Publié le 17 octobre 2022

ÉCONOMIE

Tensions sociales : quand la rémunération des grands patrons ne passe plus

La question de la rémunération de Patrick Pouyanné, le PDG de TotalEnergies, refait surface dans le contexte de la grève dans les raffineries. Il avait obtenu 52% d’augmentation, suscitant l’incompréhension. Alors que les opérateurs demandent 10%, la question du partage de la richesse dans les entreprises se retrouve au cœur du débat.

Greve raffinerie TotalEnergies Patrick Pouyanne 2 Loic Venance Karim Jaafar AFP
À gauche, les salariés grévistes dans les raffineries, à droite Patrick Pouyanné, PDG de TotalEnergies.
@Loic Venance Karim Jaafar / AFP

Grève dans les raffineries qui dure depuis plusieurs semaines, manifestations le dimanche 16 octobre 2022 pour protester contre l’augmentation du coût de la vie, annonce de grève générale le 18 octobre… le début de l’automne se révèle explosif sur le front social. Au milieu de tout cela, une augmentation de salaire de 52% ravive encore les tensions et remet au centre du débat la question du partage de la valeur dans les entreprises. Il s’agit de celle obtenue par Patrick Pouyanné, le PDG de TotalEnergies, lors de l’assemblée générale des actionnaires au printemps 2022. La polémique a rapidement enflammé les réseaux sociaux, alors que les syndicats de TotalEnergies demandent pour les opérateurs une augmentation bien inférieure, de 10% dont 3% au titre du partage de la valeur et 7% d'augmentation générale.

La rémunération des dirigeants des grands groupes cristallise régulièrement les crispations. Mais, en période d’inflation élevée, qui heurte le pouvoir d’achat des plus vulnérables, et alors que les entreprises de l’énergie ont enregistré des bénéfices record, elle devient particulièrement incompréhensible pour les salariés de ces entreprises. En tout, Patrick Pouyanné va ainsi percevoir plus de 5,9 millions d’euros au titre de l’année 2021. Cette rémunération se décompose entre une partie fixe et variable pour près de 4 millions d’euros, et des attributions d’actions de l’entreprise valorisées à près de 2 millions d’euros que le dirigeant ne percevra qu’une fois qu’il les revendra.

Une rémunération dans la moyenne

L’augmentation spectaculaire de Patrick Pouyanné trouve cependant une explication assez simple. Pendant la pandémie, comme plusieurs dirigeants d’entreprise, il avait consenti à réduire son salaire de plus de 35%. Aucun risque pour ses fins de mois néanmoins, puisqu’il avait tout de même perçu près de 4 millions d’euros en 2020. En revenant autour de 6 millions d’euros, il retrouve donc sa rémunération habituelle.

Le chiffre peut paraître impressionnant, mais il est pourtant loin de faire partie des plus élevés du CAC 40. Le PDG de TotalEnergies se trouve même plutôt dans la moyenne. Selon une étude de la fintech Scalens, la rémunération moyenne des grands groupes français atteint 8,7 millions d’euros pour 2021, le double de l’année précédente. Champion toutes catégories, Bernard Charlès, dirigeant de Dassault Systèmes, a obtenu quant à lui une rémunération de 44 millions d’euros au titre de 2021.

Ces sommes mirobolantes se retrouvent en déconnexion totale avec le quotidien des salariés. Or, de nombreux investisseurs ont repéré le risque que cela faisait peser sur le modèle économique de ces entreprises.

Un risque pour les investisseurs

"Il ne faut pas tomber dans l’erreur d’idolâtrer un dirigeant, quel que soit son talent. La création de valeur provient avant tout des 20 000, 50 000 ou 100 000 salariés qui se lèvent tous les matins pour aller travailler et des milliards d’euros de capitaux investis par les actionnaires qui, eux, sont en risque", explique ainsi dans Le Monde Loïc Dessaint, le responsable de la gouvernance chez Proxinvest.

Ce cabinet de conseil en vote pour les grands investisseurs invite justement ses clients à voter contre les rémunérations qu’il juge trop élevées. Carlos Tavares, le PDG du groupe automobile Stellantis, en a fait les frais en avril 2022. Lors de l’assemblée générale du groupe, une majorité d’actionnaires se sont ainsi prononcés contre le "package" du dirigeant. Celui-ci atteignait la somme record de 60 millions d’euros, un niveau encore plus élevé que celui de ses homologues américains, pourtant réputés pour leurs rémunérations stratosphériques. Les actionnaires n’avaient pas été sourds aux protestations des syndicats, qui jugeaient la rémunération de Carlos Tavares inacceptable alors que le groupe prévoyait des réductions de postes et que les augmentations générales ne devaient atteindre que 2,8%.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jacinda ardern MICHAEL BRADLEY AFP

Jacinda Ardern, Première ministre néo-zélandaise emblème d'une politique alternative, démissionne

Le parcours de Jacinda Ardern, la Première Ministre néo-zélandaise, aura cassé tous les codes politiques depuis le début. Élue par surprise en 2017 à 37 ans, elle aura dirigé le pays pendant six ans en assumant maternité, empathie avec la population, attitude exemplaire lors des attentats de...

Assaut contre les batiments du Congres de la Cour supreme et du palais presidentiel Brasilia janvier 2023 EVARISTO SA AFP

La prise éphémère des symboles démocratiques de Brasilia incarne les nouvelles batailles de l’extrême droite

Pendant quatre heures dimanche, les partisans de Jair Bolsanaro ont rejoué la prise du Capitole sous d’autres latitudes. Couverts de drapeaux brésiliens, ils ont pris d’assaut la place des Trois pouvoirs construite par Oscar Niemeyer, vandalisant au passage le Congrès, la Cour Suprême et le palais...

Montage photos tondelier ciotti bompard marseille dec 2022 AFP

Les changements à la tête de quatre partis politiques feront-ils plus de place à l'écologie dans le débat public ?

Quatre nouveaux dirigeants de partis politiques ont été désignés ce week-end. Élus par des militants, comme Marine Tondelier pour EELV et Eric Ciotti pour les Républicains ou désignés par les instances de leurs partis comme Manuel Bompard qui remplace Jean-Luc Mélenchon à la tête de la France...

Eva Kaili Parlement europeen CCO

Qatar 2022 : la compétition sportive n’a pas dissipé le parfum de corruption qui flotte jusqu’au Parlement européen

Les appels au boycott se sont taris face aux matches de football mais la corruption dénoncée depuis l’attribution de la Coupe du Monde poursuit ses ravages. Elle est à l’origine de l’interpellation de la vice-présidente grecque du Parlement européen vendredi. Eva Kaili, du parti S&D, s’était...