Publié le 13 novembre 2020

ÉCONOMIE

[Édito] Si seulement Amazon n’existait pas…

Si Amazon n’existait pas, nos petites boutiques seraient bien moins en souffrance. Une assertion bien tentante alors que nos magasins sont fermés en raison du confinement et qu’Amazon affiche une santé florissante. Mais c’est simplifier un débat bien plus complexe sur le besoin d’accélérer la digitalisation générale de notre économie et de nos commerces.

Amazon reputation
Amazon représente environ 20 % du e-commerce en France.
@BH

Le deuxième confinement en France et la fermeture des commerces dits non essentiels ainsi que de leurs rayons équivalents en grande surface ont crispé le secteur marchand. Ce dernier juge que cela revient à dérouler le tapis rouge pour qu’Amazon accroisse encore ses ventes. Pour sûr, le géant américain va profiter de cette période. Lors du premier confinement, le secteur du e-commerce a progressé de 37 % entre mars et mai. Une situation inacceptable pour certains politiques comme Anne Hidalgo ou Roselyne Bachelot qui ont lancé un appel "à ne pas acheter chez Amazon".

C’est une réponse simpliste et un peu démago à une vraie question qui est la digitalisation globale de notre économie et de notre commerce. En vérité, il est un peu facile de faire peser le poids de la mort des libraires, la disparition des commerces de centre-ville, l’évasion fiscale d’Amazon, ses polémiques sociales ou environnementales sur les seules épaules des consommateurs. Si le législateur juge que la pratique d’Amazon est illégale, injuste, qu’il agisse. Ce que l’Europe essaie d’ailleurs de faire en lançant deux enquêtes pour pratiques anticoncurrentielles.  

Aveu de faiblesse

Le principe de dirigeants politiques qui appellent au boycott d’une marque est un aveu de faiblesse. Et le consommateur ne peut pas tout faire. S'il se se tourne vers Amazon, ce n’est pas par irresponsabilité sociétale ou mépris des commerçants physiques. C’est aussi une question de service client qu’il ne retrouve pas ailleurs. Force est de constater qu’Amazon, que l’on soit un ennemi de la marque ou l’un de ses adeptes, offre des services de livraison rapide, des retours gratuits, des remboursements quasi-immédiat en cas d’incident. Et donne accès à des produits qu’on ne trouve pas toujours ailleurs, du moins sans de démentiels frais de port.

Et puis Amazon ou pas, l’e-commerce progresse. Hors confinement, il représente 10 % des ventes en France. Et sur cette part, Amazon ne représente qu’un cinquième. Le reste est disputé par d’autres grandes enseignes : Fnac, Darty, Veepee, Cdiscount, Alibaba, Carrefour, Leclerc… Difficile pour des petits commerçants de venir en concurrence, même si 11 000 TPE et PME françaises vendent déjà directement sur Amazon, via le market place. Plutôt que de pointer du doigt Amazon comme fossoyeur de nos boutiques (il y a bien d’autres sujets sur lesquels on peut pointer du doigt Amazon), c’est peut-être plutôt le modèle de la boutique qui se pose.

Peut-être s'agit-il d'un concept un peu depassé pris en étau entre le commerce en ligne et le désir de beaucoup d'entre nous de consommer ultra-local. Et par extension, c’est aussi la question de certains business models qui est à interroger. Pour aider ces boutiques à se numériser, le gouvernement, avec l'appui de la Banque des territoires, a créé le site clique-mon-commerce.gouv.fr. C'est sans doute la meilleure réponse pour réduire la fracture de ce commerce à deux vitesses. 

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Michel Zecler Article 24 DR

Loi de sécurité globale : Après une vidéo de violences policières, l'Exécutif revoit sa copie

L’affaire Michel Zecler, agressé semblerait-il sans raison par plusieurs policiers, émeut fortement la France. La médiatisation de l’histoire de ce producteur de musique a été rendue possible grâce à des caméras de surveillance qui ont filmé toute la scène. La diffusion de cette vidéo intervient...

Vaccin Covid 19 Byjeng

[Édito] Emmanuel Macron renonce au vaccin obligatoire pour ménager une opinion publique devenue sceptique à la science

Pour mettre fin à la pandémie mondiale du Covid-19, il faut que 80 % de la population soit immunisée. Une réalité atteignable en 2021 avec une vaccination massive. Mais le gouvernement prend le risque de retarder un retour à la normale en ne rendant pas cette vaccination obligatoire. Une trop forte...

Europe union europeenne artJazz

L’État de droit, pomme de discorde européenne en pleine négociation budgétaire du plan de relance

Avant la seconde vague de Covid-19, l’heure était à la relance économique et l’Union Européenne avait, pour la première fois, acté le principe d’un plan de 750 milliards d’euros qui doit apporter 40 milliards à la relance verte française. Mais la Pologne et la Hongrie ont bloqué le processus parce...

Elisabeth Borne Conference covid 12 novembre teletravail LudovicMarin AFP Pool

Le gouvernement maintient le confinement en l'état et appelle à un effort "citoyen" sur le télétravail

Comme promis, 15 jours après la mise en place du deuxième confinement, le gouvernement est venu devant les Français faire état de son effet sur l'épidémie de Covid-19. Si les signes sont positifs, il n'y aura pas d'allégement du dispositif alors qu'une hospitalisation due au Covid-19 a lieu toutes...