Publié le 22 novembre 2022

ÉCONOMIE

Sécheresse : les coûts d’indemnisation, en forte hausse, mettent les assurances sous tension

La sécheresse qui a commencé dès le début de l’année fait des ravages sur les habitations. Les sociétés d’assurance ont réévalué à la hausse le coût des dommages aux bâtiments provoqués par le phénomène de retrait-gonflement des sols argileux. Il pourrait rivaliser avec celui de 2003, année la plus chère en termes de sinistres dus à la sécheresse. L’augmentation de la fréquence de ces événements climatiques et de leurs coûts mettent les sociétés d’assurance et les assurés sous haute tension.

Secheresse maison fissure Philippe Desmazes AFP
Le coût de la sécheresse devrait atteindre entre 1,9 milliard et 2,8 milliards d'euros en 2022.
@Philippe Desmazes / AFP

La facture ne cesse de s’allonger pour les dégâts causés aux bâtiments par la sécheresse. France Assureurs, la fédération des sociétés d’assurances, a revu son bilan à la hausse. Le coût de la sécheresse pour l’année 2022 devrait se situer entre 1,9 milliard d’euros et 2,8 milliards d’euros, selon les prévisions à fin octobre. Et ces chiffres pourraient encore être revus à la hausse d’ici la fin de l’année vu l’ampleur du phénomène. De nouvelles zones pourraient connaître une sécheresse tardive d’ici la fin de l’année et ajouter de nouveaux dégâts à indemniser.

La sinistralité causée aux habitations par les épisodes de sécheresse provient principalement du phénomène de "retrait-gonflement des argiles". Les sols argileux ont en effet tendance à se rétracter lorsque la teneur en eau diminue et à gonfler lorsqu’elle augmente, ce qui crée des mouvements de terrain dévastateurs pour les bâtiments. Des fissures apparaissent sur la façade des maisons allant jusqu’à les rendre inhabitables dans les cas extrêmes.

L’indemnisation, complexe à débloquer

Cette hausse croissante du coût de la sécheresse met en tension le modèle économique de l’assurance, basé notamment sur la répartition des coûts des sinistres entre les assurés. Le régime des catastrophes naturelles, qui inclut la sécheresse depuis 1989 et qui prévoit une garantie de l’État pour les assureurs, risque de ne pas suffire à faire face à une telle explosion des coûts.

Côté assurés, les fissures sur les habitations sont parfois particulièrement difficiles à faire indemniser. Pour faire jouer l’assurance, il faut qu’un arrêté de catastrophe naturelle ait été publié. Puis il faut réussir à faire le lien entre les dégâts causés sur la maison, l’épisode de sécheresse et la période prise en compte dans l’arrêté. Un parcours du combattant qui relève parfois du casse-tête et qui pourrait laisser supposer que le nombre de sinistres liés à la sécheresse serait encore plus élevé…

France Assureurs estime que 48% du territoire métropolitain est exposé au risque de retrait-gonflement des sols argileux, soit 16,2% des maisons individuelles. Près de 10 millions d’habitations sont donc potentiellement concernées. Les assureurs indemnisent en moyenne par an 29 500 cas de sinistres dus à la sécheresse, pour près de 485 millions d’euros.

Tendance à la hausse des épisodes de sécheresse

L’épisode de sécheresse de l’année 2022 est particulièrement intense. Il devrait rivaliser avec celui connu en 2003 qui avait causé 2,1 milliards d’euros de dégâts. Cette année, la sécheresse a commencé très tôt. Alors que les niveaux d’humidité des sols étaient normaux en début d’année sur presque l’ensemble du territoire, la sécheresse a commencé à atteindre certaines zones de l’Hexagone dès le mois de février. Ces zones n’ont ensuite cessé de s’étaler jusqu’à atteindre la totalité de la métropole à fin octobre.

