Publié le 04 février 2021

ÉCONOMIE

Trois banques européennes décident de ne plus financer l’extraction de pétrole en Amazonie

BNP Paribas, Crédit Suisse et ING ont décidé d’arrêter de financer le négoce du pétrole brut extrait en Amazonie, afin de ne plus contribuer aux dégâts environnementaux et sociaux dans la région. L’ONG Amazon Watch avait chiffré leurs financements de ces activités à près de 5,5 milliards de dollars pendant la dernière décennie.

Amazonie pollution petrole Chevron Texaco Rodrigo Buendia AFP
La pollution causée par les exploitations pétrolières en Amazonie produits des dégâts tant environnementaux, que sociaux.
@Rodrigo Buendia AFP

Le secteur du pétrole fait de plus en l'objet d'exclusions. BNP Paribas, Crédit Suisse et la néerlandaise ING viennent d’annoncer qu’elles ne financeraient plus le négoce de pétrole à partir d’Amazonie. Cet engagement suit un rapport d’août 2020, des ONG Amazon Watch et Stand.earth, qui pointait les financements des banques européennes dans la région.

De plus en plus d'institutions financières, dont BNP Paribas, s'engagent à ne plus plus financer ou investir dans les projets d'extraction du pétrole et du gaz non conventionnel. Il s'agit donc, cette fois, d'un nouvel angle d'attaque pour les ONG qui s'intéressent à un autre domaine de la finance, celui du négoce international, qui permet notamment de financer le transport de barils de brut vers les raffineries. Les 19 banques évaluées par le rapport ont ainsi financé le transport du pétrole à hauteur de 10 milliards de dollars sur la dernière décennie. BNP Paribas, ING et Crédit Suisse faisaient partie des principaux financeurs du "trading" de l’or noir en Amazonie, avec près de 5,5 milliards de dollars de financements octroyés à elles trois depuis 2009.

L’extraction pétrolière en Amazonie est particulièrement controversée, tant du fait de la pollution due à des rejets toxiques, que du fait des nombreuses violations de droits humains. L’affaire Texaco, l’entreprise rachetée par l’américain Chevron, a ainsi longtemps opposé le gouvernement de l’Équateur au pétrolier, en raison d’une vaste pollution des sols remontant aux années 60. Plus récemment, en novembre 2020, un glissement de terrain a causé la rupture de pipelines en Équateur entraînant un déversement dans la rivière Coca.

Chaos climatique

L’extraction de pétrole est particulièrement sensible en Amazonie du fait de la richesse de la biodiversité et du nombre important de populations autochtones dépendant de la forêt. "Pendant trop longtemps l’industrie pétrolière a fait des ravages sur nos peuples, violé nos droits, abattu nos forêts, pris nos terres et créé un chaos climatique qui conduit à l’effondrement de l’Amazonie", déclare dans un communiqué Marlon Vargas, le président de la Confédération des nationalités indigènes de l’Amazone équatoriale.

La décision de ces trois grandes banques européennes devrait commencer à assécher les flux financiers permettant l’exportation du pétrole amazonien. À condition que les autres établissements bancaires leur emboîtent le pas. La banque française Natixis, qui figure parmi les six plus grands financeurs du négoce du pétrole amazonien, déclare pour sa part n'avoir plus pris d'engagement de financement dans la région depuis mi-2020.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Valerie Pecresse presidentielle JULIEN DE ROSA AFP

Valérie Pécresse, candidate de la droite républicaine, a une petite place pour l’environnement

Les militants des Républicains ont finalement désigné Valerie Pécresse comme candidate aux Présidentielles pour porter la voix de la droite républicaine. Mettant en avant une grande première, la désignation d’une femme pour mener la campagne d’un parti de gouvernement, la Présidente de la Région île...

Pays heureux

Finlande et Nouvelle-Zélande : la réussite de ces pays ringardise le PIB

Alors que de plus en plus de pays réfléchissent à faire évoluer leurs indicateurs de croissance, la Finlande et la Nouvelle-Zélande sont déjà passées à l’acte. Elles évaluent leurs performances non plus seulement à l’aune de la croissance mais aussi du bien-être. Ce n’est donc pas un hasard si ces...

3 COO

3% de déficit : une règle d'or fixée un peu par hasard

La Commission européenne lance une consultation publique sur une hypothétique réforme du Pacte de stabilité et de croissance qui encadre les politiques budgétaires des États membres. Ce pacte a notamment érigé en règle d’or la limite d’un déficit public à 3% du PIB. Mais comment et sur quels...

Mesures fiscales cco

La théorie du ruissellement défendue par Emmanuel Macron ne passe pas l’épreuve des faits

Les réformes fiscales de 2018, dont la fin de l'impôt sur la fortune, devaient transformer les baisses de taxes des ménages les plus riches en investissements dans l’économie réelle. Mais un rapport de France Stratégie vient à l'encontre de cette théorie. Dans les faits, les réformes n’ont pas eu...