Publié le 05 décembre 2015

Cop21 logo

ÉNERGIE

Exoès produit de l’énergie à partir du pot d’échappement des camions

Deux tiers de l'énergie primaire dans le monde est perdue sous forme de chaleur. Un gâchis alors qu’il faut limiter au maximum les émissions de CO2. En partant de ce constat, Arnaud Desrentes a imaginé un procédé qui permet de récupérer la chaleur des pots d’échappement des véhicules et qui vient réduire sa consommation de carburant. Une technologie qui intéresse les constructeurs, notamment à la suite du scandale Volkswagen. En 2009, il a co-créé Exoès, une start-up de 15 salariés. Rencontre.

Exoes chaleur pots d echappement poids lourds Credit Exoes
Exoès permet une économie de carburant de 2700 euros par an et d’éviter 6 tonnes d’émissions de CO2 par an.
Exoès

Novethic. Comment est née Exoès ?

Arnaud Desrentes. D’abord d’une passion personnelle pour tout ce qui a trait au rendement des moteurs. J’ai été ingénieur chez PSA pendant plusieurs années et j’ai toujours été interloqué par le fait que seul un tiers du carburant injecté dans un véhicule sert à le déplacer. Le reste est perdu sous forme de chaleur.

Des technologies ont été mises en place comme par exemple le "start and stop" qui permet d’éviter de consommer du carburant à l’arrêt. Toyota, de son côté, a mis au point un procédé qui permet de récupérer de l’énergie au freinage. Mais rien n’a été pensé pour le véhicule en mouvement, ce qui constitue sa principale situation de vie. Longtemps, le coût du baril de pétrole, trop bas, n’a pas incité les constructeurs à se pencher sur la question. C’est pourquoi nous avons décidé de nous lancer en 2009, avec Rémi Daccord et Thiébaut Kientz.

 

Novethic. Comment fonctionne votre technologie ?

Arnaud Desrentes. Notre procédé permet de récupérer la chaleur perdue des pots d’échappement pour la transformer en énergie utile. Nous installons un échangeur thermique dans le pot d’échappement qui récupère la chaleur. Celui-ci est traversé par un liquide qui produit de la vapeur grâce à la chaleur. Cette vapeur contient beaucoup d’énergie qui va permettre d’actionner un moteur compact et très léger, couplé au moteur du véhicule. Ce petit moteur va permettre de soulager le moteur principal et réduire son besoin en carburant. Cela permet une économie de carburant évaluée 2700 euros par an pour un poids lourd transcontinental (longue distance), d’éviter 6 tonnes d’émissions de CO2 par an et 2500 litres de carburant non consommés.

 

S'attaquer au marché des groupes électrogènes

 

Novethic. Quel marché visez-vous ?

Arnaud Desrentes. Nous nous concentrons sur le secteur des poids lourds car c’est là que le retour sur investissement est le meilleur et c’est un marché important puisque 2 millions de camions sont vendus chaque année rien qu’en Europe, aux Etats-Unis et en Chine. C’est aussi un secteur où les marges nettes pour les opérateurs sont très faibles, de 0,5 à 2%. Notre promesse, c’est de doubler leurs marges grâce à la réduction de carburant avec un retour sur investissement de deux ans maximum. Mais l’objectif est de répliquer notre modèle au marché des groupes électrogènes, très important en Afrique et en Asie, à l’horizon 2020-2025. En parallèle, ou juste après, nous commencerons à cibler l’automobile, et plutôt des grosses berlines ou des pick-up américains pour lesquels les technologies existantes ne sont pas très performantes.

 

Novethic. A quel horizon planifiez-vous la commercialisation ?

Arnaud Desrentes. Pour l’instant, nous fournissons des prototypes qui se rapprochent de pré-séries, mais pas encore de produits industriels. Notre but est de valider la technologie sur la route car pour l’instant nous n’avons fait des tests que sur des bancs d’essai. Dans le domaine du poids lourd, il faut assurer une fiabilité extrême avec des milliers d’heures d’essai. Nous espérons pouvoir apporter une preuve en situation réelle en 2017. Nous sommes actuellement en discussion avec plusieurs partenaires.

 

Ne pas opposer efficacité énergétique et énergies renvouvelables 

 

Novethic. Vous développez une technologie destinée aux véhicules thermiques, alors que le gouvernement notamment mise sur l'électrique. Comment vous situez-vous par rapport à la lutte contre le changement climatique ?

