Publié le 23 septembre 2021

ÉCONOMIE

Devoir de vigilance : la directive européenne patine, plombée par le lobbying

L'Union européenne doit bientôt adopter une directive sur le devoir de vigilance en matière de droits environnementaux et humains dans les chaînes de valeur. Mais face à une bataille de lobbying entre les entreprises et les associations, et la difficulté de trouver un compromis entre les 27 États membres, les négociations ont pris du retard. 

Devoir de vigilance Travail des enfants f8619b6d7a
L'Union européenne a pris du retard quant à un projet de législation sur le devoir de vigilance.
@Aref Karimi / AFP

C’est une ambition forte de l’Union européenne : adopter une loi sur le devoir de vigilance qui obligerait les entreprises multinationales à assurer une activité de production respectueuse des droits humains et de l’environnement sur l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement. En plein Green deal, la question est cruciale mais elle suscite de sérieuses tensions dans la zone. Si un premier pas a été réalisé en mars dernier par le Parlement européen qui a adopté un texte jugé ambitieux, depuis les négociations patinent. 

La Commission européenne devait en effet produire un projet de législation d’ici l’été mais elle a décidé de décaler l’annonce à la fin du mois d'octobre. Autre changement évocateur, le commissaire à la Justice, Didier Reynders, n’est plus le seul à porter le dossier. Il vient d’être rejoint par le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton. "Ce sont des signes manifestes d’un manque de consensus", décrypte Sylvain Guyoton, directeur de recherche au cabinet EcoVadis. "On rencontre les mêmes difficultés que la France a connues en 2017 lors de l’adoption du devoir de vigilance", ajoute-t-il. 

Bataille entre lobbys et pays 

La France a en effet été pionnière en la matière. Mais les débats ont été houleux à l’Assemblée nationale et dans l’espace public. L’Afep, l’Association française des entreprises privées, était montée au créneau dénonçant une loi pénalisante pour les entreprises. "Les négociations ont été intenses en France alors imaginez si vous rajoutez 26 pays aux débats", souligne Sylvain Guyoton. En juin, plusieurs organisations dont les Amis de la Terre et l’European Coalition for Corporate Justice ont publié un rapport dénonçant le lobbying des multinationales contre une législation européenne sur le devoir de vigilance. 

Les ONG distinguent plusieurs manœuvres. Celle des entreprises qui tentent clairement de bloquer une directive européenne et celle, plus insidieuse, de groupes qui affirment soutenir une législation contraignante sur le devoir de vigilance mais qui, dans les faits, tentent d’affaiblir la loi. "Il y a un jeu de good cop, bad cop", dénonce Juliette Renaud, responsable de campagne "régulation des multinationales" des Amis de la Terre. Mais au niveau des pays eux-mêmes, les législations évoluent et pourraient peser dans le débat européen. L’Allemagne a en effet adopté en mars un projet de loi imposant un devoir de vigilance aux entreprises.

Si les ONG ne le trouvent pas assez ambitieux, le spécialiste Pierrick Le Goff, avocat au cabinet De Gaulle, Fleurance & associés, juge lui, qu’il répare certaines limites du devoir de vigilance français. "La France a été pionnière en son temps mais les choses ont évolué, tout comme les mentalités. Cela permet d’aller plus loin", explique-t-il. Que le projet de loi allemand soit plus ambitieux ou non que la loi française, les deux puissances européennes ont, en tout cas, la volonté de porter une harmonisation du devoir de vigilance au sein du Vieux Continent. Et leur poids n’est pas négligeable. D’autant que la France, qui prendra la présidence de l’Union européenne en janvier 2022, compte bien imposer sa marque avec ce sujet. 

Marina Fabre, @fabre_marina 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Valerie Pecresse presidentielle JULIEN DE ROSA AFP

Valérie Pécresse, candidate de la droite républicaine, a une petite place pour l’environnement

Les militants des Républicains ont finalement désigné Valerie Pécresse comme candidate aux Présidentielles pour porter la voix de la droite républicaine. Mettant en avant une grande première, la désignation d’une femme pour mener la campagne d’un parti de gouvernement, la Présidente de la Région île...

Pays heureux

Finlande et Nouvelle-Zélande : la réussite de ces pays ringardise le PIB

Alors que de plus en plus de pays réfléchissent à faire évoluer leurs indicateurs de croissance, la Finlande et la Nouvelle-Zélande sont déjà passées à l’acte. Elles évaluent leurs performances non plus seulement à l’aune de la croissance mais aussi du bien-être. Ce n’est donc pas un hasard si ces...

3 COO

3% de déficit : une règle d'or fixée un peu par hasard

La Commission européenne lance une consultation publique sur une hypothétique réforme du Pacte de stabilité et de croissance qui encadre les politiques budgétaires des États membres. Ce pacte a notamment érigé en règle d’or la limite d’un déficit public à 3% du PIB. Mais comment et sur quels...

Mesures fiscales cco

La théorie du ruissellement défendue par Emmanuel Macron ne passe pas l’épreuve des faits

Les réformes fiscales de 2018, dont la fin de l'impôt sur la fortune, devaient transformer les baisses de taxes des ménages les plus riches en investissements dans l’économie réelle. Mais un rapport de France Stratégie vient à l'encontre de cette théorie. Dans les faits, les réformes n’ont pas eu...