Publié le 28 mai 2022

ÉCONOMIE

Les pays du G7 s’engagent à décarboner le secteur de l’électricité d’ici 2035

Réunis à Berlin, les ministres du climat et de l’énergie des pays du G7 ont pris l’engagement de décarboner leur production d’électricité d’ici 2035 et de stopper les financements des projets liés aux énergies fossiles d’ici la fin de l’année. Les sept grandes puissances mondiales n’avaient encore fait, ensemble, de telles promesses. Mais leur feuille de route pour atteindre leur objectif demeure vague.

G7 ministre climat 2022 JohnMcDougall AFP
Les ministres de l'énergie et du climat des pays du G7 se sont réunis à Berlin.
@John MacDougall / AFP

Les sept pays les plus riches se sont mis d’accord sur une nouvelle feuille de route climatique. Les ministres du climat et de l’énergie du Groupe des sept, réunis à Berlin sous la présidence allemande, ont pris l’engagement de décarboner la majorité de leur secteur électrique d’ici 2035. Ils s’engagent également à mettre fin à tout financement international des projets liés aux énergies fossiles dès cette année. "Nous nous engageons à atteindre un secteur de l'électricité majoritairement décarboné d'ici 2035", ont-ils déclaré.

Les moyens pour atteindre cet objectif restent toutefois encore vagues. Les pays du G7 s'engagent "à soutenir l'accélération de la sortie mondiale du charbon" et à "développer rapidement les technologies et les politiques nécessaires à la transition vers une énergie propre". Reste donc à savoir quelles actions chacun de ces pays mettra en place.

Des pays comme les États-Unis ou l’Allemagne avaient déjà pris l’engagement de décarboner leur production électrique d’ici 2035. Mais il s’agit de la première fois que les sept puissances industrielles (États-Unis, Japon, Canada, France, Italie, Royaume-Uni et Allemagne) s'engagent ensemble sur un tel objectif, certaines comme le Japon ou l’Italie étant jusqu’à maintenant plus réticentes sur ce point.

Revirement du Japon

Les ministres ont également promis de mettre un terme au financement public à l'étranger de projets d'énergies fossiles sans technique de capture du carbone d’ici fin 2022. Interrogé par France Info, François Gemenne, enseignant à Science Po et membre du Giec, estime cet engagement historique, "même si on est habitué à cette litanie de promesses". Il ajoute : "jusqu'ici, c'était un point aveugle de la lutte contre le changement climatique, alors que le Giec estime qu'il serait possible de réduire de 10 % les émissions mondiales de gaz à effet de serre si on mettait fin à ces subventions publiques".

Cette annonce a été permise grâce à un revirement du Japon, dernier pays du groupe qui refusait de s'engager sur cette question. Une vingtaine de pays, dont les autres États du G7, avaient déjà signé une déclaration en ce sens en novembre dernier, lors de la COP26 à Glasgow. "Il est bien que le Japon, premier financeur des combustibles fossiles au monde, ait rejoint les autres pays du G7", estime Alden Meyer, expert du Think Tank européen E3G.

Les États du G7 ont également rappelé leur objectif commun de supprimer toute subvention directe à des énergies fossiles d'ici 2025. "Récompenser un comportement nuisible au climat par des subventions (...), c'est absurde et cette absurdité doit être éliminée", a commenté Robert Habeck le ministre allemand de l'Économie et du Climat, lors d'une conférence de presse vendredi. Selon l'ONG Oil Change International, entre 2018 et 2020, les seuls pays du G20 ont financé de tels projets à hauteur de 188 milliards de dollars, principalement via des banques multilatérales de développement.

Arnaud Dumas avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...

Boris johnson NIKLAS HALLE N AFP

Johnson après Trump, les populistes à mèche blonde vont-ils lâcher le pouvoir dans les démocraties qu’ils épuisent ?

La démission de 45 membres de son gouvernement a acculé Boris Johnson à la démission. Il avait réussi à rester au pouvoir malgré les scandales des "partygate", ses vérités alternatives, ses remises en cause des engagements du traité post-brexit, son plan de transfert des migrants vers le Rwanda… Il...

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...