L’année 2022 s’inscrit néanmoins dans une tendance à la hausse constatée par les assureurs. Entre 1989 et 2015, la sécheresse représentait 15% des sinistres liés à des évènements climatiques. Depuis 2016, elle atteint 24% de la sinistralité climatique. Les coûts explosent également. En tout, les compagnies d’assurance ont déboursé 16 milliards d’euros sur un peu plus de trente ans (de 1989 à 2021) pour indemniser les victimes, mais elles s’attendent déjà à voir la facture grimper dans les prochaines décennies en raison du changement climatique. D’ici 2050, donc dans les trente prochaines années, le coût pourrait atteindre 43 milliards d’euros selon les prévisions des assureurs, qui s’attendent à des épisodes de sécheresse intense tous les trois ans sur cette période.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Plus de doute : l'activité humaine est en grande partie responsable des sécheresses

La longue et intense sécheresse de l'été 2022 a touché l'ensemble de l'hémisphère nord. Une étude du World Weather Attribution estime que le changement climatique d'origine humaine a rendu l'intensité de cette sécheresse au moins 20 fois plus probable. Une nouvelle sonnette d'alarme au...

Sécheresse : le monde agricole recherche une solution entre assurance et adaptation

Forêts brûlées, lacs asséchés, récoltes anéanties par les températures anormalement élevées : les images de paysages ravagés par la sécheresse se multiplient. Alors qu’un nouvel épisode de canicule débute, les agriculteurs sont sur le qui-vive pour sauver leurs productions. Pour les...

Sécheresse : la réalité du changement climatique rattrape la France

Une centaine de communes en France ont les robinets à sec. La sécheresse historique que connaît l’Hexagone cet été a conduit à mettre en place des restrictions d’eau sur la majorité du pays, sans que cela n’empêche les pénuries. Et la situation pourrait se reproduire à l’avenir, les...

Le parcours de combattant des victimes de la sécheresse avive les tensions avec les assureurs

Les litiges entre les particuliers et les assureurs portent de plus en plus sur les conséquences du réchauffement climatique. Les saisines du médiateur de l’assurance pour ce motif ne cessent d’augmenter ces dernières années. Les cas liés à la sécheresse ont même doublé mais pour les...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Capitole Etats Unis midterms 2022 Mandel Ngan AFP

Les résultats des élections américaines montrent les limites de la guerre d’influence anti-woke

"Trump-Biden, la revanche" était le titre du scénario écrit par les sondages pour les élections de mi-mandat organisées le 8 novembre. Mais les électeurs en ont écrit un autre. Le camp démocrate, emmené par le Président Biden, a beaucoup mieux résisté que prévu à une vague de submersion rouge de...

Election lula bresil 301022 CARL DE SOUZA AFP

Lula, réélu à la tête d’un Brésil divisé sur tout : l’Amazonie, l’agro-industrie et les inégalités de richesse

Lula, l’ancien métallo, est redevenu à 77 ans le président du Brésil. Cet homme de gauche à la tête d’une large coalition, a battu d’une courte tête Jaïr Bolsonaro, le Trump tropical. Cette élection cruciale pour la protection de l’Amazonie, poumon mondial menacé, est aussi un coup d’arrêt à un...

Liz Truss Daniel Leal AFP

La démission de Liz Truss, nouvelle mort du Royaume-Uni d’Élisabeth II et de Margaret Thatcher ?

Le mandat de la Première ministre britannique n’aura survécu qu’un peu plus d’un mois à la reine d’Angleterre. Liz Truss est encore en vie mais sa carrière politique est morte, 45 jours après l’enterrement en grande pompe d’Élisabeth II qui traînait dans son cortège les derniers restes du 20e...

Vincent Edin

Vincent Edin (journaliste, auteur) : "Les mobilisations sociales sont le signe d'une maltraitance institutionnelle"

D’un côté, une colère sociale qui s’intensifie. De l’autre, un gouvernement qui refuse de légitimer le mouvement… en toute logique, d’après Vincent Edin, spécialiste de la rhétorique politique. Selon lui, l’absence de consensus à la croisée des luttes ne permet pas aux revendications d’aboutir...