Publié le 24 juin 2021

ÉCONOMIE

Plan de relance français : la Commission européenne débloque 40 milliards, dont la moitié sera dédiée à la transition écologique

La Commission européenne va approuver le plan de relance et de résilience européen français, pour lequel le gouvernement français demande des fonds européens à hauteur de 40 milliards d’euros. La moitié de cette enveloppe européenne devrait servir à financer des projets liés à la transition écologique du pays. 

Drapeau Union Européenne EC
La Commission européenne valide un à un les plans de relance des États membres.
@EC

Ursula von der Leyen a aposé le sceau européen sur le plan de relance et de résilience français. La France va donc pouvoir obtenir près de 40 milliards d’euros de la part de Bruxelles afin de financer l’enveloppe totale de 100 milliards d’euros prévu pour le pays. Ursula von der Leyen fait le tour des États membres pour leur annoncer, un à un, la bonne nouvelle. Avec Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des finances, et Clément Beaune, secrétaire d’État chargé des affaires européennes, elle se rend mercredi 23 juin au soir sur le campus Teratec du Commissariat à l’énergie atomique et au énergies alternatives.

Le Plan national de relance et de résilience (PNRR), pour son appellation officielle, comme ceux de chacun des États membres, devait en effet passer par la case bruxelloise. Présenté par Bercy en avril 2021, il découle directement du plan France Relance présenté, lui, en septembre 2020.

La Commission européenne doit en effet s’assurer que les objectifs pour lesquels la France demande des subsides européens, correspondent bien à ceux de l’Union européenne, notamment en termes de financement de la transition écologique. Cette approbation permet donc à la France d’obtenir les financements auprès de la Facilité pour la reprise et la résilience (FRR), un outil européen spécialement pour la relance. Doté en tout de 672,5 milliards d’euros, il accordera des financements aux États membres soit sous forme de subvention, soit sous forme de prêts, entre 2021 et 2026.

Financer la transition écologique

Près de la moitié des fonds européens financeront des projets liés à la transition écologique, en France. Une proportion supérieure à celle exigée par l’Europe pour bénéficier de cette enveloppe, la Commission demandant que les plans de relance nationaux consacrent 37 % de leurs financements à ces thèmes. Le plan français prévoit ainsi de consacrer 5,8 milliards d’euros à la rénovation énergétique des bâtiments, ou encore 7 milliards d’euros pour le financement d’infrastructures vertes et de mobilités durables. Un quart du plan français aura par ailleurs pour objectif de favoriser la transition numérique des entreprises, comme demandé par l’Europe, le reste étant consacré au renforcement de la compétitivité des entreprises.

Le gouvernement français a déjà commencé à financer des projets liés à son plan de relance. Plus de 30 milliards d’euros ont ainsi été décaissés. Les subsides européens viendront donc renforcer cette enveloppe. La décision d’approbation par la Commission européenne doit cependant encore être validée par le Conseil européen. Il dispose de quatre semaines pour le faire, sa décision devrait donc intervenir en juillet. Un premier versement correspondant à 13 % de l’enveloppe de 40 milliards d’euros pourra donc être effectué.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Valeurs actuelles sandrine rousseau

[Édito] Écologie contre xénophobie : les médias mènent-ils la danse de l’opinion publique ?

Au vu de la place médiatique prise par les agitateurs d’idées xénophobes comme Éric Zemmour et de l’écolo bashing défendu par Valeurs Actuelles, on pourrait conclure que l’écologie est mal partie pour jouer un rôle de premier plan dans le jeu électoral français. Pourtant les préoccupations...

Rentree mediatique metamorworks

[Édito] Rentrée politique et médiatique : sans tenir compte des chocs climatiques, elle tournera à vide

La présentation des grilles de rentrée des médias audiovisuels met le cap sur les Présidentielles. Commentateurs politiques, spécialistes du microcosme et des petites phrases sont appelés massivement à la mobilisation. En revanche, pas d’experts environnementaux capables de décortiquer les...

IStock @Andrii Yalanskyi

Loi climat : les désaccords entre l’Assemblée nationale et le Sénat discutés en commission

Le projet de loi Climat et résilience est examiné en Commission mixte paritaire le 12 juillet. L'objectif de cette session, qui rassemble sept députés et sept sénateurs, est de trouver un compromis sur un texte commun. Après l’examen des articles par les deux chambres en avril et en juin, des points...

Jean Castex MArtin Bureau AFP

Climat : Le gouvernement enterre le référendum visant à inscrire la protection de l'environnement dans la Constitution

La protection de l'environnement ne figurera pas dans l'article 1er de la Constitution. Le Premier ministre Jean Castex a en effet annoncé le 6 juillet que le référendum sur cette question n'aurait finalement pas lieu. Alors qu'il est essentiel pour la tenue du plébiscite que l'Assemblée nationale...