Publié le 13 janvier 2022

ÉCONOMIE

Kärcher ne veut plus que la classe politique salisse son image

Alors que Valérie Pécresse a dit vouloir "ressortir le Kärcher de la cave" pour "nettoyer les quartiers", reprenant une formule de l'ancien président Nicolas Sarkozy, la marque de nettoyage a demandé à la classe politique d'arrêter "tout usage de sa marque". Ce n'est pas la première fois que le groupe tape du poing sur la table, craignant que cette association ne salisse son image et sa réputation. 

Nettoyage karcher istock
Le groupe Kärcher ne veut plus que les politiques exploitent sa marque.
Istock

Il n’a fallu que quelques jours à la marque allemande pour réagir. En déplacement dans le Vaucluse, la candidate des Républicains Valérie Pécresse a déclaré vouloir "ressortir le Kärcher car il a été remis à la cave par François Hollande et Emmanuel Macron depuis dix ans". Une référence directe à la célèbre phrase de l’ancien président Nicolas Sarkozy -à l’époque ministre de l’Intérieur- qui, il y a 17 ans, avait déclaré vouloir nettoyer la "racaille au Kärcher". Le groupe, qui s’était déjà offusqué de l’utilisation de son nom par la classe politique, a publié le 11 janvier un communiqué demandant "l’arrêt immédiat de tout usage de sa marque".

L’entreprise, créée en 1935, a voulu "réagir aux propos déplacés et réitérés de Madame Valérie Pécresse, candidate à l'élection présidentielle, qui a utilisé à plusieurs reprises la marque Kärcher de manière inappropriée". Le groupe "demande aux personnalités politiques et aux médias de cesser immédiatement tout usage de sa marque dans la sphère politique, qui porte atteinte à sa marque et aux valeurs de l'entreprise", rappelant que Kärcher "est une marque déposée de la société Alfred Kärcher SE & Co KG, maison mère de la filiale française Kärcher".

Des usages qui associent la marque "à la violence et à l'insécurité"

Les usages "inappropriés" de sa marque "sont d'autant plus préjudiciables" qu'ils l'associent "à la violence et à l'insécurité, alors que l'entreprise se dédie au nettoyage" et "défend aussi des valeurs citoyennes fortes, notamment en menant une politique active de mécénat culturel et intervient sur des chantiers de grande ampleur", déplore encore le groupe.

En 2007, deux ans après que "Kärcher" soit tombé dans le langage politique après la sortie de Nicolas Sarkozy, le groupe avait d’ailleurs payé une campagne dans plusieurs journaux. Il avait attendu deux ans pour ne pas jeter "de l’huile sur le feu alors que les banlieues étaient en proie à une grave crise", expliquait au Figaro un porte-parole de Kärcher France. Dix ans plus tard, à la veille des élections présidentielles de 2017, le groupe avait envoyé une lettre aux candidats leur demandant de ne plus utiliser son nom.

Une image de marque "abîmée"

"Se retrouver mêlée à des discours haineux, discriminatoires, intolérants d’une personnalité politique peut sérieusement abîmer l’image de la marque", analyse sur Twitter le collectif militant Sleeping Giants, qui lutte contre le financement des discours de haine sur Internet. "La politique ne doit pas vampiriser les marques, et vice-versa. Ne nous étonnons pas si les marques fuient les médias extrémistes et ultra politisés qui diffusent ces mêmes idéologies clivantes", continue le collectif.

Interrogé dans le journal Libération, le professeur de marketing Bertrand Bathelot, explique : "il y a un peu deux faces. D’un côté il pourrait y avoir du pour : aussi clivant soit-il, l’emploi qu’en font Nicolas Sarkozy ou Valérie Pécresse n’en est pas moins une reconnaissance de son efficacité. Mais cet aspect négatif et polémique lié au contexte d’usage reste prépondérant pour Kärcher".

Marina Fabre Soundron @fabre_marina avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Manifestation bruxelle pass sanitaire omicron covid Sander De Wilde Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Manifestation monstre contre les mesures sanitaires à Bruxelles, premier signe de colère sociale européenne ?

Des dizaines de milliers de manifestants, venus de Belgique et d’autres pays européens, ont défilé à Bruxelles pour protester contre les mesures sanitaires. Des émeutes violentes ont éclaté en fin d’après-midi dans un climat d’extrême tension. A l’heure où la France lance son pass vaccinal, la...

Taubira primaire populaire JEAN PHILIPPE KSIAZEK AFP

Primaire Populaire : le soutien de Christiane Taubira suffira-t-il à lancer le débat de fond ?

La campagne des Présidentielles 2022 ressemble à une course d’écuries individuelles où n’est débattue que la progression comparée des uns et des autres dans les sondages. Primaire après primaire, le débat de fond sur les dimensions sociales et environnementales des programmes n’a toujours pas...

EMacron PFUE capture

PFUE : Emmanuel Macron dessine un projet européen avec un modèle social et bas carbone

Emmanuel Macron a esquissé les grandes lignes de son projet pour la Présidence Française de l’Union européenne (PFUE) que le pays exercera à partir du 1er janvier prochain. Il a détaillé pendant plus d’une heure, une ambition forte tous azimuts - social, climat, politique internationale - en faisant...

Valerie Pecresse presidentielle JULIEN DE ROSA AFP

Valérie Pécresse, candidate de la droite républicaine, a une petite place pour l’environnement

Les militants des Républicains ont finalement désigné Valerie Pécresse comme candidate aux Présidentielles pour porter la voix de la droite républicaine. Mettant en avant une grande première, la désignation d’une femme pour mener la campagne d’un parti de gouvernement, la Présidente de la Région île...