Publié le 19 août 2021

ÉCONOMIE

La Commission européenne fait un premier chèque de cinq milliards d'euros pour le plan de relance français

La France va recevoir un peu plus de cinq milliards d’euros de la part de la Commission européenne, pour financer le plan de relance de 100 milliards d’euros annoncé en 2020. Il s’agit d’un premier versement, les autres suivront d’ici 2026 pour un total de 40 milliards. Le plan de relance français, dont une grande partie doit financer des projets liés à la transition écologique, est déjà à moitié engagé. Il devrait être doublé, à la rentrée, d’un nouveau plan d’investissement.

Bruno Le Maire Coronavirus EricPiermont AFP
Selon Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, près de 70 milliards d'euros du plan de relance auront été engagés d'ici la fin de l'année.
@EricPiermont AFP

La France va percevoir le premier versement du plan de relance européen, d’un montant de 5,1 milliards d’euros, a annoncé Bruno Le Maire au quotidien Sud Ouest. "Près de la moitié du plan est déjà engagée, 70 milliards le seront à la fin de l’année", a déclaré le ministre de l’Économie. Le plan de relance et de résilience français doit en tout injecter jusqu’à 100 milliards d’euros dans l’économie et être financé à hauteur de 40 milliards d’euros par la Commission européenne par des versements qui s’étaleront jusqu’en 2026.

Avec le plan de relance, la France devrait retrouver son niveau d’activité d’avant la crise dès la "fin 2021, et non pas début 2022", ajoute Bruno Le Maire. Cet horizon est également celui prévu par l’Insee depuis début juillet. Un second décaissement de l’aide européenne sera demandé par le gouvernement français à l’automne et devrait être versé début 2022 pour un montant d’environ cinq milliards d’euros, a indiqué le ministère de l’Économie à l’Agence France-Presse.

Près de la moitié des fonds européens financeront des projets liés à la transition écologique, en France. Une proportion supérieure à celle exigée par l’Europe pour bénéficier de ses enveloppes. La Commission demande en effet que les plans de relance nationaux consacrent 37 % de leurs financements à ces thèmes.

Nouveau plan d’investissement à la rentrée

Le plan français prévoit de consacrer 5,8 milliards d’euros à la rénovation énergétique des bâtiments, ou encore 7 milliards d’euros pour le financement d’infrastructures vertes et de mobilités durables. Un quart du plan français aura par ailleurs pour objectif de favoriser la transition numérique des entreprises, comme demandé par l’Europe, le reste étant consacré au renforcement de la compétitivité des entreprises.

Bruno Le Maire se dit confiant pour les mois qui viennent, car "l’économie française tourne désormais à 99 % de ses capacités par rapport à 2019". Il en veut pour preuve que, "pour la première semaine d’août 2021, les achats en carte bleue sont supérieurs de 17 % à la même semaine de 2019", même si cette semaine précédait la mise en place du pass sanitaire, qui pourrait de nouveau freiner la consommation.

Le plan de relance devrait par ailleurs être doublé d’un nouveau plan d’investissement, qu’Emmanuel Macron doit présenter à la rentrée. Il s'élèvera entre 20 et 30 milliards d'euros selon les Echos. Son objectif consistera notamment à réindustrialiser le pays pour réduire sa dépendance aux pays extérieurs, une faiblesse mise en lumière notamment par la pandémie. Plusieurs secteurs seront ciblés en priorité par ce nouveau plan, dont l’espace, les semi-conducteurs, les biotechnologies et l’énergie, selon le ministre. "Notre objectif stratégique et de créer de nouvelles chaînes de valeur en France, de monter en gamme, de gagner des parts de marché pour rester parmi les premières puissances économiques du monde", assure-t-il.

Arnaud Dumas avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...

Boris johnson NIKLAS HALLE N AFP

Johnson après Trump, les populistes à mèche blonde vont-ils lâcher le pouvoir dans les démocraties qu’ils épuisent ?

La démission de 45 membres de son gouvernement a acculé Boris Johnson à la démission. Il avait réussi à rester au pouvoir malgré les scandales des "partygate", ses vérités alternatives, ses remises en cause des engagements du traité post-brexit, son plan de transfert des migrants vers le Rwanda… Il...

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...