Publié le 26 octobre 2021

ÉCONOMIE

Donald Trump fait financer son réseau social par une astuce boursière

Trump Media and Technology Group, la nouvelle société de Donald Trump, devrait faire son entrée en Bourse par le biais d’une technique en vogue sur les marchés financiers. Elle a en effet signé un accord avec une Spac, ces coquilles vides qui lèvent de l’argent sur les marchés pour acquérir une entreprise. Des investisseurs ayant misé sur cette Spac ont déclaré vouloir s’en retirer pour ne pas être associés à l’ex-président américain.

Donald Trump CCO
L'ex-président des États-Unis veut lancer son propre réseau social baptisé Truth Social.
@CCO

Il ne s’agit pour l’instant que d’une simple idée de l’ex-président des États-Unis. Pourtant, le futur réseau social que Donald Trump souhaite créer de toutes pièces est déjà sur le point d’entrer en Bourse et fait exploser tous les compteurs. Ce tour de passe-passe a pu être réalisé au moyen d’un montage particulier qui fait fureur dans les milieux financiers, celui des Spac (Special Purpose Acquisition Companies).

Ces entreprises sont des coquilles vides, créées par des stars de la Bourse qui promettent aux investisseurs de racheter une pépite, de la fusionner avec la Spac et de la propulser, de fait, sur les marchés financiers. À la clé, une opération juteuse pour les promoteurs de la Spac et une entrée en Bourse très simplifiée pour leurs cibles. Mais un chèque en blanc signé par les investisseurs qui n’ont que peu de visibilité sur l’objet de leur mise... C’est précisément ce qui s’est passé avec Trump Media and Technology Group, la nouvelle société de Donald Trump.

La Spac Digital World Acquisition Corp (DWAC) s’est introduite en Bourse en septembre dernier et a levé en peu de temps près de 300 millions de dollars auprès d’investisseurs en leur promettant d’acquérir une entreprise du digital. Un peu plus d’un mois plus tard, elle leur annonçait avoir trouvé sa cible, l’entreprise de Donald Trump. Celle-ci prévoit de créer un média social pour concurrencer ceux qui ont justement censuré les comptes de l’ex-président.

Deux investisseurs se retirent

Cette annonce d’association avec un homme politique très controversé, notamment depuis l’attaque du Capitole en janvier 2021, n’a pas été du goût de tout le monde. Selon le média américain CNBC, au moins deux investisseurs ont immédiatement déclaré vouloir retirer leurs billes, pour ne pas être associés avec le nom de l’ancien président. Ces deux fonds d’investissement illustrent justement le risque d’investir avec un chèque en blanc dans une Spac, sans aucune connaissance de la cible finale et des possibles controverses qui peuvent y être attachées.

En l’occurrence, le cours de Bourse de DWAC a été propulsé vers des sommets suite à l’annonce. Les partisans de Donald Trump se sont en effet fait l’écho du rachat sur des forums financiers. Le futur réseau social, qui devrait s’appeler Truth Social, n’existe pourtant pas encore et TMTG, la société qui l’hébergera, ne réalise pour le moment pas de chiffre d’affaires, les opérations devant être lancées en 2022.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...

Boris johnson NIKLAS HALLE N AFP

Johnson après Trump, les populistes à mèche blonde vont-ils lâcher le pouvoir dans les démocraties qu’ils épuisent ?

La démission de 45 membres de son gouvernement a acculé Boris Johnson à la démission. Il avait réussi à rester au pouvoir malgré les scandales des "partygate", ses vérités alternatives, ses remises en cause des engagements du traité post-brexit, son plan de transfert des migrants vers le Rwanda… Il...

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...