Publié le 30 novembre 2020

ÉCONOMIE

Norwegian, BlackRock, Pfizer... Sept entreprises symboles de l’impact de la seconde vague de Covid-19

La compagnie aérienne Norwegian proche de la faillite, le pétrolier Saoudi Aramco obligé de s’endetter, le laboratoire Pfizer qui flambe en Bourse… La seconde vague de Covid-19 a déferlé sur le monde économique. Novethic a sélectionné sept entreprises phares dont l’état de santé symbolise aujourd’hui l’impact de la pandémie sur leurs secteurs.

Danone Tesla Printemps Saudi Aramco Blackrock Norwegian Pfizer
De la faillite à la réussite, zoom sur sept entreprises symboles de la seconde vague de Covid-19.
@Yuri Kadobnov/Afp @Tesla @Printemps @SaudiAramco @Blackrock @Norwegian @JohnLamparski/NurPhoto/AFP

Norwegian perd ses ailes

C’est une "gifle" pour Norwegian. La Norvège a décidé de ne pas aider de nouveau la compagnie aérienne, en grande difficulté. Le gouvernement a jugé que le niveau d’endettement de la société était trop élevé, jetant le voile sur la survie du spécialiste du low cost. Déjà en mauvaise passe avant le Covid, elle vient de mettre deux de ses filiales en faillite. Elle n’est pas la seule du secteur à souffrir. Côté britannique, la compagnie Easy Jet a enregistré sa première perte annuelle depuis 25 ans, date de sa création. L’association du transport aérien international (IATA) évalue à 118,5 milliards de dollars les pertes des 290 compagnies aériennes internationales en 2020. 

Pfizer, vacciné contre la crise 

C’est une annonce qui a redonné de l’espoir à la planète entière. Le 10 novembre, le géant pharmaceutique américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech affirment qu’ils disposent d’un vaccin contre le Covid-19 efface à 90 %. En un instant, les Bourses s’envolent. Le Dow Jones  gagne 3 %, Londres 5 % et Paris 7,6 %. Les actions du groupe vieux de 171 ans atteignent des records. Quant à la capitalisation boursière de BioNTech, elle représente désormais 27 milliards de dollars, un sommet qu’elle n’avait jamais touché. Cet engouement ne reflète pourtant pas la réalité de la crise économique pour laquelle le remède reste à trouver.

Printemps, victime de la mode

Malgré ses célèbres vitrines illuminées pour Noël, Printemps n’est pas à la fête. Le 10 novembre, il a annoncé fermer sept de ses 19 magasins en France, dont trois Citadium. La direction l’explique par la baisse de la fréquentation touristique et par le confinement. Mais si le Covid-19 a été un catalyseur, le Printemps se trouvait déjà en mauvaise posture. Son positionnement, très "luxe" ne fonctionne pas et le marché de l’habillement est en chute libre. Il a perdu 15 % depuis 10 ans. Pour le secteur entier c’est l’hécatombe. Après André, La Halle ou Célio, tous au bord de la faillite, c’est la chaîne américaine Gap qui a décidé de quitter totalement l’Europe. 

Danone prend l’eau

Danone, incarné par son Président Emmanuel Faber, fait figure d’entreprise vertueuse. Elle se donne pour mission de participer au bien-être global en prenant à coeur sa responsabilité sociale et environnementale. Le dirigeant avait largement réussi à faire valider cette stratégie par ses actionnaires, ce qui in fine a servi sa performance. Mais le Covid-19 n’a pas épargné les géants de l’agroalimentaire et Danone a dû annoncer brutalement la suppression de 2 000 postes dans le monde, de façon à retrouver des marges de profit et rassurer les investisseurs. Danone illustre que même les entreprises pionnières du développement durable, même si elles résistent mieux, sont aussi à risque face à des changements brutaux de conjoncture.

