Publié le 03 mai 2023

ÉCONOMIE

Baisse de la note financière de la France : l'alerte des marchés en pleine crise sociale

L’agence de notation financière Fitch a décidé de baisser d’un cran la note de la France pour la première fois depuis près de dix ans. Les raisons ne sont pas uniquement d’ordre économique, Fitch estimant que les tensions sociales provoquées par l’adoption de la réforme des retraites pourraient empêcher le rééquilibrage des comptes publics. 

Manifestation 1mai2023 incendie retraites Alain Jocard AFP
Les mouvements sociaux contre la réforme des retraites n'ont pas faibli le 1er mai, et font craindre à Fitch une dégradation de la situation budgétaire française.
@Alain Jocard / AFP

L’économie peut difficilement ignorer le climat social. C’est ce que semble démontrer la décision de Fitch Ratings de dégrader d’un cran la note de la France. Celle-ci passe à "AA-", contre "AA" auparavant, notamment parce que l’agence de notation financière estime que "les pressions sociales et politiques illustrées par les manifestations contre la réforme des retraites vont compliquer l’assainissement budgétaire". La réforme des retraites avait pourtant pour principal objectif de réduire les dépenses publiques pour contribuer à un meilleur équilibre budgétaire et, in fine, rassurer les marchés. L’analyse de Fitch vient mettre par terre le bel édifice.

La note d’une agence financière repose sur l’analyse de la capacité d’un État ou d’une entreprise à rembourser sa dette. La France fait partie des pays les mieux notés même si elle a perdu son triple A, la meilleure note possible, à la suite de la crise de la dette grecque au début des années 2010. Les investisseurs internationaux, qui achètent la dette française émise sous forme d’obligation souveraine sur les marchés, continuent de faire confiance à l’État français et à lui fournir des capitaux pour financer son train de vie.

L’acceptation sociale au cœur du débat

La dégradation de la note par Fitch pourrait donc ne pas entraîner de graves conséquences, d’autant que Moody’s et Standard & Poor’s ont quant à elles choisi de ne pas changer leur évaluation. L’agence reconnaît d’ailleurs les qualités structurelles de l’économie française, à la fois diversifiée et génératrice de richesses. Mais elle envoie néanmoins un signal non négligeable sur la manière dont les tensions sociales peuvent affecter les capacités financières de la France.

La réaction du ministère de l’Économie à la dégradation de la note du pays se limite pourtant à constater une différence d’appréciation des indicateurs économiques de la France, notamment le niveau de croissance du PIB. Le ministère estime ainsi que la décision de Fitch "sous évalue les conséquences des réformes de structure adoptées depuis plusieurs mois par le gouvernement français : réforme de l’assurance chômage, réforme des retraites, baisse des impôts de production". Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des finances, affirme sa détermination à désendetter la France et réduire le déficit public.

Mais c’est bien la capacité à faire comprendre ces réformes et à les faire accepter par la population qui est au cœur du débat. Ce que craint l’agence de notation financière et, par extension les marchés financiers, c’est la pérennité et l’applicabilité de ces réformes à terme, donc leur capacité à réduire la colonne "dépenses" du budget national. "Le blocage politique et les mouvements sociaux (parfois violents) posent un risque à l’agenda des réformes d'Emmanuel Macron et pourraient créer des pressions en faveur d’une politique budgétaire plus expansionniste ou un retour en arrière des réformes précédentes", expliquent les analystes de Fitch.

Mettre fin à l’obsession de la croissance

La France semble empêtrée dans un cercle vicieux, dans lequel les réformes pour désendetter le pays entraînent des mouvements sociaux qui poussent le gouvernement à de nouvelles dépenses, et dans lequel seule la poursuite de la croissance économique permet de maintenir le fragile équilibre. Michael Higgins, le président de l’Irlande, a pourtant offert une porte de sortie dans un discours fait devant un think tank sur les inégalités sociales. Il commence par fustiger l’obsession de la poursuite de la croissance, qui conduit à la catastrophe écologique et omet les "objectifs et problèmes sociaux pour lesquels [l’économie] a été développée pendant des siècles".

