Publié le 15 janvier 2021

ÉCONOMIE

[Édito] Engagements environnementaux : le temps de la preuve est venu !

La première période de mobilisation du secteur financier sur les crises environnementales (changement climatique, destruction de la biodiversité) aura duré cinq ans. Lancée en 2015, la phase des engagements s’achève déjà. Les acteurs économiques et financiers sont priés de passer à une réorientation massive des flux financiers ce dont témoignent les interpellations de BlackRock et d’HSBC ou la réaction de Greta Thunberg au One Planet Summit.

One Planet summit Elysee 2021 2 LudovicMarin Pool AFP
Le 11 janvier, l'Élysée a organisé un One Planet Summit dédié à la biodiversité.
@LudovicMarin/Pool/AFP

"BlackRock, renoncez à tout échappatoire", demande sur Twitter, le fondateur de Carbon Tracker, Mark Campanale. Ce lanceur d’alerte spécialiste de l’impact du changement climatique sur les marchés financiers réagit à l’annonce des 85 milliards de dollars toujours détenus par BlackRock dans le secteur du charbon. En décidant de n’exclure de ses portefeuilles que les entreprises qui réalisent plus de 25 % de leur activité dans le charbon, le géant mondial de la gestion d’actifs peut encore détenir des actions d’entreprises aussi emblématiques que l’Indien Adani ou Glencore, pourtant bannie par le fonds souverain norvégien.

Tout le paradoxe de l’engagement environnemental du secteur financier est résumé dans l’étude que viennent de sortir deux ONG associées pour l’occasion, la Française Reclaim Finance et l’Allemande Urgewald, spécialiste des listes d’exclusion charbon  Elles pressent BlackRock de "joindre l’acte à la parole en laissant le charbon dans le sol, en cette année critique pour le climat"  et de respecter ses propres engagements sur le climat. Car le temps est venu pour les acteurs financiers de prouver qu’ils ont vraiment réorienter les flux financiers, cinq ans après avoir pris conscience que le changement climatique était devenu un risque systémique pour la stabilité financière.

De Henri de Castries à Greta Thunberg

C’est le travail préparatoire de la COP 21 qui a lancé la mécanique des engagements en 2015. Qu’un dirigeant financier comme Henri de Castries, à l’époque patron d’AXA, prenne la parole pour annoncer l’exclusion du charbon de ses investissements était alors révolutionnaire. Cinq ans plus tard, l’urgence du passage à l’acte, rendu nécessaire par la multiplication des crises sanitaires et environnementales, met au pied du mur tous ceux qui ont prononcé des discours de ce type.

Ils doivent pouvoir prouver que leurs choix d’investissement ont fondamentalement changé sinon ils s’exposent à des réactions cruelles comme celle de Greta Thunberg lors du One Plante Summit et surtout à des poursuites juridiques tant les plaintes se multiplient contre l’inaction climatique. En France, le procès l’Affaire du Siècle fait de ce risque une réalité de plus en plus crédible. 

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...