Publié le 20 septembre 2022

ÉCONOMIE

Shrinkflation, cheapflation : quand les prix des produits alimentaires augmentent en toute discrétion

La guerre des prix entre la grande distribution et les industries agroalimentaire est bien connue. Mais certaines stratégies entretiennent une illusion de prix bas. Shrinkflation, cheapflation, certains industriels semblent augmenter les prix en réduisant la quantité ou en changeant d’ingrédients moins qualitatif. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a lancé une enquête pour vérifier s'il s'agit de pratiques commerciales trompeuses.

Hypermarche rayons surfaces commerciales moratoire
2% des produits en supermarchés semblent subir une "shrinkflation", selon un analyste.
@COO

Le véritable niveau de l'inflation n'est pas toujours bien connu. Outre la très médiatique guerre des prix à laquelle se livrent les distributeurs, certaines stratégies des industriels entretiennent une illusion de prix bas. À commencer par les hausses de prix non annoncées et dénoncées notamment par l'ONG FoodWatch. Ainsi, des produits bien connus des clients conservent leurs emballages habituels, mais la quantité vendue est réduite. Cette technique dite de "shrinkflation" (du verbe anglais shrink, rétrécir) n’est pas nouvelle mais en période de forte inflation, elle est d'autant plus gênante. L’ONG qui "milite pour la transparence dans le secteur agroalimentaire" a récemment épinglé six marques "qui ont modifié la taille de leurs produits-phares ces dernières années".

Selon elle, Kiri, St Hubert, Saint Louis, Salvetat, Lindt ou encore Teisseire ont réduit la quantité de produits proposés sans modifier le format. Par exemple, les boîtes de chocolat de la marque Pyrénéens au lait de Lindt ont été amputées de six bouchées, passant de 30 à 24 et réduisant le poids global de 20 %. Résultat, le prix au kilo a bondi de 30 % depuis 2020 mais la hausse du prix de la boîte est limitée à 4 %. De son côté, Salvetat, marque de Danone, a réduit la taille de ses bouteilles d'eau de 1,25 litre à 1,15 litre ce qui lui permet d’afficher une hausse de prix contenue de 5 % alors que l' augmentation monte à 15 % rapportée au litre.

2% des aliments vendus en supermarché en "shrinkflation"

Lindt France explique que "le prix au kilogramme a augmenté, reflétant la volatilité et la hausse des coûts de (ses) opérations", selon un courrier adressé à Foodwatch. D’autres se défaussent sur les grandes surfaces : "nous ne pouvons que conseiller un prix de vente que le distributeur est libre d'appliquer ou non", écrit le service consommateurs de Danone France, mais les informations sur l'emballage sont de leur ressort.

Ces exemples sont loin d’être des cas isolés puisque près de 2 % des produits alimentaires vendus en grande surface pourraient être concernés, selon l'analyste financier John Plassard, du gestionnaire de fonds Mirabaud. C’est aussi ce qui pousse FoodWatch à alerter et mener des actions préventives au moyen d’une pétition pour demander aux "entreprises d’assumer leur changement de format", indique ainsi Camille Dorioz, responsable de la campagne pour FoodWatch.

Par ailleurs, "tant que nous n’aurons pas de mesure concrète de transparence, nous continuerons à faire du "name & shame". La pétition a réuni 20 000 signatures", souligne le militant. "Nous avons aussi suivi la réaction du patron de Système U qui a lui-aussi demandé à faire toute la lumière sur ces pratiques mais sans prendre d'engagement concret. Même Leclerc estime qu’il s’agit d’une pratique abusive. Mais maintenant nous attendons et demandons des actes concrets", martèle-t-il.

La DGCCRF surveille ces phénomènes

Un autre phénomène envahit les rayons des supermarchés, il s’agit de la "cheapflation" (de l'anglais cheap, bon marché). Il consiste à remplacer certains produits ou aliments par des substituts alimentaires ou non moins chers. Par exemple, aux États-Unis, une crème glacée est devenue "dessert glacé", car "on lui a retiré tellement de produits laitiers qu'elle ne peut plus être légalement appelée crème glacée", indique John Plassard.

Ces pratiques n’ont rien d’illégal "à condition que les fabricants indiquent les changements de manière claire sur l'emballage et que les distributeurs mentionnent en rayon l’unité de mesure (au kilo/litre)", précise la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Olivia Grégoire, la ministre délégué aux PME, au commerce et à l'artisanat, s'est également alarmé de ces pratiques et a décidé de saisir la DGCCRF. Celle-ci affirme que des contrôles "sont en cours (…). Si des pratiques commerciales trompeuses sont constatées, elles feront l’objet des suites appropriées (avertissement ou procès-verbal selon la gravité des faits)". Et la note pourrait être salée.

Mathilde Golla, @Mathgolla 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Georgia Meloni Fratelli d Italia FridaysForFuture Piero Cruciatti AFP et CCO

Suède, Italie, France : l’absence du changement climatique dans les campagnes électorales fait progresser l’extrême droite

Si l’Europe paye un lourd tribut aux catastrophes climatiques, l’enjeu est paradoxalement quasi absent des campagnes électorales. En Suède et en Italie, comme en France il y a quelques mois, elles restent centrées sur la sécurité et l’immigration ce qui fait progresser l’extrême droite et conduit...

Valerie Masson Delmotte Aurelien Barrau

Aurélien Barrau au Medef et Valerie Masson-Delmotte au gouvernement lancent l'alerte : avec quel impact ?

Aurélien Barrau au Medef, Valerie Masson-Delmotte face au gouvernement, la semaine de rentrée des dirigeants économiques et politiques s’est faite sur le mode alerte générale. Les deux scientifiques, dans des styles différents, ont résumé l’urgence climatique et environnementale. Leurs discours...

Macron conseil des ministres MOHAMMED BADRA POO AFP

Pour Emmanuel Macron, la rentrée est celle de la "grande bascule" pour laquelle il ne dessine pas de projet d’adaptation

L’été de tous les dangers climatiques, sera-t-il celui de la "grande bascule" dans un monde transformé par les pénuries de biens essentiels comme l’eau, les crises de l’énergie et la guerre en Ukraine ? C’est la tonalité qu’Emmanuel Macron a donné à son discours de rentrée pour le gouvernement, sans...

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...