Publié le 13 novembre 2020

ÉCONOMIE

[Édito] Si seulement Amazon n’existait pas…

Si Amazon n’existait pas, nos petites boutiques seraient bien moins en souffrance. Une assertion bien tentante alors que nos magasins sont fermés en raison du confinement et qu’Amazon affiche une santé florissante. Mais c’est simplifier un débat bien plus complexe sur le besoin d’accélérer la digitalisation générale de notre économie et de nos commerces.

Amazon reputation
Amazon représente environ 20 % du e-commerce en France.
@BH

Le deuxième confinement en France et la fermeture des commerces dits non essentiels ainsi que de leurs rayons équivalents en grande surface ont crispé le secteur marchand. Ce dernier juge que cela revient à dérouler le tapis rouge pour qu’Amazon accroisse encore ses ventes. Pour sûr, le géant américain va profiter de cette période. Lors du premier confinement, le secteur du e-commerce a progressé de 37 % entre mars et mai. Une situation inacceptable pour certains politiques comme Anne Hidalgo ou Roselyne Bachelot qui ont lancé un appel "à ne pas acheter chez Amazon".

C’est une réponse simpliste et un peu démago à une vraie question qui est la digitalisation globale de notre économie et de notre commerce. En vérité, il est un peu facile de faire peser le poids de la mort des libraires, la disparition des commerces de centre-ville, l’évasion fiscale d’Amazon, ses polémiques sociales ou environnementales sur les seules épaules des consommateurs. Si le législateur juge que la pratique d’Amazon est illégale, injuste, qu’il agisse. Ce que l’Europe essaie d’ailleurs de faire en lançant deux enquêtes pour pratiques anticoncurrentielles.  

Aveu de faiblesse

Le principe de dirigeants politiques qui appellent au boycott d’une marque est un aveu de faiblesse. Et le consommateur ne peut pas tout faire. S'il se se tourne vers Amazon, ce n’est pas par irresponsabilité sociétale ou mépris des commerçants physiques. C’est aussi une question de service client qu’il ne retrouve pas ailleurs. Force est de constater qu’Amazon, que l’on soit un ennemi de la marque ou l’un de ses adeptes, offre des services de livraison rapide, des retours gratuits, des remboursements quasi-immédiat en cas d’incident. Et donne accès à des produits qu’on ne trouve pas toujours ailleurs, du moins sans de démentiels frais de port.

Et puis Amazon ou pas, l’e-commerce progresse. Hors confinement, il représente 10 % des ventes en France. Et sur cette part, Amazon ne représente qu’un cinquième. Le reste est disputé par d’autres grandes enseignes : Fnac, Darty, Veepee, Cdiscount, Alibaba, Carrefour, Leclerc… Difficile pour des petits commerçants de venir en concurrence, même si 11 000 TPE et PME françaises vendent déjà directement sur Amazon, via le market place. Plutôt que de pointer du doigt Amazon comme fossoyeur de nos boutiques (il y a bien d’autres sujets sur lesquels on peut pointer du doigt Amazon), c’est peut-être plutôt le modèle de la boutique qui se pose.

Peut-être s'agit-il d'un concept un peu depassé pris en étau entre le commerce en ligne et le désir de beaucoup d'entre nous de consommer ultra-local. Et par extension, c’est aussi la question de certains business models qui est à interroger. Pour aider ces boutiques à se numériser, le gouvernement, avec l'appui de la Banque des territoires, a créé le site clique-mon-commerce.gouv.fr. C'est sans doute la meilleure réponse pour réduire la fracture de ce commerce à deux vitesses. 

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

IStock @Andrii Yalanskyi

Loi climat : les désaccords entre l’Assemblée nationale et le Sénat discutés en commission

Le projet de loi Climat et résilience est examiné en Commission mixte paritaire le 12 juillet. L'objectif de cette session, qui rassemble sept députés et sept sénateurs, est de trouver un compromis sur un texte commun. Après l’examen des articles par les deux chambres en avril et en juin, des points...

Jean Castex MArtin Bureau AFP

Climat : Le gouvernement enterre le référendum visant à inscrire la protection de l'environnement dans la Constitution

La protection de l'environnement ne figurera pas dans l'article 1er de la Constitution. Le Premier ministre Jean Castex a en effet annoncé le 6 juillet que le référendum sur cette question n'aurait finalement pas lieu. Alors qu'il est essentiel pour la tenue du plébiscite que l'Assemblée nationale...

Abstention elections Sandrine Marty Hans Lucas Hans Lucas AFP

Abstention : quatre pistes à explorer pour remobiliser les électeurs

Aux deux tours des élections régionales 2021, près de deux tiers des électeurs ont décidé de faire l’impasse sur la visite de leur bureau de vote. C’est une vraie crise démocratique. Si l’appel à réformer l’offre politique se fait entendre, on peut aussi repenser la façon de voter. Certains pays ont...

Resultat second tour regionles 2021 Laurence Saubadu Kenan Augeard AFP 01

Les Français ont boudé les Régionales et poussé les Écologistes

Au premier regard, les élections régionales ressemblent à un statu quo. Les exécutifs sortants sont réélus et le rapport de force est maintenu sur la carte de France entre le bleu républicain et le rose socialiste. Mais la progression des listes écolos, le recul du Front National et la désaffection...