Publié le 24 novembre 2020

ÉCONOMIE

Emmanuel Macron met l’économie française sous assistance pour deux mois de plus

La crise épidémique reflue et comme promis le Président allège un peu les mesures de confinement qui pèse sur la population française. Si les commerces rouvrent, c’est accompagné d’un couvre-feu. Quant aux restaurants, bars, salles de sport et stations de ski devront attendre le 20 janvier. Face au maintien de la paralysie d’une grande partie de l’économie française, Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles aides, mais n’a pas donné d’élan au plan de relance.

Emmanuel Macron 24 novembre Elysee
Mardi 24 novembre, Emmanuel Macron a réalisé sa huitième intervention dans le cadre de la crise du Covid-19.
@Elysée

"Le pic de la seconde vague de l'épidémie est passé (...) Nos efforts, vos efforts ont payé". C’est la très bonne nouvelle annoncée par Emmanuel Macron mardi 24 novembre. Mais pas question de reconduire l’erreur du déconfinement immédiat de mai dernier. Il avait amené à une nouvelle flambée de la maladie dans les semaines qui avaient suivi. Ainsi, le Président de la République annonce un allégement très lent des contraintes sur les libertés individuelles.

Ainsi dès samedi 28 novembre, "les déplacements pour motifs de promenade ou physiques en extérieur seront désormais permis dans un rayon de 20 kilomètres et pour trois heures" et "surtout les commerces (non-essentiels) vont pouvoir rouvrir jusqu’à 21h". À partir du 15 décembre, un couvre-feu de 21 heures à 7 heures du matin sera mis en place et les lieux de cultures rouvriront à leur tour. En revanche pour les salles de sport et les restaurants, il faudra attendre jusqu’au 20 janvier.

Nouvelles aides pour tenter de compenser la fermeture

Pour les bars et les discothèques, ce sera encore plus tard. Une large partie de l’économie va encore rester à l’arrêt pour deux semaines à deux mois selon les cas. En conséquence, le Président annonce une série de nouvelles aides pour les secteurs d'activité qui n'auront pas été autorisés à rouvrir. Jusqu'au 20 janvier, les entreprises concernées pourront ainsi se voir verser 20 % du chiffre d'affaires de l'année 2019, si cette option leur est préférable à l'aide forfaitaire de 10 000 euros.

Cette mise sous assistance de l’économie française va peser lourd pour bâtir un pays plus résilient. "La crise (économique) va vraisemblablement encore s'aggraver", explique le Chef de l’État. Et s’il promet que le plan de relance de 100 milliards d’euros "permet de préparer l’avenir de notre économie en créant des emplois dans les secteurs nouveaux, en les développant", on peut se demander s’il est suffisant pour faire survivre une économie qui a dépassé sa capacité de résistance.

Les jours heureux

Le Secours Catholique annonce que la situation économique menace de faire basculer 10 millions de Français dans la pauvreté. Les jeunes et les étudiants sont massivement en situation de précarité et la santé mentale des Français vacille. Autant de facteurs aggravants de la crise économique, ce qu’Emmanuel Macron reconnaît tout à fait. Il a rappelé que la France doit aussi "affronter le terrorisme, affronter la crise climatique et celle des inégalités".

Son ton grave changeait radicalement de celui d’avril dernier, alors que le Président de la République invoquait les "jours heureux" pour "nous réinventer". "Je suis optimiste car toute crise comporte une part de progrès, une part d’espérance", veut-il croire encore. L’étincelle pour que les Français partagent cet espoir reste à être allumée.

Ludovic Dupin @LudovicDupin et Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jadot Rousseau EELV MedhiFedouach AFP

Yannick Jadot face à Sandrine Rousseau : le second tour des Primaires écologistes opposera deux tons de vert

Le premier tour de la Primaire écologiste a désigné Yannick Jadot et Sandrine Rousseau. Le second tour opposera un homme à une femme, un candidat "légitime" face à une candidate "radicale", une écologie de rassemblement contre une écologie de la disruption. Le candidat ou la candidate désigné pour...

Valeurs actuelles sandrine rousseau

[Édito] Écologie contre xénophobie : les médias mènent-ils la danse de l’opinion publique ?

Au vu de la place médiatique prise par les agitateurs d’idées xénophobes comme Éric Zemmour et de l’écolo bashing défendu par Valeurs Actuelles, on pourrait conclure que l’écologie est mal partie pour jouer un rôle de premier plan dans le jeu électoral français. Pourtant les préoccupations...

Rentree mediatique metamorworks

[Édito] Rentrée politique et médiatique : sans tenir compte des chocs climatiques, elle tournera à vide

La présentation des grilles de rentrée des médias audiovisuels met le cap sur les Présidentielles. Commentateurs politiques, spécialistes du microcosme et des petites phrases sont appelés massivement à la mobilisation. En revanche, pas d’experts environnementaux capables de décortiquer les...

IStock @Andrii Yalanskyi

Loi climat : les désaccords entre l’Assemblée nationale et le Sénat discutés en commission

Le projet de loi Climat et résilience est examiné en Commission mixte paritaire le 12 juillet. L'objectif de cette session, qui rassemble sept députés et sept sénateurs, est de trouver un compromis sur un texte commun. Après l’examen des articles par les deux chambres en avril et en juin, des points...