Publié le 05 janvier 2022

ÉCONOMIE

Un incendie extrêmement toxique pollue l’air dans le Sud et symbolise les risques incontrôlées des déchetteries

Le 26 décembre dernier un incendie a ravagé un centre de recyclage de déchets dans les Bouches du Rhône. Les conséquences sont telles que l’organisme AtmoSud compare la pollution de l'air à celle d’une ville comme Pékin avec des conséquences "importantes sur la population". Le gestionnaire de cette déchetterie est introuvable. L’ONG France Nature Environnement dénonce une carence de la loi et compte porter plainte contre l’Etat.

Capture d ecran ok
La fumée après l'incendie à Saint-Chamas dans les Bouches-du-Rhône
Capture d'écran des relevés d'AtmoSud

Un incident tristement prévisible. Les causes de l’incendie qui s’est déclaré le 26 décembre dernier dans un centre de recyclage de déchets à Saint-Chamas dans les Bouches-du-Rhône ne sont pas encore connues. Mais la responsabilité du gestionnaire de tri est clairement mise en cause dans cet accident qui génère une pollution de l’air extrêmement toxique et "a des retombées importantes sur la population", selon l’organisme de surveillance de l’air AtmoSud. "On peut faire une comparaison avec Pékin quand les pics de pollution sont les plus intenses", a précisé Dominique Robin, directeur de l’association

L’entreprise, Recyclage Concept 13, à la tête de cette déchetterie, est désormais introuvable. Elle avait fait l’objet d’un arrêté de mise en demeure douze jours avant l’incendie. "Les conditions et le volume de stockage du site ne sont pas en conformité", alertait ainsi la préfecture. En effet, la quantité de déchets gérés par l’entreprise dépassait largement le seuil autorisé. "La société disposait d’une autorisation pour 10 000 tonnes de déchets or elle en stockait le double soit 20 000 tonnes", précise Richard Hardouin président de France Nature Environnement (FNE) 13, fédération d’associations de défense de la nature et de l’environnement.

Le maire de la commune d’environ 8 000 habitants, Didier Khelfa, avait quant à lui alerté les autorités dès le mois d'avril. Il avait constaté "des stocks de déchets qui s’accumulaient dangereusement. Comment a-t-on pu laisser dériver à ce point cette entreprise, au mépris des risques d’incendies ?", s’est interrogé le maire de Saint-Chamas, qui envisage de porter plainte, aux côtés de France Nature Environnement (FNE).

Cet incendie est "révélateur d’un problème beaucoup plus large"

"L’entreprise gestionnaire n’avait pas de siège social mais simplement une boîte aux lettres à Marignane", fustige de son côté Richard Hardouin de FNE 13 qui se demande comment une autorisation d’exploiter des déchets peut être accordée à "une société qui s’inscrit sur internet et ne dispose même pas de locaux ? Maintenant, le président et l’actionnaire unique étranger sont aux abonnés absents et cela va être très compliqué de les retrouver", s’insurge ce dernier. Il évoque trois dimensions préoccupantes dans ce dossier avec une atteinte à la santé publique et à l’environnement mais aussi le non-respect de normes établies et enfin une carence de l’Etat et de la loi qui permet ce type de situation.

Cet incendie est "révélateur d’un problème beaucoup plus large", affirme ainsi Richard Hardouin qui dénonce "un système économique parallèle, car il n’y a pas de filière de tri digne de ce nom". "Cet incendie, aussi dramatique soit-il, n’est pas un cas isolé et l’Etat n’ignore pas ce qu’il se passe", fustige-t-il. Il prône ainsi le déploiement d’actions fortes pour lutter contre l’accumulation de déchets mais aussi la mise en place de filières de gestion des déchets efficaces. "Il faut régler le problème de manière globale et éviter la création d’entreprises fugitives permises car il y a un vide juridique", soutient-il.

En attendant une intervention de l’Etat, le maire de Saint-Chamas a demandé aux directeurs d’école d’interdire la sortie en récréation des élèves et a fermé les centres sportifs extérieurs et les jeux pour enfants de sa commune "par mesure de précaution". Il espère pouvoir lever ces mesures rapidement, "grâce au mistral qui doit arriver", a-t-il déclaré. Quant à l’incendie, il ne devrait pas être résorbé "avant 15 jours au mieux et si l’on déploie de gros moyens", précise Richard Hardouin.

Mathilde Golla @Mathgolla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...