Publié le 11 mai 2021

ÉCONOMIE

L’application Moka veut faciliter l’épargne durable en misant sur l'arrondi

Faire fructifier son argent dès le premier euro avec des produits durables, c’est ce que promet Moka, une fintech canadienne qui s’est installée en France. En branchant l’appli sur son compte bancaire, elle permet de mettre de côté l’arrondi de chaque paiement avec sa carte bancaire et de l’investir dans des fonds ayant obtenus le label ISR.

Smartphone neobanque CCO
Les utilisateurs de Moka peuvent placer leurs économies dans des produits financiers durables plus ou moins risqués.
@CCO

"Nous mettons à disposition un service d’épargne simple qui ne nécessite aucune connaissance financière et qui est accessible dès le premier euro", résume Maxime Le Maître, responsable du marché français de Moka. Cette application sur smartphone canadienne, arrivée en France l’été dernier, vient tout juste de lancer un nouveau service permettant d’investir son épargne dans des produits financiers durables. La société créée en 2017 à Montréal fait partie d’une vague de start-ups qui facilitent l’accès aux services financiers, en direction notamment des plus jeunes, la plupart de ses utilisateurs ayant moins de 35 ans.

L’originalité de cette appli consiste à avoir transposé le principe de l’arrondi solidaire à l’épargne. Les personnes l’ayant téléchargée la connectent à leur compte bancaire et peuvent ensuite décider qu’à chaque paiement effectué avec leur carte bancaire, Moka arrondisse la somme à l’euro supérieur et place les centimes d’euros sur un compte d’épargne. De quoi se composer un bas de laine facilement, d’autant qu’il est également possible d’effectuer des versements volontaires en plus sur le compte.

Investir dans des fonds durables

Jusqu’à maintenant, les placements des clients étaient situés dans de simple comptes en dépôt, hébergés par Treezor, la filiale de la Société Générale. Le dispositif permet de segmenter l’épargne en fonction d’objectifs que se fixe l’utilisateur : économiser pour acheter un canapé, partir en vacances, etc.

Depuis le mois d’avril, Moka propose d’investir son épargne dans des fonds pour obtenir un retour financier. Particularité de l’initiative, la fintech a choisi de ne sélectionner que des fonds durables. "L’étude que nous avons réalisée avec Opinionway montre que 75 % des jeunes n’envisagent l’investissement qu’à travers l’investissement responsable, il y a donc une attente importante", explique Maxime Le Maître. Pas question de se lancer en France avec des produits financiers traditionnels.

La fintech a choisi trois fonds en actions bénéficiant du label ISR (Investissement socialement responsable) proposés par Amundi, et deux fonds en obligations sélectionnées selon des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) fournis par le néerlandais PGIM. À partir de ces cinq fonds, Moka propose trois produits d’épargne plus ou moins risqués dans lesquels les utilisateurs peuvent placer de l’argent dès le premier euro.

Les sociétés de gestion prélèvent des frais de gestion annuels, de 0,27 % à 0,47 % selon le niveau de risque du fonds, qui seront payés par l’épargnant. L’application Moka, quant à elle, coûte 2,99 euros par mois.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Face à la demande des consommateurs, les néobanques vertes vont se multiplier en 2021

Les Français veulent rendre leur argent utile et donner du sens à leur épargne. De jeunes entrepreneurs se sont emparés de cette tendance pour créer de nouvelles banques en ligne affichant de belles promesses vertes. En 2021, Helios, OnlyOne et Green-Got devraient lancer leurs offres de...

Transparence et proximité, le financement participatif attire toujours plus de Français

L’engouement pour le crowdfunding ne se dément pas. Selon l’étude de l’association Financement Participatif France et de Mazars, la collecte de fonds par les sites de crowdfunding a bondi de 56 % en 2019. Les Français semblent de plus en plus attirés par cette forme d’épargne qui leur...

Pour dynamiser l’économie réelle, Bpifrance propose aux Français d’investir leur épargne dans les PME

La banque publique d’investissement propose aux épargnants français de placer une partie de leurs économies dans le capital des PME. Elle vient de lancer un produit d’épargne permettant d’investir dans un vivier de quelque 1 500 PME et startups principalement françaises et non cotées en...

EcoTree place votre épargne dans les forêts françaises

À l'occasion de la journée mondiale de l'épargne, Novethic fait le point sur Ecotree, cette jeune société qui permet à Monsieur tout-le-monde d'investir dans les forêts françaises. Avec une idée originale : la startup bretonne achète la forêt, s'occupe de leur entretien et vend les arbres...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jadot Rousseau EELV MedhiFedouach AFP

Yannick Jadot face à Sandrine Rousseau : le second tour des Primaires écologistes opposera deux tons de vert

Le premier tour de la Primaire écologiste a désigné Yannick Jadot et Sandrine Rousseau. Le second tour opposera un homme à une femme, un candidat "légitime" face à une candidate "radicale", une écologie de rassemblement contre une écologie de la disruption. Le candidat ou la candidate désigné pour...

Valeurs actuelles sandrine rousseau

[Édito] Écologie contre xénophobie : les médias mènent-ils la danse de l’opinion publique ?

Au vu de la place médiatique prise par les agitateurs d’idées xénophobes comme Éric Zemmour et de l’écolo bashing défendu par Valeurs Actuelles, on pourrait conclure que l’écologie est mal partie pour jouer un rôle de premier plan dans le jeu électoral français. Pourtant les préoccupations...

Rentree mediatique metamorworks

[Édito] Rentrée politique et médiatique : sans tenir compte des chocs climatiques, elle tournera à vide

La présentation des grilles de rentrée des médias audiovisuels met le cap sur les Présidentielles. Commentateurs politiques, spécialistes du microcosme et des petites phrases sont appelés massivement à la mobilisation. En revanche, pas d’experts environnementaux capables de décortiquer les...

IStock @Andrii Yalanskyi

Loi climat : les désaccords entre l’Assemblée nationale et le Sénat discutés en commission

Le projet de loi Climat et résilience est examiné en Commission mixte paritaire le 12 juillet. L'objectif de cette session, qui rassemble sept députés et sept sénateurs, est de trouver un compromis sur un texte commun. Après l’examen des articles par les deux chambres en avril et en juin, des points...