Publié le 23 décembre 2019

ÉNERGIE

[2010-2020] Le jour où l’accident nucléaire de Fukushima a forcé à repenser l’énergie mondiale

Le 11 mars 2011, un gigantesque tsunami ravageait la côte est de l’archipel japonais. Quatre des six réacteurs de Fukushima allaient être très gravement endommagés. Et le monde assistera, stupéfait, à trois explosions qui allaient changer la place de l’atome civil sur toute la planète. À l'occasion de l'entrée dans les années 2020, les journalistes de Novethic témoignent des événements de la décennie passée. 

Accident de Fukushima sky
Le 12 mars, la première explosion a eu lieu sur la centrale de Fukushima.
@Skynews

Il y a cinq jours, le 11 mars 2011, le plus puissant séisme enregistré au Japon a provoqué un gigantesque tsunami. La vague a emporté la vie de plus de 18 000 personnes et laissé un champ de ruines sur 600 kilomètres de côtes. Mais, ce 16 mars, mon regard de journaliste spécialiste de l'énergie n’est tourné que vers un tout petit bout du territoire nippon : la centrale de Fukushima. Entre le 12 mars et le 16 mars, trois des six réacteurs du site ont subi une explosion d’hydrogène endommageant gravement les cuves.

Et ce matin, comme tous les matins depuis le tremblement de terre, je sors des locaux de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN). Elle nous a livré son bilan quotidien et a répondu à nos questions récurrentes sur les comparaisons à faire avec les parcs de réacteurs français. Mais c’est cette conversation en marge avec un expert de l’autorité qui me laisse hagard. Selon lui, nous sommes passés à quelques heures d'affecter tout l’hémisphère nord.

Refroidir avant tout

Les secours japonais mettaient tous les efforts - on les comprend - pour sauver leurs concitoyens pris dans les décombres du raz-de-marée, malgré les routes impraticables, les ponts détruits, les villes inondées. Pendant toutes ces heures, les autorités américaines sommaient Tokyo d’aller en priorité refroidir les réacteurs endommagés avant que la fusion des cœurs ne devienne incontrôlable. L’armée américaine, très présente sur l’Archipel, finira par débarquer, hélicoptères et bulldozers à l’appui, pour que les ingénieurs de Tepco, l’électricien en charge du site, puissent enfin réinjecter de l’eau dans les cuves et les piscines de combustibles en train de se vider.

Nous étions passés à côté du pire et ma fascination technologique pour l’atome était ébranlée. Le bénéfice d’une énergie abondante et peu chère valait-elle ce risque qui se joue à l’échelle humaine ? Cette réflexion à ma minuscule échelle s’est retrouvée rapidement au cœur du débat public de nombreux pays : sortie allemande de l’atome, fin du programme italien, réduction dans le mix français à 50 %, report des projets en Inde, fin programmée en Suisse…

Contrairement aux premiers augures, Fukushima n’a pas tué le nucléaire mondial, mais la renaissance de l’atome civile engagée dans les années 2000 allait gravement en pâtir. Cet accident a levé un certain tabou nucléaire qui, aujourd’hui, permet de réfléchir beaucoup plus sereinement à sa place dans nos systèmes électriques et à son rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique. L’accident a aussi indirectement permis un essor plus rapide des énergies renouvelables et du gaz.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin

Décennie


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Premier ministre Suga Japon Fukushima Tepco

À Fukushima, l’eau contaminée va bientôt être rejetée en mer

Fukushima déborde. Les centaines de milliers de mètres cubes d’eau contaminée s’accumulent sur le site de la centrale nucléaire détruite. Neuf ans après la catastrophe, l’opérateur Tepco arrive au bout de ses capacités de stockage. Depuis des années, des experts appellent à diluer cette eau...

Rejets de futs de dechets radioactifs manche INA

[Les monstres des abysses] Quand l’humanité noyait ses déchets nucléaires au fond de l’océan

La gestion des déchets nucléaires est un vrai casse-tête. Lors du déploiement de l’atome civil sur la planète, la solution de l’immersion de déchets en mer a été employée par plus d’une dizaine du pays. Ce sont des milliers de tonnes de ces bombes à retardement qui reposent aujourd’hui sur le...

Centrale nucleaire de Barakah Qatar AIEA

Le premier réacteur nucléaire du monde arabe entre en service

Les Émirats arabes unis ont annoncé, le 1er août, la mise en service de leur premier réacteur dans la centrale de Barakah. Une première dans cette région du monde dont les besoins énergétiques ont été assurés historiquement par le pétrole et le gaz. Mais le démarrage de cette unité interroge alors...

Cour des comptes EPR CourdesComptes

La Cour des Comptes appelle à prendre du recul sur le nucléaire avant d'engager la France jusqu'au XXIIe siècle

Alors que le calendrier et les coûts de l’EPR de Flamanville, le réacteur nucléaire en construction en Normandie, ont complètement dérivé, la Cour des Comptes appelle à un exercice de vérité sur la filière avant de lancer de nouveaux chantiers de réacteurs en France. Pour les magistrats, le pays...