Publié le 20 janvier 2023

ÉCONOMIE

Goldman Sachs lance son plus grand plan de licenciement depuis la crise financière de 2008

[2023, année de la crise] Goldman Sachs dans la tourmente. La banque américaine affichait pourtant des bénéfices records depuis plusieurs années, portée par ses opérations de financements pour les entreprises. Même les controverses qu’elle a enregistrées ne l’avaient pas freinée. Mais la hausse de l’inflation et le risque de récession semblent avoir eu raison de ses résultats financiers.

Goldman Sachs siege banque Michael Santiago Getty Images via AFP
Goldman Sachs a décidé de licencier près de 6,5% de ses effectifs mondiaux au début de l'année 2023.
@Michael Santiago / Getty Images via AFP

La banque américaine Goldman Sachs commence mal l'année 2023. Les banques d’affaires avaient largement profité du redémarrage de l’économie mondiale après les phases de confinement. Les faibles taux d’intérêt et les masses importantes de liquidité sur les marchés leur donnait des ailes, les entreprises en profitant pour investir, racheter des concurrents, recruter… Aujourd’hui, le risque de récession de l’économie mondiale siffle la fin de la récré. Goldman Sachs a vu ses profits fondre de 69% au quatrième trimestre 2022 et a décidé de tailler dans ses effectifs pour réduire ses coûts.

À New York, Londres, Hong Kong et ailleurs, près de 3200 personnes ont été priées de prendre leurs affaires et de quitter leur bureau, parfois en moins d’une demi-heure, avec des pratiques qualifiées de brutales par de nombreux médias anglo-saxons. Près de 6,5% des effectifs de la banque sont concernés, soit le plan de licenciement le plus important depuis la crise financière de 2008. La banque prévoit également de réduire drastiquement les bonus de ses traders et de ses banquiers cette année. En 2009, juste après l’une des plus graves crises financières, le PDG de Goldman Sachs de l’époque avait pourtant justifié les bonus importants par la mission sociale des banques qui accomplissait "le travail de Dieu"…

Embauches massives après la pandémie

Goldman Sachs est particulièrement connue pour ses activités de banque d’investissement, c’est-à-dire celles dédiées au montage d’opérations financières pour les entreprises. En 2021, alors que l’économie mondiale retrouvait des couleurs après la parenthèse des confinements, le marché des fusions et acquisitions avait connu l’un de ses plus hauts niveaux, avec une croissance de 64% selon les données du cabinet d’avocat d’affaires Allen & Overy. La banque américaine surfait alors sur le haut de la vague et embauchait à tour de bras pour répondre à la demande. Les effectifs sont ainsi passés d’un peu plus de 38 000 personnes employées dans le monde en 2019, à près de 44 000 en 2021.

En 2022, tout change. L’euphorie de la reprise est retombée, les entreprises se révèlent plus frileuses et le volume d’opérations chute de 38%. Plusieurs facteurs ont contribué à ce retournement. Les tensions géopolitiques mondiales, notamment du fait de la guerre en Ukraine, ont déstabilisé les chaînes d’approvisionnement, provoqué une crise énergétique et amplifié le phénomène d’inflation. Les banques centrales ont réagi en durcissant les taux d’intérêt pour tenter de contenir la hausse des prix. Le ralentissement de l’économie et le coût plus élevé de l’argent ont eu raison des projets des entreprises… et des banques d’affaires.

D’énormes bénéfices pour les six grandes banques américaines

Malgré le revers enregistré en 2022, Goldman Sachs est cependant loin d’être à plaindre. Selon une étude de Bloomberg, les six grandes banques américaines (JP Morgan Chase, Bank of America, Wells Fargo, Citigroup, Goldman Sachs et Morgan Stanley) ont encaissé pas moins de 1000 milliards de dollars de bénéfices dans les dix dernières années. Elles semblent s’être remises sans trop de peine de la crise financière de 2008, pendant laquelle les groupes bancaires avait failli faire tomber l’ensemble de l’économie mondiale.

Si la réglementation bancaire a été renforcée après la crise, elle a rapidement été de nouveau assouplie aux États-Unis pour laisser libre cours à l’activité des établissements financiers. Selon Bloomberg, la baisse de la fiscalité des entreprises décidée par Donald Trump lors de son arrivée à la Maison Blanche leur a notamment permis de faire bondir leurs bénéfices.

Les controverses ont pourtant été nombreuses. Goldman Sachs cumule ainsi l’affaire du fonds malaysien 1MDB en 2013, dont une partie a été détournée, et qui lui a coûté plusieurs milliards de dollars de pénalités aux autorités. Plus récemment, dans son activité de gestion d’actifs, Goldman Sachs a été contrainte en novembre 2022 de passer un accord avec le gendarme américain des marchés financiers et payer une amende de 4 millions de dollars en raison de ses mauvaises pratiques sur les produits financiers durables. Selon le régulateur, elle proposait à ses clients des fonds ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) sans véritablement réaliser d’analyse en amont.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jacinda ardern MICHAEL BRADLEY AFP

Jacinda Ardern, Première ministre néo-zélandaise emblème d'une politique alternative, démissionne

Le parcours de Jacinda Ardern, la Première Ministre néo-zélandaise, aura cassé tous les codes politiques depuis le début. Élue par surprise en 2017 à 37 ans, elle aura dirigé le pays pendant six ans en assumant maternité, empathie avec la population, attitude exemplaire lors des attentats de...

Assaut contre les batiments du Congres de la Cour supreme et du palais presidentiel Brasilia janvier 2023 EVARISTO SA AFP

La prise éphémère des symboles démocratiques de Brasilia incarne les nouvelles batailles de l’extrême droite

Pendant quatre heures dimanche, les partisans de Jair Bolsanaro ont rejoué la prise du Capitole sous d’autres latitudes. Couverts de drapeaux brésiliens, ils ont pris d’assaut la place des Trois pouvoirs construite par Oscar Niemeyer, vandalisant au passage le Congrès, la Cour Suprême et le palais...

Montage photos tondelier ciotti bompard marseille dec 2022 AFP

Les changements à la tête de quatre partis politiques feront-ils plus de place à l'écologie dans le débat public ?

Quatre nouveaux dirigeants de partis politiques ont été désignés ce week-end. Élus par des militants, comme Marine Tondelier pour EELV et Eric Ciotti pour les Républicains ou désignés par les instances de leurs partis comme Manuel Bompard qui remplace Jean-Luc Mélenchon à la tête de la France...

Eva Kaili Parlement europeen CCO

Qatar 2022 : la compétition sportive n’a pas dissipé le parfum de corruption qui flotte jusqu’au Parlement européen

Les appels au boycott se sont taris face aux matches de football mais la corruption dénoncée depuis l’attribution de la Coupe du Monde poursuit ses ravages. Elle est à l’origine de l’interpellation de la vice-présidente grecque du Parlement européen vendredi. Eva Kaili, du parti S&D, s’était...