Tesla roule dans la cour des grands

Si l’on parle de ventes de voitures, le constructeur Tesla est un tout petit acteur, loin derrière le géant allemand Volkswagen ou le titan japonais Toyota. Pourtant, la société d’Elon Musk est aujourd’hui la plus grosse capitalisation du secteur dans le monde avec plus 500 milliards de dollars (la deuxième, Volkswagen, est à 77 milliards). Et l’entreprise vient d’intégrer le S&P 500, l’indice phare des marchés financiers américains. Alors que la pandémie pousse au "monde d’après", Tesla a combiné la transition énergétique et numérique comme aucun constructeur n’a pu le faire. À tel point que le PDG de Volkswagen juge que ce constructeur est désormais la référence du secteur.

BlackRock vaut de l’or

Si la crise économique met à mal des pans entiers de l’économie, beaucoup d’acteurs financiers passent à travers les gouttes, à commencer par BlackRock. En pleine deuxième vague de l’épidémie, le mastodonte a annoncé avoir collecté 129 milliards de dollars au troisième trimestre et se retrouve à la tête de 7 808 milliards de dollars d’encours, deux fois le PIB de l’Allemagne, trois fois celui de la France. Le gestionnaire profite à fond de l’épargne des américains en hausse depuis le début de l’année. Avec une telle puissance financière, BlackRock est très attendu sur ses engagements environnementaux. Le PDG Larry Fink assurait au début de l’année que "l’investissement durable représente désormais le meilleur gage de robustesse".  

Saudi Aramco en panne sèche

Le plus grand pétrolier au monde, Saudi Aramco connait les pires heures de son existence. Alors que la demande d’or noir a baissé en 2020 et que les cours du baril sont faibles, l’entreprise publique saoudienne a enregistré une chute de 45 % de ses bénéfices au troisième trimestre passant de 21 milliards de dollars en 2021 à 11 milliards en 2020. Énorme revers pour l’entreprise qui venait de s’introduire en bourse. Pour verser les 75 milliards de dividendes promis, Saudi Aramco a annoncé l’émission d’une dette massive. De quoi illustrer la fragilité de modèle 100 % fossiles et qui pousse par exemple Total ou BP à se diversifier.  

Ludovic Dupin @LudovicDupin et Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

IStock @SomeMeans Chine Europe

Ouïghours : l'Union européenne suspend les discussions avec la Chine sur l'accord d'investissement

L'Europe durcit sa position sur la situation des Ouïghours en Chine. La Commission a mis entre parenthèses début mai la ratification d'un accord sur les investissements avec la Chine dans un contexte d'escalade des tensions entre les deux blocs. Alors que l'Europe a déjà appliqué des sanctions en...

Liquidation ACHT

[Édito] Les territoires, négligés par la bataille électorale des Régionales, ont besoin d’un avenir durable

L’agitation politique autour des élections régionales s’accroît, mais la relance des territoires oubliés reste peu évoquée. Pourtant, c’est une condition importante pour redonner du souffle à l’économie française. 70 % de la population y vit alors qu’elle capte moins de 20 % de la croissance. Du...

1024px Senat @Jacques Paquier

Référendum sur l’environnement : le Sénat rejette l'ambition que la Constitution "garantisse" la protection de l'environnement

C'est un débat sémantique qui pèse lourd. En vue du référendum prévu fin 2021, l'Assemblée nationale a validé, en mars dernier, l'inscription dans l'article 1er de la Constitution que la France "garantit" la protection de l'environnement. Mais en commission, le Sénat rejette ce terme jugé trop...

Manifestation climat Lyon 28 septembre NICOLAS LIPONNE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Loi climat : sept points chauds qui seront au cœur des débats à l'Assemblée Nationale

Un an et demi après le lancement de la Convention citoyenne pour climat, le projet de loi Climat et résilience, issu des propositions des 150 citoyens tirés au sort, débarque à l'Assemblée Nationale. À partir de ce lundi 29 mars et jusqu'au 18 avril, les députés seront chargés de statuer sur les 69...