Publié le 15 décembre 2020

ÉCONOMIE

Spéculation et endettement, la faillite de Mediapro met le football français à genoux

Mediapro, qui avait racheté pour 1,2 milliard d'euros les droits TV de la Ligue 1, a fait faillite. Accusé d'avoir gonflé les prix sans modèle économique tenable, le groupe espagnol est le symbole d'un football français à la dérive. Sur le banc des accusés : la ligue de football professionnel qui a vendu les droits et a participé à ce fiasco. Les clubs vont en payer le prix fort. 

Neymar PSG football PSG
C'est la douche froide pour la ligue 1, dont le PSG.
@PSG

C'est un véritable fiasco qui secoue le football français : Mediapro est en faillite. Le groupe espagnol avait remporté en mai 2018 la quasi-totalité des droits télévisés de la Ligue 1 de football, jusqu’ici l’apanage de Canal+, privant son principal rival de matchs et ne laissant que quelques miettes à Bein Sport. Il faut dire que le prix de départ était mirobolant : 1,2 milliard d’euros mis sur la table, un record. Une somme qui avait séduit avec enthousiasme la Ligue de football professionnel (LFP). Près de deux ans plus tard, c’est la descente aux enfers et la fin annoncée de la chaîne payante Téléfoot, dont Mediapro est la maison mère.  

"J’avais estimé les droits TV de la L1 à 850-950 millions. Là, c’était disproportionné et annonciateur de la malédiction du vainqueur, qui veut que lors d’un appel d’offres, un enchérisseur qui a trop investi se retrouve vite en difficulté", analyse Antoine Feuillet, auteur d’une thèse sur les droits TV du sport sur France Info. Depuis plusieurs mois déjà, la situation est catastrophique. Le groupe à capitaux chinois n’a pas versé à la LFP les 324 millions d’euros de versements promis pour octobre et décembre et l’agence de notation financière Moody’s n’a eu de cesse de dégrader sa note. En 2019, le groupe supportait déjà une dette de 923 millions d’euros ! 

"Cupidité et irréalisme"

"On avait alerté la ligue. On savait que ce contrat était fragile", a déclaré Emmanuel Macron fin novembre à l'occasion d'une rencontre avec le monde du sport. "Je pense que les personnes qui l’ont négocié n’ont pas été très sérieuses", tranchait-il alors, visant notamment les dirigeants de la LFP. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation, de la jeunesse et des sports taclait : l’État "n’a pas vocation à compenser des problèmes qui ont été finalement générés par une sorte de cupidité et d’irréalisme". 

De fait, pour beaucoup d’observateurs, cette situation était courue d’avance. Mediapro ayant acquis des droits TV bien au-dessus du marché. Le 17 décembre prochain, selon l’Équipe, l’accord de sortie de crise entre Mediapro et la LFP sera examiné par le tribunal de commerce de Nanterre. Il prévoit que Mediapro rende ses droits acquis sur la période 2020-2024 et règle une indemnité de départ de 100 millions d’euros. Canal+ pourrait venir à la rescousse mais le mal est fait. 

Alors que les clubs de football sont terrassés en l’absence de billetterie liée à la pandémie de Covid-19, ils vont payer au prix fort ce fiasco. Les droits TV sont en effet la principale ressource des clubs. La ligue a fait un emprunt pour compenser le manque mais l’urgence est là. Certains clubs envisageraient même de reporter ou baisser les salaires des joueurs. Le capitaine de Nîmes, Anthony Briançon s’était par exemple dit prêt à faire un "effort financier".

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Sandrine Rousseau Yannick Jadot Antonin Burat Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Le drapeau écologiste sera porté par Yannick Jadot qui élargit son horizon de campagne

Et si la campagne présidentielle avait vraiment commencé avec la Primaire écologiste qui, contre vents et marées médiatiques, a tenté de dessiner un nouvel agenda politique ? Yannick Jadot a battu d’une très courte tête Sandrine Rousseau lors du second tour de la primaire du parti. Un score serré...

Lections allemagne resultats provisoires ALEXEY VITVITSKY SPUTNIK SPUTNIK VIA AFP

Élections en Allemagne : ces défis que devra relever la nouvelle coalition pour réussir la transition écologique

Dimanche 26 septembre, les 60 millions d'électeurs allemands étaient appelés à désigner le successeur d'Angela Merkel. Si les sociaux-démocrates du SPD semblent l'emporter d'une courte tête, ils sont au coude à coude avec les conservateurs de la CDU-CSU, faisant perdurer le mystère sur l'identité du...

Jadot Rousseau EELV MedhiFedouach AFP

Yannick Jadot face à Sandrine Rousseau : le second tour des Primaires écologistes opposera deux tons de vert

Le premier tour de la Primaire écologiste a désigné Yannick Jadot et Sandrine Rousseau. Le second tour opposera un homme à une femme, un candidat "légitime" face à une candidate "radicale", une écologie de rassemblement contre une écologie de la disruption. Le candidat ou la candidate désigné pour...

Valeurs actuelles sandrine rousseau

[Édito] Écologie contre xénophobie : les médias mènent-ils la danse de l’opinion publique ?

Au vu de la place médiatique prise par les agitateurs d’idées xénophobes comme Éric Zemmour et de l’écolo bashing défendu par Valeurs Actuelles, on pourrait conclure que l’écologie est mal partie pour jouer un rôle de premier plan dans le jeu électoral français. Pourtant les préoccupations...