Arnaud Desrentes. Je crois qu’il ne faut pas opposer les différentes approches. Si tous les véhicules étaient équipés de notre technologie, cela permettrait d’économiser chaque année 400 millions de barils de pétrole et d’éviter 150 millions de tonnes de CO2, soit le quart des émissions de la France. Je pense que les solutions d’efficacité énergétique et les énergies renouvelables doivent être développées en parallèle. Il faut attaquer la question de partout.

Le parc automobile existant est largement thermique, il continuera de l’être en 2020 et il va même continuer de croître d’ici à 2030. Notre rôle est de contribuer à aider l’industrie à moins polluer tant que d’autres solutions ne prennent pas le dessus, et tant que le taux de pénétration de l'électrique n'augmente pas. Nous pensons qu’il est aussi important d’agir sur l’existant que de penser à demain.

 

Novethic. Qu’attendez-vous de la COP21 qui se tient en ce moment au Bourget ?

Arnaud Desrentes. Il est obligatoire qu'un prix du carbone soit mis en place. 

Propos recueillis par Concepcion Alvarez
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

COP21 : le prix du carbone s’invite dans les négociations

Depuis 12 mois, la tarification du carbone est au coeur des discussions entre responsables économiques et dirigeants politiques. Dès le premier jour de la COP21, la question a été mise sur la...

Les banques françaises financent 7 fois plus les énergies fossiles que les renouvelables selon 2 ONG

Quel impact a eu le dernier grand sommet climatique de Copenhague en 2009 sur les banques ? Aucun, si l’on en croit la dernière étude publiée...

Géothermie profonde : une source d’électricité peu recommandable

Produire de l’électricité en allant chercher de la vapeur d’eau à 5 kilomètres sous terre, c’est l'une des pistes suivie par la France pour sa transition énergétique. La création d’un fonds de garantie de 50 millions d’euros, en mars dernier, doit accompagner les industriels dans...

Biocarburants de deuxième génération : espoirs industriels, inquiétudes environnementales

Le projet français de biocarburants de deuxième génération Futurol vient d’entrer en phase d’industrialisation. Cinq unités de biocarburants 2G à l’échelle industrielle sont actuellement en service dans le monde. Le développement de ces agrocarburants produits à partir de la...

Efficacité énergétique : les Certificats d’économies d’énergie, un mécanisme efficace en danger ?

Créés en 2005, les Certificats d’économies d’énergies (CEE) sont considérés comme un instrument phare de la politique d’efficacité énergétique nationale. Ce dispositif oblige les énergéticiens à mettre en place et à financer des actions d’économies d’énergies proportionnellement au volume...

ÉNERGIE

Efficacité énergétique

L’efficacité énergétique consiste à limiter de toutes les façons possibles les besoins énergétiques des bâtiments, des usines, des produits. Elle permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la dépendance énergétique. Les entreprises travaillent à plus de sobriété dans de nombreux secteurs, à commencer par l’immobilier durable.

Moteur ionique Thrust me

[Ces startups qui changent le monde] Thrustme veut rendre les nanosatellites plus accessibles et plus durables

L’espace est à un virage de son histoire. Il ne s’agit plus d’envoyer quelques gros satellites de plusieurs tonnes en orbite mais des constellations de minuscules engins appelés cubesats. La miniaturisation de leur système de propulsion est un défi. Les moteurs électriques de la jeune pousse...

Passoires thermiques : le gouvernement fait volte-face sur la consignation de 5 % du prix de vente des biens immobiliers

L’élimination des plus de 7 millions de passoires thermiques sur le marché français de l’immobilier est un enjeu majeur en matière d’environnement et de justice sociale. Mais dans le contexte tendu post Gilets Jaunes, toute mesure coercitive sur ce sujet est exclue par le gouvernement. C’est...

[Édito Vidéo] Plus renouvelable, moins nucléaire, peu émettrice et plus chère… La France électrique en quatre chiffres

Chaque année, le gestionnaire de transport électrique RTE présente son bilan électrique. Pour l’année 2018, celui-ci marque plusieurs grandes tendances à commencer par une stabilité de la consommation et une forte baisse des émissions de CO2. Elle marque aussi un léger recul du nucléaire. Des...

Rénovation énergétique des bâtiments : Nicolas Hulot veut un "choc de confiance"

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, qui veut créer "un choc de confiance" des Français, a présenté jeudi 26 avril son plan visant à favoriser la rénovation énergétique des bâtiments, grâce notamment à une simplification des dispositifs d'aide.