Publié le 05 novembre 2020

ÉCONOMIE

Élection US : l'incertitude liée au résultat provoque des scènes de violence

Le suspense se poursuit aux États-Unis. Alors que le nom du futur président n'a toujours pas été dévoilé, des scènes de violence ont éclaté dans le pays. Des militants pro-Trump tentent en effet, dans plusieurs bureaux de dépouillement, de stopper le décompte des votes. Des militants d'extrême gauche ont eux manifesté la nuit dernière en brûlant des drapeaux américains. Dans une Amérique polarisée, les risques d'émeutes post-électorales n'ont jamais été aussi importants. 

Risque emeute us Nathan Howard GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP
A Portland, des militants d'extrême gauche brûlent un drapeau américain.
Nathan Howard / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

[Mise à jour le 5 novembre] C'est le scénario cauchemar pour les Etats-Unis. Plus de 24h après l'élection, le nom du futur Président n'a pas été dévoilé. Un suspense qui a provoqué des scènes de violence chez les extremistes des deux bords. Dans le Michigan et l'Arizona, deux Etats qui sont en train de basculé du côté démocrate, des militants pro-Trump tentent de bloquer le dépouillement des votes. Poussés par l'actuel hôte de la Maison Blanche, qui dénonce, sans preuve, des "fraudes", les militants scandent "Arrêtez les décomptes". 

Sur place, une journaliste de NBC s'inquiète : "Ce que nous voyons là, c'est une scène à la limite de l'émeute avec des observateurs de scrutin autoproclamés qui disent vouloir avoir accès au bâtiment". 

A l'opposé, dans les rues de New York et de Washington, des militants pro-démocrates ont défilé dans les rues en criant "Comptez chaque voix". A Portland, dans l'Oregon, la situation était particulièrement tendue hier soir. Alors que Donald Trump s'est auto-proclamé victorieux de cette élection, des militants d'extrême gauche ont manifesté dans les rues, brûlant des drapeaux américains. "On ne veut pas de Biden. On veut de la vengeance (...) On veut que Trump parte", a lancé un manifestant. 

La gouverneure de l'Oregon, Kate Brown, a prolongé l'état d'urgence instauré pour la nuit de l'élection présidentielle. Plusieurs experts avaient prédit des risques d'émeutes particulièrement importants pour cette élection. Selon le bureau d’analyse Small Arms Analytics & Forecasting, près de 17 millions d’armes à feu ont été vendues depuis le début de l’année 2020, c’est plus que "toute autre année complète jamais enregistrée", note le Los Angeles Times. "Les risques de violence sont plus grands que lors de toute élection précédente récente", a déclaré Daniel Byman, un expert en terrorisme de la Brookings Institution à Washington dans Vox.

Les entreprises ont anticipé 

Beaucoup de magasins avaient pris leur disposition. À Denver, dans le Colorado, la ville a averti les entreprises de se préparer à d’éventuelles émeutes. Les fenêtres des boutiques ont ainsi été recouvertes de plaques de bois afin d’éviter la casse. "Denver prend des mesures proactives pour s’assurer que les propriétaires et les dirigeants d’entreprises sont conscients du potentiel d’agitation", assure la municipalité dans un dépliant distribué aux entreprises.

Dans une Amérique polarisée, les entreprises craignent le pire. Le géant de la distribution, Walmart, a ainsi retiré provisoirement les armes et munitions de ses rayons, en raison "de troubles isolés dans certaines régions du pays, et ce dans un souci de prudence", explique la direction à ses managers de magasins. Même le célèbre patron de Facebook, Mark Zuckerberg, n’est pas rassuré"Je suis inquiet qu’il y ait un risque de troubles civils dans tout le pays, alors que notre nation est si divisée et que les résultats électoraux prendront potentiellement des jours ou des semaines à être finalisés", a-t-il déclaré lors d’une conférence aux analystes sur les résultats trimestriels de sa société.

Facebook en alerte sur les fake news

D’où l’importance de ne pas faire circuler de fake news pendant la période de dépouillement. Pour protéger la confiance dans le processus électoral, voire le système démocratique. Mark Zuckerberg souligne : "Des entreprises comme la nôtre doivent en faire plus que jamais auparavant". Il rappelle une partie des garde-fous mis en place, comme l'interdiction de toutes les publicités sur des sujets de société ou de politique, sur ses plateformes aux États-Unis, à la fermeture des bureaux de vote, pour réduire les risques "de confusion ou d'abus" le temps qu'il faudra.

"La semaine prochaine va être un test pour Facebook", a-t-il reconnu, ayant à cœur de prouver que son entreprise a vraiment tiré les leçons de 2016, quand des campagnes de désinformation massive, dont certaines pilotées depuis la Russie, avaient utilisé les réseaux pour diffuser leur propagande à grande échelle et de façon ciblée.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Compte twitter Trump

Twitter contre Donald Trump : la bataille gagnée par le réseau social après la suspension du compte du Président

À quelques jours de la fin de son mandat, Donald Trump a été réduit au silence sur son canal de communication préféré : Twitter. La plateforme a décidé de suspendre définitivement le compte personnel du Président américain afin d’éviter de "nouvelles incitations à la violence", justifie-t-elle. Ce...

Jean Castex Ludovic MARIN POOL AFP

Jean Castex annonce une accélération de la campagne vaccinale et vise une sortie crise à l’été

Un million de Français vaccinés d’ici la fin du mois de janvier. Tel est le nouvel objectif fixé par le Premier ministre Jean Castex. Après un début de campagne vaccinale critiqué pour sa lenteur, le nombre de citoyens éligibles à la vaccination va s’élargir au-delà des seuls Ehpad et soignants de...

Capitole washington Trump Biden SaulLoeb AFP

Des manifestants pro-Trump ont envahi le Capitole à Washington pour empêcher la validation de la victoire de Joe Biden

Incroyables images auxquelles la planète a assisté le 6 janvier. Des centaines de manifestants ont occupé plusieurs heures le cœur de la démocratie américaine : le Capitole. Ils voulaient interrompre la proclamation solennelle de la victoire de Joe Biden. Démocrates comme Républicains ont fustigé...

Vaccination pfizer covid 19 Hotel Dieu SameerAl Doumy AFP

Campagne vaccinale : entre défiance de la population et frilosité du gouvernement, la France en retard

C’est la mauvaise surprise de début 2021. La France semble incapable de lancer une massive campagne de vaccination contre le Covid-19, là où de nombreux autres pays européens avancent à grand pas. Les raisons sont multiples à commencer par une logistique compliquée et une opinion publique réticente...