moins chère.

 

Mix électrique : 20 % de nucléaire en 2030

 

L’objectif du gouvernement d’ici à 2030 est de redonner toute sa place à l’atome. Dans la contribution nationale en vue de la conférence climatique de Paris (COP 21), détaillée le 7 juin dernier par Shinzo Abe, il est indiqué que le nucléaire devra fournir au moins 20 % de l’électricité.

Car la réduction des émissions de gaz à effet de serre est aussi un argument utilisé par le gouvernement pour justifier la relance des réacteurs. Depuis l’accident de Fukushima, et le recours aux énergies fossiles, les émissions de gaz à effet de serre se sont envolées. En 2014, 1,4 milliard de tonnes d’équivalent CO2 a été émis, plaçant le pays parmi les six plus gros pollueurs au monde.

 

5 volcans actifs dans un périmètre de 160 km

 

Mais cela ne suffit pas à convaincre la population, traumatisée par Fukushima et majoritairement opposée à la relance du nucléaire. Selon un sondage réalisé le week-end dernier, 57 % des personnes interrogées se sont déclarées contre la relance de Sendai 1, et 30 % seulement y sont favorables. Principale critique : la sûreté. Et les 100 millions de dollars investis dans le réacteur rebranché n’y font rien.

Il faut dire que la centrale de Sendai est située à 160 km de plusieurs volcans actifs, parmi lesquels le mont Sakurajima, le plus actif de l’archipel, à seulement 50 kilomètres. Pour l’ONG Greenpeace Japan, les leçons du passé n’ont pas été tirées : "Le gouvernement japonais reste attaché à une économie basée sur l'énergie nucléaire et fossile, alors que le Japon a le potentiel pour générer 56 % de son électricité à partir de sources renouvelables d'ici 2030, ce qui permettrait de réduire les émissions de carbone", insiste le militant Ai Kashiwagi de Greenpeace.

Quatre autres réacteurs, dont Sendai 2, ont reçu le feu vert de l’ARN (Autorité de régulation nucléaire japonaise) et attendent désormais l’approbation des élus locaux.

 

Retrouvez nos reportages à Fukushima à l’occasion du quatrième anniversaire de l’accident de la centrale : 

 

 

Concepcion Alvarez
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Emmanuel Macron allocution ADRIEN FILLON HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Le cap nucléaire d’Emmanuel Macron pourrait déstabiliser le Green Deal européen

En pleine COP26, le président français a annoncé lors de son allocution du 9 novembre sa volonté de relancer "la création de réacteurs nucléaires pour garantir la souveraineté électrique de la France" et "atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050". Cette stratégie nationale n’est pas celle...

Small modular eactor rolls royce

La France continue de miser sur le nucléaire malgré les déboires de la filière

Dans son plan France2030, Emmanuel Macron a annoncé vouloir investir un milliard d'euros dans le nucléaire et notamment dans les petits réacteurs nucléaires (SMR, small modular reactor), plus agiles que les réacteurs classiques. Mais beaucoup critiquent ce choix alors que la filière multiplie les...

Premier aimant Iter fusion nucleaire ITER

Fusion nucléaire : l'aimant le plus puissant du monde en route pour le réacteur Iter

La fusion nucléaire progresse en France. Le réacteur Iter, en construction dans le sud du pays, vient d'accueillir une pièce essentielle à son fonctionnement. Il s'agit de la première partie d'un gigantesque aimant, annoncé comme le plus puissant au monde. Iter devrait atteindre sa pleine puissance...

Centrale nucleaire de Chooz EDF

Climat : La France, prête à monter à l’assaut de Bruxelles pour imposer le nucléaire

La Commission européenne a amoché la filière nucléaire française en décidant d’exclure le financement de l’électricité électronucléaire de son obligation verte (Green Bond) de 750 milliards d’euros. Un scandale pour le gouvernement français, d’autant plus que le gaz, lui, y a droit. La diplomatie...