Puis il fixe le défi "de trouver un moyen de construire une alternative à ce discours hégémonique qui fait de la compétitivité, de la productivité, de l’efficacité, la seule mission de l’activité économique". Il propose de redéfinir l’économie et de revoir le modèle basé sur la seule poursuite de la création de valeur économique "dans laquelle les objectifs, outils et mesures sont conçus pour servir l’objectif fondamental du développement humain".

Arnaud Dumas


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[2010-2020] Le jour où la crise grecque a menacé toute la zone euro

C’est un feuilleton aux multiples rebondissements qu’ont connu la Grèce et l’Europe au début de la décennie. Surendettée, économie en berne, la Grèce est poussée à l’austérité par ses créanciers européens et internationaux. Au point de friser la rupture avec la zone euro et d’entraîner,...

Réforme des retraites : "Le vrai âge de départ devrait être 45 ans", estime Pierre Sabatier de PrimeView

La réforme des retraites continue de mobiliser contre elle, alors que les syndicats ont appelé à la grève ce jeudi 16 février. Pour Pierre Sabatier, économiste prospectiviste et fondateur du cabinet PrimeView, le projet focalisé uniquement sur les aspects techniques de la retraite rate sa...

La réforme des retraites fait l'impasse sur le changement climatique et le manque d’eau

Mobilisation massive dans les rues, manifestations sporadiques et colère contre l’usage du 49.3 ne changent rien à la volonté d’Emmanuel Macron d’imposer une réforme des retraites qu’il décrit comme impérative. Il explique vouloir par la suite se consacrer à ses priorités, l’industrie...

Réforme des retraites : "Les Français ne sont pas flemmards, mais ils sont fatigués", Dominique Méda

Ce 31 janvier signe la deuxième journée de contestation contre la réforme des retraites après une première mobilisation massive. Une forte résistante qui pose la question du rapport au travail des Français. La sociologue Dominique Méda*, interviewée par Novethic est claire : les conditions...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Gabon coup d etat septembre 2023 AFP

Coup d'État au Gabon : une économie pétrolière dominée par les entreprises françaises

Plus de 80 grandes entreprises françaises ont des filiales au Gabon dont Eramet, qui exploite le manganèse, les compagnies pétrolières TotalEnergies, Perenco ou encore Maurel&Prom, et l’acteur financier Meridiam. À l’annonce du coup d’État du 30 août, les entreprises cotées ont fait un plongeon...

Universites d ete EELV aout 2023 rappeur medine LOU BENOIST AFP 01

L'été de tous les dangers climatiques ne pénètre pas le champ politique, en France comme ailleurs

Des universités d'été des partis EELV et LFI ont retiendra la polémique autour du rappeur Médine et la proposition de Ségolène Royal pour prendre la tête d'une liste de gauche. Autour des réunions organisées par Gérald Darmanin ou Éric Ciotti, il n’aura été question que des personnalités qui y...

Frans Timmermans Pays Bas Commission europeenne Greg Baker AFP

Premier test électoral pour le Green deal aux Pays-Bas

Porteur et incarnation du Green deal européen, le vice-président de la Commission Frans Timmermans, a démissionné pour prendre la tête d’une liste sociale-démocrate et écologiste aux Pays-Bas aux législatives anticipées de l’automne. S’il l’emporte, il pourrait diriger le pays. Mais il fait face à...

Campagne greenpeace elections espagnoles 23J Greenpeace

L’Espagne fait barrage à l’extrême droite et protège ainsi le Pacte vert européen

Les Espagnols étaient appelés aux urnes dimanche 23 juillet pour des élections législatives anticipées. Alors que la droite était donnée grande gagnante, elle n’a finalement devancé le parti socialiste que de quelques voix. Ce résultat est un coup de frein aux stratégies d’alliance entre partis de...