Publié le 04 février 2021

ÉCONOMIE

Trois banques européennes décident de ne plus financer l’extraction de pétrole en Amazonie

BNP Paribas, Crédit Suisse et ING ont décidé d’arrêter de financer le négoce du pétrole brut extrait en Amazonie, afin de ne plus contribuer aux dégâts environnementaux et sociaux dans la région. L’ONG Amazon Watch avait chiffré leurs financements de ces activités à près de 5,5 milliards de dollars pendant la dernière décennie.

Amazonie pollution petrole Chevron Texaco Rodrigo Buendia AFP
La pollution causée par les exploitations pétrolières en Amazonie produits des dégâts tant environnementaux, que sociaux.
@Rodrigo Buendia AFP

Le secteur du pétrole fait de plus en l'objet d'exclusions. BNP Paribas, Crédit Suisse et la néerlandaise ING viennent d’annoncer qu’elles ne financeraient plus le négoce de pétrole à partir d’Amazonie. Cet engagement suit un rapport d’août 2020, des ONG Amazon Watch et Stand.earth, qui pointait les financements des banques européennes dans la région.

De plus en plus d'institutions financières, dont BNP Paribas, s'engagent à ne plus plus financer ou investir dans les projets d'extraction du pétrole et du gaz non conventionnel. Il s'agit donc, cette fois, d'un nouvel angle d'attaque pour les ONG qui s'intéressent à un autre domaine de la finance, celui du négoce international, qui permet notamment de financer le transport de barils de brut vers les raffineries. Les 19 banques évaluées par le rapport ont ainsi financé le transport du pétrole à hauteur de 10 milliards de dollars sur la dernière décennie. BNP Paribas, ING et Crédit Suisse faisaient partie des principaux financeurs du "trading" de l’or noir en Amazonie, avec près de 5,5 milliards de dollars de financements octroyés à elles trois depuis 2009.

L’extraction pétrolière en Amazonie est particulièrement controversée, tant du fait de la pollution due à des rejets toxiques, que du fait des nombreuses violations de droits humains. L’affaire Texaco, l’entreprise rachetée par l’américain Chevron, a ainsi longtemps opposé le gouvernement de l’Équateur au pétrolier, en raison d’une vaste pollution des sols remontant aux années 60. Plus récemment, en novembre 2020, un glissement de terrain a causé la rupture de pipelines en Équateur entraînant un déversement dans la rivière Coca.

Chaos climatique

L’extraction de pétrole est particulièrement sensible en Amazonie du fait de la richesse de la biodiversité et du nombre important de populations autochtones dépendant de la forêt. "Pendant trop longtemps l’industrie pétrolière a fait des ravages sur nos peuples, violé nos droits, abattu nos forêts, pris nos terres et créé un chaos climatique qui conduit à l’effondrement de l’Amazonie", déclare dans un communiqué Marlon Vargas, le président de la Confédération des nationalités indigènes de l’Amazone équatoriale.

La décision de ces trois grandes banques européennes devrait commencer à assécher les flux financiers permettant l’exportation du pétrole amazonien. À condition que les autres établissements bancaires leur emboîtent le pas. La banque française Natixis, qui figure parmi les six plus grands financeurs du négoce du pétrole amazonien, déclare pour sa part n'avoir plus pris d'engagement de financement dans la région depuis mi-2020.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...

Boris johnson NIKLAS HALLE N AFP

Johnson après Trump, les populistes à mèche blonde vont-ils lâcher le pouvoir dans les démocraties qu’ils épuisent ?

La démission de 45 membres de son gouvernement a acculé Boris Johnson à la démission. Il avait réussi à rester au pouvoir malgré les scandales des "partygate", ses vérités alternatives, ses remises en cause des engagements du traité post-brexit, son plan de transfert des migrants vers le Rwanda… Il...

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...