Publié le 28 décembre 2020

ÉCONOMIE

Donald Trump capitule pour son ultime bras de fer à propos du plan de relance américain

Alors que près de 12 millions de personnes ont perdu leur emploi aux États-Unis, le plan de relance de 900 milliards de dollars est très attendu pour secourir les ménages et les entreprises les plus touchés par la pandémie. Mais Donald Trump, qui continue à remettre en cause sa défaite, a retardé jusqu’à la dernière minute le déploiement de ces mesures d’aides. Même les membres du parti républicain ont dû faire pression sur lui pour aider les plus démunis.

Donald Trump White house
Donald Trump a débloqué le plan de relance de 900 milliards de dollars.
@WhiteHouse

Toute l’économie américaine et de nombreux Américains étaient suspendus à la décision de Donald Trump. Alors que celui-ci doit quitter la Maison Blanche le 20 janvier prochain, il tardait à ratifier le vaste plan de relance de 900 milliards de dollars accordant des aides aux ménages et aux petites entreprises. Dimanche 27 décembre, le Président a fait volte-face. Il a ratifié ce plan et a signé la proposition de loi de financement de l'État fédéral. Sans cela, les services publics auraient été mis à l’arrêt mardi 29 décembre.

De nombreuses pressions ont dû être exercées sur Donald Trump pour arriver à ce résultat, alors que 12 millions de personnes ont perdu leur emploi à cause de la pandémie. Il y avait urgence à agir. "Je ratifie cette législation pour restaurer les allocations chômage, arrêter les expulsions (locatives), apporter de l'assistance aux bailleurs, ajouter des fonds supplémentaires au programme de prêts aux entreprises, permettre aux employés de l'aérien de retourner au travail et donner des fonds substantiels en plus pour la distribution des vaccins", a expliqué Donald Trump, dans un communiqué.

Un acompte pour enrayer la pandémie

Jusque-là, celui-ci expliquait son refus car il demandait une revalorisation des chèques d'aide aux familles en difficulté. Au final, il a fallu jusqu’à la pression de son propre camp Républicain pour infléchir la position du dirigeant. "Je suis content de savoir que les Américains vont recevoir une assistance plus que nécessaire alors que notre pays continue de lutter contre la pandémie", a salué Mitch McConnell, patron des sénateurs républicains.

L'influent sénateur républicain Mitt Romney s'est déclaré "soulagé". "L'aide dont ils en ont désespérément besoin est maintenant en route vers les travailleurs, les familles et les petites entreprises à travers le pays", a-t-il tweeté. La cheffe des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a affirmé qu'il s'agissait "d'un acompte à ce qui nécessaire pour enrayer le virus, mettre de l'argent dans les poches des Américains et honorer nos héros (mais) Nous devons rapidement prendre davantage de mesures".

Selon Andrew Stettner du groupe de réflexion progressiste The Century Foundation, ce plan de relance et les aides qu’il implique sont "la seule bouée de sauvetage évitant à des millions de familles de tomber dans la pauvreté". "Sans une allocation chômage ou un salaire, des familles n'auront pas les moyens de s'acheter à manger, conserver leur maison ou leur voiture, acheter des médicaments importants, feront face à de difficiles épreuves de sorte que retrouver un emploi et sortir du trou dans lequel les aura plongées la récession seront un combat", prévient Andrew Stettner.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Macron devant les 150 citoyens de la CCC elysee

Référendum sur le climat : une bataille s’engage entre l’Élysée et le Sénat

D’ici la fin de l’année, l’Élysée veut organiser un référendum. Il s’agit d’inscrire dans la Constitution le fait que la France garantisse la protection de l’Environnement. Mais le Sénat rejette le verbe "garantir" jugé trop contraignant et lui préfère le verbe préserver. Impossible selon des...

IStock @SomeMeans Chine Europe

Ouïghours : l'Union européenne suspend les discussions avec la Chine sur l'accord d'investissement

L'Europe durcit sa position sur la situation des Ouïghours en Chine. La Commission a mis entre parenthèses début mai la ratification d'un accord sur les investissements avec la Chine dans un contexte d'escalade des tensions entre les deux blocs. Alors que l'Europe a déjà appliqué des sanctions en...

Liquidation ACHT

[Édito] Les territoires, négligés par la bataille électorale des Régionales, ont besoin d’un avenir durable

L’agitation politique autour des élections régionales s’accroît, mais la relance des territoires oubliés reste peu évoquée. Pourtant, c’est une condition importante pour redonner du souffle à l’économie française. 70 % de la population y vit alors qu’elle capte moins de 20 % de la croissance. Du...

1024px Senat @Jacques Paquier

Référendum sur l’environnement : le Sénat rejette l'ambition que la Constitution "garantisse" la protection de l'environnement

C'est un débat sémantique qui pèse lourd. En vue du référendum prévu fin 2021, l'Assemblée nationale a validé, en mars dernier, l'inscription dans l'article 1er de la Constitution que la France "garantit" la protection de l'environnement. Mais en commission, le Sénat rejette ce terme jugé trop...