Publié le 20 janvier 2021

ÉCONOMIE

Investiture de Joe Biden : trois défis colossaux à relever immédiatement

Mettre fin à l’hécatombe américaine due au Covid-19, lutter contre la pauvreté alors que 14 millions d’Américains sont au chômage, lutter contre le changement climatique dans un pays pétrolier… Telle est la feuille de route pour les premiers jours du nouveau Président des États-Unis, investi ce mercredi 20 janvier. Trois engagements sur lesquels le démocrate a déjà révélé sa stratégie avant même son entrée officielle à la Maison Blanche.

Investiture Biden Washington RobertoSchmidt AFP
L'investiture de Joe Biden à Washington se fera sans public. A la place des milliers de drapeaux ont été plantés devant le Capitole.
@RobertoSchmidt/AFP

Depuis les élections du 4 novembre dernier, les États-Unis vivent au rythme du feuilleton à rebondissements, parfois dramatiques, du changement d’administration à Washington. Cette saga, marquée par les polémiques sur la fraude, l’envahissement du Capitole, la lutte pour la chambre des Représentants et la mort de cinq personnes, prend fin ce 20 janvier avec l’investiture de Joe Biden et de sa vice-Présidente Kamala Harris, dans une capitale déserte à l’exception des 25 000 militaires déployés pour l’occasion. À peine ces dernières semaines chaotiques passées, le nouvel Exécutif se retrouve face à trois urgences.

 

Déployer la campagne vaccinale de toute urgence

La crise du Covid-19 a été terrible aux États-Unis. Pris à la légère et tardivement par l’État fédérale, le pays est le plus endeuillé de la planète avec 400 000 morts. Et, en ce moment, il déplore plus de 3 000 décès par jour. Donald Trump avait promis 20 millions de vaccinés fin 2020, mais aujourd’hui seuls 10 millions d’Américains sont protégés. Joe Biden promet pour sa part de vacciner 100 millions de personnes en 100 jours. Un défi logistique considérable pour lequel il entend mobiliser quelque 100 000 soignants à travers tout le territoire. Un engagement sur lequel le nouveau Président devra rapidement rendre des comptes, alors que son équipe a fortement critiqué la lenteur de la campagne de son prédécesseur. Dans le cadre de l'effort international, Joe Biden souhaite aussi réintégrer l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), jugé trop au service de la Chine par Donald Trump.

 

Sortir 8 millions d’Américains de la pauvreté

Donald Trump a tardé à déployer le plan de relance de l’économie américaine, ne voulant pas que les bénéfices en reviennent à son successeur. Mais sur le terrain, la situation est dramatique avec 10 millions de personnes qui ont perdu leur emploi des suites de la pandémie. Cela porte le nombre de chômeurs à 14 millions, dont 6 à 8 millions de pauvres. Ainsi, Joe Biden a dévoilé, le 14 janvier, un plan à 1 900 milliards de dollars avec un large pan social. Cela comprend le versement d’un nouveau chèque de 1 400 dollars pour les familles les plus pauvres, des aides alimentaires accrus, des fonds pour rouvrir crèches et écoles. De plus, il appelle à doubler le salaire minimum de 7,25 à 15 dollars. "Personne ne travaillant 40 heures par semaine ne devrait se retrouver sous le seuil de pauvreté", plaide-t-il.

 

Réintégrer l’Accord de Paris

La sortie des États-Unis de l’Accord de Paris aura été une longue parenthèse de quatre années qui heureusement se referme. Joe Biden a en effet assuré que le retour de Washington dans le traité sera sa première décision. La présence du deuxième émetteur de la planète autour de la table est indispensable, d’autant plus avec un Président qui imagine possible de sortir le pays des fossiles. Cela va aussi passer par une normalisation des relations bilatérales avec de nombreux pays. Mais le chemin ne s’annonce pas si simple. Déjà apparaît un premier accroc avec le Canada. Joe Biden a annoncé vouloir bloquer la construction de l’oléoduc Keystone XL censé acheminer, depuis l’Alberta, 800 000 barils de pétrole par jour à partir de 2023. Justin Trudeau, pour sa part, soutien fortement le projet qui représente 100 milliards de dollars d'exportations chaque année.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

IStock @Andrii Yalanskyi

Loi climat : les désaccords entre l’Assemblée nationale et le Sénat discutés en commission

Le projet de loi Climat et résilience est examiné en Commission mixte paritaire le 12 juillet. L'objectif de cette session, qui rassemble sept députés et sept sénateurs, est de trouver un compromis sur un texte commun. Après l’examen des articles par les deux chambres en avril et en juin, des points...

Jean Castex MArtin Bureau AFP

Climat : Le gouvernement enterre le référendum visant à inscrire la protection de l'environnement dans la Constitution

La protection de l'environnement ne figurera pas dans l'article 1er de la Constitution. Le Premier ministre Jean Castex a en effet annoncé le 6 juillet que le référendum sur cette question n'aurait finalement pas lieu. Alors qu'il est essentiel pour la tenue du plébiscite que l'Assemblée nationale...

Abstention elections Sandrine Marty Hans Lucas Hans Lucas AFP

Abstention : quatre pistes à explorer pour remobiliser les électeurs

Aux deux tours des élections régionales 2021, près de deux tiers des électeurs ont décidé de faire l’impasse sur la visite de leur bureau de vote. C’est une vraie crise démocratique. Si l’appel à réformer l’offre politique se fait entendre, on peut aussi repenser la façon de voter. Certains pays ont...

Resultat second tour regionles 2021 Laurence Saubadu Kenan Augeard AFP 01

Les Français ont boudé les Régionales et poussé les Écologistes

Au premier regard, les élections régionales ressemblent à un statu quo. Les exécutifs sortants sont réélus et le rapport de force est maintenu sur la carte de France entre le bleu républicain et le rose socialiste. Mais la progression des listes écolos, le recul du Front National et la désaffection...