Publié le 13 octobre 2021

ÉCONOMIE

Entre la pénurie de main d'œuvre et la quête de sens des salariés, la RSE devient un élément clé d'attractivité

"Pour attirer des talents" Geoffroy Roux de Bézieux encourage les entreprises à déployer des politiques de responsabilité sociale des entreprises (RSE). Dans le contexte actuel où les entreprises souffrent d’une pénurie de main-d'œuvre, conserver ses salariés et attirer des talents sont de véritables atouts. D’autant que de plus en plus de jeunes diplômés et de salariés en poste appellent les entreprises à se transformer pour répondre à l’urgence climatique.

Entreprise iStock Vasyl Dolmatov
Conserver ses salariés et attirer des talents sont de véritables atouts dans le contexte actuel où les entreprises souffrent d’une pénurie de main-d'œuvre.
Vasyl Dolmatov

"Une entreprise qui ne met pas la RSE au cœur de sa politique de ressources humaines attire peu ou pas de talents", lance Geoffroy Roux de Bézieux à l’ouverture de la semaine de l’Entreprise Responsable et Inclusive 2021. Ainsi, le patron du Medef affirme que "la RSE devient un sujet de performance et d’efficacité pour les entreprises". Un message bienvenu du côté des collectifs et salariés qui incitent les sociétés à se transformer pour répondre à l’urgence climatique.

À commencer par les jeunes diplômés qui sont de plus en plus nombreux à affirmer qu’ils refuseront de rejoindre des entreprises dont la politique environnementale n’est pas suffisante. "Nous sommes heureux de réaliser que notre message passe et que les signaux faibles que nous souhaitons envoyer aux entreprises sont entendus", avance Claire Egnell, membre du collectif Pour un réveil Ecologique. Ce mouvement met la pression sur les entreprises pour les pousser à plus d'ambition climatique, sous peine de ne plus attirer les jeunes diplômés. Ils ont publié un Manifeste Étudiant qui compte près de 33 000 signataires.

D’autres mouvements embrassent le même combat comme Alumni for the Planet (un réseau d’anciens élèves de grandes écoles), le Printemps écologique (un syndicat écologique) ou plus récemment Les Collectifs. Ces groupes de salariés activistes se mobilisent pour convaincre leur entreprise de s’engager sur le chemin de la transition écologique.

Continuer à motiver les salariés

Le déploiement de politique RSE devient ainsi un argument pour fidéliser les salariés d’une entreprise et continuer à les motiver. Le troisième baromètre de la perception de la RSE en entreprise du Medef révèle en effet que, parmi les salariés ayant connaissance d’une entité RSE dans leur entreprise, ils sont 83% à déclarer être confiants dans leur avenir au sein de leur entreprise actuelle, contre 71% pour ceux travaillant dans une entreprise sans entité dédiée. Par ailleurs, 68% des salariés se voient toujours travailler dans leur entreprise dans 3 ans et ce chiffre monte à 82% dans les entreprises qui possèdent une fonction ou un service RSE.

Conserver ses salariés et attirer des talents sont de véritables atouts dans le contexte actuel où les entreprises souffrent d’une pénurie de main-d'œuvre. Les dirigeants d'entreprises font régulièrement état de leurs difficultés à recruter, notamment des travailleurs qualifiés. Selon une enquête de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) d’août dernier, 44 % des dirigeants font face à des difficultés de recrutement, 57 % déclarant même avoir dû renoncer à des marchés ou à des projets.

"On restera très vigilants sur la réalité des engagements"

Cet écueil a été amplifié par la crise du Covid-19. Chez les cadres de 35-49 ans, la quête de sens est devenue aussi importante que la rémunération, selon un sondage OpinionWay de mars 2021. La crise sanitaire a aussi accru les envies de reconversion. Près d’un actif sur cinq s’est questionné sur la possibilité d’une reconversion pendant la crise sanitaire, selon une étude menée par l’institut BVA en juin 2020. Ces changements ont été guidés par une quête de sens dans leur activité professionnelle, souligne le rapport.  

"Si on peut inciter les entreprises à changer en envoyant un signal de plus, tant mieux, mais on restera très vigilants sur la réalité des engagements", alerte Claire Egnell, membre du collectif Pour un réveil Écologique. La militante déplore par ailleurs que "les entreprises s’intéressent à l’urgence écologique pour des raisons de communication (celles de convaincre des potentielles recrues) alors qu’elles devraient se saisir du sujet d’elles-mêmes, ne serait-ce que parce que les risques climatiques vont peser sur leurs chaînes logistiques".

Mathilde Golla @Mathgolla


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

3 COO

3% de déficit : une règle d'or fixée un peu par hasard

La Commission européenne lance une consultation publique sur une hypothétique réforme du Pacte de stabilité et de croissance qui encadre les politiques budgétaires des États membres. Ce pacte a notamment érigé en règle d’or la limite d’un déficit public à 3% du PIB. Mais comment et sur quels...

Mesures fiscales cco

La théorie du ruissellement défendue par Emmanuel Macron ne passe pas l’épreuve des faits

Les réformes fiscales de 2018, dont la fin de l'impôt sur la fortune, devaient transformer les baisses de taxes des ménages les plus riches en investissements dans l’économie réelle. Mais un rapport de France Stratégie vient à l'encontre de cette théorie. Dans les faits, les réformes n’ont pas eu...

Sandrine Rousseau Yannick Jadot Antonin Burat Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Le drapeau écologiste sera porté par Yannick Jadot qui élargit son horizon de campagne

Et si la campagne présidentielle avait vraiment commencé avec la Primaire écologiste qui, contre vents et marées médiatiques, a tenté de dessiner un nouvel agenda politique ? Yannick Jadot a battu d’une très courte tête Sandrine Rousseau lors du second tour de la primaire du parti. Un score serré...

Lections allemagne resultats provisoires ALEXEY VITVITSKY SPUTNIK SPUTNIK VIA AFP

Élections en Allemagne : ces défis que devra relever la nouvelle coalition pour réussir la transition écologique

Dimanche 26 septembre, les 60 millions d'électeurs allemands étaient appelés à désigner le successeur d'Angela Merkel. Si les sociaux-démocrates du SPD semblent l'emporter d'une courte tête, ils sont au coude à coude avec les conservateurs de la CDU-CSU, faisant perdurer le mystère sur l'identité du...