Publié le 20 août 2009

ÉNERGIE

Aux Pays Bas, les maisons flottantes se développent

Avec un quart de leur territoire situé en dessous du niveau de la mer, et une densité de population parmi les plus fortes au monde, les Pays-Bas font face à une crise sévère du logement. Plusieurs villes testent déjà une solution originale : les maisons flottantes.

121235_GF.jpg
Une Water Villa aux Pays-Bas

L'immobilier durable se développe

A l'ouest d'Utrecht, le quartier durable du Leidsche Rijn est en construction. Couvrant 2100 hectares, il constitue le plus grand projet de développement industriel et de logement du pays. D'ici 2015, il devrait abriter 80 000 nouvelles habitations, dont 30 % de logements sociaux. La ville, bien qu'en pleine expansion, entend réduire de 6 % ses émissions de CO2 d'ici 2012. Le nouveau quartier sera équipé d'un système de récupération des eaux, un raccordement au réseau de chauffage urbain, et utilisera des sources d'énergies durables (biogaz, biomasse). A Apeldorm, 700 logements verts dont une partie à loyers modérés devraient être construits avec l'ambition d'être « neutre en carbone » en 2020. L'Overhoeks, quartier industriel d'Amsterdam (ancien domaine de Shell Research) est en train de se reconvertir en quartier industriel et résidentiel propre, alimenté par la GTI (groupe Suez) qui, grâce à un système de stockage, promet de fournir de la chaleur en hiver et du froid en été, sans perte d'énergie.

Les Pays-Bas sont particulièrement concernés par la montée du niveau des eaux, provoquée par le changement climatique. Une étude de l'Organisation de Coopération et Développement Économique (OCDE) montre que les dix villes les plus menacées d'un point de vue économique par la montée des eaux se trouvent aux Pays-Bas, aux États-Unis et au Japon. Menacé, à l'ouest, par l'élévation du niveau de la mer et, à l'est, par l'augmentation régulière du débit de la Meuse et du Rhin, le pays doit réaménager son territoire et notamment rendre des polders* aux fleuves. C'est un changement historique puisque depuis toujours, les Pays-Bas n'ont eu de cesse de gagner du territoire sur les eaux. Cette mutation provoquée par la nouvelle donne climatique oblige le pays à trouver des solutions au problème du logement. Pour l'heure, il a fait le choix de sacrifier les terres agricoles du delta du sud, au détriment des paysans qui devront être relogés afin de protéger les grands centres économiques comme Rotterdam. Conscient que la solution consistant à donner plus d'espace à l'eau pourrait ne pas suffire à protéger le pays en cas d'accélération du réchauffement climatique, le gouvernement néerlandais, en collaboration avec les architectes, les ingénieurs et les promoteurs, cherche à développer un nouveau type d'habitat : la maison flottante.

Habiter sur l'eau : vers un nouveau mode de vie ?

Les architectes rivalisent d'ingéniosité pour décliner ce concept sous différentes formes, avec comme objectif principal le respect de l'environnement. De la « maison-bateau autonome », équipée de panneaux solaires et d'un système de recyclage des eaux usées à la « maison amphibie » construite sur le sol mais capable de s'élever au rythme de la montée des eaux tout en restant connectée à la terre pour son alimentation en électricité et son accès aux égoûts, les projets se multiplient dans le pays. Outre l'avantage évident de parer au problème de la montée des eaux, les maisons flottantes sont intéressantes d'un point de vue économique, le coût de leur construction étant peu élevé (environ 250 000 euros pour une maison de base). « Il est beaucoup plus facile de construire une maison flottante qu'une maison traditionnelle qui exige de creuser des fondations » affirme Koen Olthuis, architecte à la pointe dans le domaine. L'entreprise ABC a construit ainsi quelques 300 maisons en cinq ans, sur le même modèle dans leur usine. Les maisons sont ensuite acheminées par voie d'eau à l'emplacement souhaité. Plus spacieuses, plus économiques, plus design et surtout beaucoup plus stables grâce à la cavité en béton qui leur sert de base et de flotteur, ce type d'habitation devrait remplacer les habituelles « maisons-bateaux ».
« Ce n'est qu'un début ! » affirme Koen Olthuis. Ce dernier est effet l'instigateur du premier complexe d'appartements flottants en Europe. Le projet « la Citadelle », de la compagnie Waterstudio, qui devrait commencer en 2010, se présente comme un îlot d'appartements de 60 x 140 m2. « C'est une combinaison de technologies qui ont été mises au point à Dubaï et utilisées en Hollande » précise Koen Olthuis. Il y voit aussi un avantage écologique indéniable. D'après lui : « Si vous construisez un immeuble sur l'eau et que vous le déplacez après 50 ans, il ne laissera aucune empreinte sur le paysage puisque vous revenez à la situation originale. » Le raisonnement est toutefois discutable. D'abord, on peut s'interroger sur les moyens qui seraient utilisés pour déplacer un tel complexe, d'autant que Koen Olthuis envisage la réalisation de cités entièrement flottantes avec leurs boulevards, parcs, et infrastructures. Ensuite, il n'est pas fait mention des moyens prévus pour pourvoir aux besoins énergétiques de ces maisons flottantes. L'utilisation des panneaux solaires pour alimenter les « maisons-bateaux » dits « autonomes », plus petits, s'est révélée peu convaincante jusqu'à présent, ceux-ci n'assurant leur autonomie énergétique qu'avec l'appoint d'un générateur diesel. Et enfin quid des déchets ?

*Etendue artificielle de terre dont le niveau est inférieur à celui de la mer

Sandrine Dumont à Rotterdam (Pays-Bas)
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Efficacité énergétique

L’efficacité énergétique consiste à limiter de toutes les façons possibles les besoins énergétiques des bâtiments, des usines, des produits. Elle permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la dépendance énergétique. Les entreprises travaillent à plus de sobriété dans de nombreux secteurs, à commencer par l’immobilier durable.

Moteur ionique Thrust me

[Ces startups qui changent le monde] Thrustme veut rendre les nanosatellites plus accessibles et plus durables

L’espace est à un virage de son histoire. Il ne s’agit plus d’envoyer quelques gros satellites de plusieurs tonnes en orbite mais des constellations de minuscules engins appelés cubesats. La miniaturisation de leur système de propulsion est un défi. Les moteurs électriques de la jeune pousse...

Passoires thermiques : le gouvernement fait volte-face sur la consignation de 5 % du prix de vente des biens immobiliers

L’élimination des plus de 7 millions de passoires thermiques sur le marché français de l’immobilier est un enjeu majeur en matière d’environnement et de justice sociale. Mais dans le contexte tendu post Gilets Jaunes, toute mesure coercitive sur ce sujet est exclue par le gouvernement. C’est...

[Édito Vidéo] Plus renouvelable, moins nucléaire, peu émettrice et plus chère… La France électrique en quatre chiffres

Chaque année, le gestionnaire de transport électrique RTE présente son bilan électrique. Pour l’année 2018, celui-ci marque plusieurs grandes tendances à commencer par une stabilité de la consommation et une forte baisse des émissions de CO2. Elle marque aussi un léger recul du nucléaire. Des...

Rénovation énergétique des bâtiments : Nicolas Hulot veut un "choc de confiance"

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, qui veut créer "un choc de confiance" des Français, a présenté jeudi 26 avril son plan visant à favoriser la rénovation énergétique des bâtiments, grâce notamment à une simplification des dispositifs d'aide.