Publié le 01 mars 2021

ÉCONOMIE

Depuis plusieurs semaines, des nuages de sable radioactifs traversent la France

C’est un effet boomerang. Depuis le 6 février, plusieurs régions françaises ont été traversées par des nuages de sables en provenance du Sahara. Ces poussières de sables sont très légèrement radioactives mais non dangereuses pour la santé. Elles témoignent des essais nucléaires français en Algérie dans les années 60. Un passé qui ressurgit aujourd’hui et qui est toujours l’objet de tension entre les deux pays. 

Lyon Prefecture Sable Sahara
Le 6 février, Lyon a été recouverte de poussières de sable en provenance du Sahara.
Préfecture région Auvergne-Rhône-Alpes

De la neige prenant une couleur ocre, des véhicules recouverts d’une légère couche de sable… Depuis plusieurs semaines, de nombreuses régions françaises sont traversées par des nuages de sable provenant du Sahara. Cela a commencé le 6 février sur une partie du sud et de l’est de la France. Ces vents chargés de sable ont également soufflé ce week-end dans l’ouest du pays et cela devrait continuer selon le météorologiste Guillaume Sénet.

Cette remontée de particules de sable du Sahara "est un phénomène qui se produit assez régulièrement, à condition qu’il y ait un régime de vent du sud assez soutenu", principalement à l’automne ou en hiver, a expliqué à l’AFP Frédéric Nathan, prévisionniste à Météo France. Mais selon l’association pour le contrôle de la radioactivité dans l’ouest (Acro), ces poussières de sable contiennent du césium-137. "Il s’agit d’un radioélément artificiel qui n’est pas présent naturellement dans le sable et qui est un produit issu de la fission nucléaire mise en jeu lors d’une explosion nucléaire", explique l’Acro.

Du césium 137

L’association a prélevé du sable sur toute la surface d’une voiture à l’aide de multiples frottis. Il est retombé 80 000 Bq (becquerel) au km2 de césium-137, une dose très faible et non dangereuse pour la santé. Selon le scientifique Pierre Barbey, après 30 ans, le césium 137 perd la moitié de sa teneur radioactive. "Au bout de 7 cycles de 30 ans, on considère qu’il ne reste que 1 % de substances radioactives", explique à France 3 le spécialiste de la radioprotection à l’Université de Caen. 

Dans cette étude réalisée par l’Acro pour qui Pierre Barbey est bénévole, "il n’était pas question de dire qu’il y a une mise en danger de la population, mais de rappeler ce qu’a fait la France et d’autres pays" en termes d’essais nucléaires. Au Sahara, dans le Sud algérien, "la population vit avec ces traces de césium-137 au quotidien, certains terrains sont toujours fortement contaminés, cela donne une idée de la contamination de l’époque" rappelle-t-il. 

60 ans après, toujours pas de décontamination

Au début des années 60, la France a procédé à des essais nucléaires dans le Sahara algérien (Reggane). De 1957 à 1967, deux bases ont ainsi été installées dans la zone. Le 13 février 1960, l’Hexagone réalise ainsi le plus puissant essai nucléaire jamais réalisé. Baptisée "Gerboise bleue", cette bombe au plutonium est trois à quatre fois plus puissante que celle d’Hiroshima. La France réalisera 16 autres essais dont plusieurs auront lieu en 1966 soit quatre ans après les accords d’Evian qui mettent fin à la guerre d’Algérie. Aujourd’hui encore, le sujet fait l’objet de tension entre les deux pays.

Le 7 février dernier, dans El Djeich, la revue du ministère de la défense, le général Bouzid Boufrioua a ainsi appelé la France à "décontaminer" les sites des essais nucléaires. "Plus de soixante ans sont passés après le premier essai nucléaire en Algérie. La France persiste dans son refus de livrer les cartes révélant la localisation de ses restes nucléaires", a dénoncé ce haut gradé qui appelle à respecter le principe du "pollueur-payeur". 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jadot Rousseau EELV MedhiFedouach AFP

Yannick Jadot face à Sandrine Rousseau : le second tour des Primaires écologistes opposera deux tons de vert

Le premier tour de la Primaire écologiste a désigné Yannick Jadot et Sandrine Rousseau. Le second tour opposera un homme à une femme, un candidat "légitime" face à une candidate "radicale", une écologie de rassemblement contre une écologie de la disruption. Le candidat ou la candidate désigné pour...

Valeurs actuelles sandrine rousseau

[Édito] Écologie contre xénophobie : les médias mènent-ils la danse de l’opinion publique ?

Au vu de la place médiatique prise par les agitateurs d’idées xénophobes comme Éric Zemmour et de l’écolo bashing défendu par Valeurs Actuelles, on pourrait conclure que l’écologie est mal partie pour jouer un rôle de premier plan dans le jeu électoral français. Pourtant les préoccupations...

Rentree mediatique metamorworks

[Édito] Rentrée politique et médiatique : sans tenir compte des chocs climatiques, elle tournera à vide

La présentation des grilles de rentrée des médias audiovisuels met le cap sur les Présidentielles. Commentateurs politiques, spécialistes du microcosme et des petites phrases sont appelés massivement à la mobilisation. En revanche, pas d’experts environnementaux capables de décortiquer les...

IStock @Andrii Yalanskyi

Loi climat : les désaccords entre l’Assemblée nationale et le Sénat discutés en commission

Le projet de loi Climat et résilience est examiné en Commission mixte paritaire le 12 juillet. L'objectif de cette session, qui rassemble sept députés et sept sénateurs, est de trouver un compromis sur un texte commun. Après l’examen des articles par les deux chambres en avril et en juin, des points...