Publié le 14 avril 2021

ÉCONOMIE

Face à l’explosion des inégalités sociales, la tentation de taxer les super-riches

La crise du Covid-19 se fait durement ressentir pour les ménages les plus modestes. Ce sont eux qui ont le plus souffert du confinement en termes de revenus, selon l’Insee, les populations les plus aisées ayant souvent pu télétravailler. Face à cette hausse croissante des inégalités sociales, le FMI recommande aux gouvernements d’augmenter les impôts des plus riches pour investir dans les infrastructures sociales. Une recommandation que l’État de New York semble suivre à la lettre.

Chomage inegalites sociales CCO
Les mesures de chômage partiel a été plus durement ressenti par les ménages les plus modestes.
@CCO

La pandémie de Covid-19 n’a pas affecté tout le monde de la même façon. Les inégalités sociales se sont creusées au gré des confinements et du recours au chômage partiel. À tel point que de plus en plus de voix s’élèvent pour tenter de redistribuer l’argent accumulé par les populations les plus aisées et par les entreprises ayant le plus bénéficié de la crise. En France, une étude de l’Insee publiée début avril vient démontrer les conséquences financières très disparates selon les catégories de population et selon les territoires.

Un quart des Français ont perçu une dégradation de leur situation financière lors du premier confinement. Mais la situation est beaucoup plus tendue pour les 10 % les plus pauvres, qui sont 35 % à avoir ressenti plus durement les effets de la crise. Au contraire, parmi les ménages les plus aisés, seuls 15,5 % ont vu leur budget se réduire. Ce constat établi en France par l’Insee se retrouve également dans tous les autres pays. Le Fonds monétaire international (FMI), dans son rapport d’avril sur les politiques publiques et fiscales, s’en inquiète sur le long terme.

"La pandémie de Covid-19 a exacerbé les inégalités et la pauvreté préexistantes et démontré l’importance des filets de sécurité sociaux", écrivent les auteurs du rapport. "Il a également mis à nu les inégalités d’accès aux services de base (santé, éducation, numérique) qui, à leur tour, peuvent causer des écarts de revenus persistants génération après génération."

Investir dans l'éducation et la santé

Pour le FMI, il appartient aux pouvoirs publics de réagir. L’institution internationale recommande pour cela d’investir plus et mieux dans l’éducation et la santé, de renforcer les filets de sécurité sociaux, mais aussi de recourir à des impôts sur les personnes et entreprises ayant bénéficié de la crise. Dans le cadre de la relance post-Covid, le FMI suggère également de créer des dispositifs de contributions temporaires de la part des hauts revenus et patrimoines.

C’est précisément ce que prévoit de faire l’État de New York, aux États-Unis. Début avril, le gouverneur de l’État Andrew Cuomo et les membres de l’assemblée sont parvenus à un accord sur le budget 2022. Celui-ci prévoit une augmentation du taux d’imposition pour les personnes dont les revenus dépassent le million de dollars et sur les entreprises, qui devrait permettre de lever jusqu’à 4,5 milliards de dollars. Le budget prévoit en parallèle d’augmenter les dépenses publiques en direction des écoles ou encore en faveur des immigrants, avec un objectif clair de réduire les inégalités.

"Et si les ultra-riches payaient ?"

En France, une pétition circule sur les réseaux sociaux lancée par l'association Attac. Elle demande : "Et si les ultra-riches et les multinationales payaient la crise Covid ?" en soulignant l'augmentation des fortunes des Français les plus riches en 2020, chiffrée à 175 milliards d'euros de mars à décembre. L'association exige ainsi une taxe sur les patrimoines des 1 % les plus riches, ainsi qu'une taxe sur les bénéfices exceptionnels réalisés par les multinationales pendant la crise. Sur Twitter, la colère gronde avec le mot clé "100 000 morts pour leurs profits" qui rencontre un fort succès sur le réseau social. 

Pour le ministère de l’Économie et des finances cependant, pas question de hausse d’impôt. Bruno Le Maire a déclaré réfléchir à un autre dispositif, préconisé également par le rapport du FMI, qui consiste à favoriser les donations entre générations. Le ministre français envisage ainsi de défiscaliser les petites donations au sein d’une même famille afin de débloquer une partie de l’épargne accumulée pendant le confinement.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Depuis le début de la crise du Covid-19, les dix plus riches de planète se sont partagés 540 milliards de dollars

Plus de 500 milliards de dollars ! C’est ce qu’ont gagné les dix milliardaires les plus riches de la planète pendant la pandémie, selon le dernier rapport d’Oxfam sur les inégalités. En parallèle, entre 200 et 500 millions de personnes risquent de basculer dans la pauvreté du fait de la...

[Édito] Respect des mesures sanitaires et inégalités, la guerre perdue de l’image

La trêve de Pâques aura été marquée par plusieurs images désastreuses susceptibles de miner l’efficacité des mesures de restriction liées au semi-confinement plus ou moins généralisé. Les images du reportage de M6 sur les très chics et chers diners clandestins à Paris et celles des canons...

Covid-19 : les plus aisés ont rogné sur leurs loisirs, les plus pauvres ont rogné sur leur épargne

Le confinement a eu des effets pervers sur les inégalités sociales. Selon le Conseil d’analyse économique, les plus aisés ont pu épargner près de 50 milliards d’euros supplémentaires, en arrêtant les dépenses superflues. Les moins riches, dont la consommation est concentrée sur les...

Partage de la valeur : des députés veulent réduire les inégalités à la source, dans les entreprises

La pandémie de Covid-19 a aggravé les inégalités économiques et sociales. Si le système français de redistribution fiscale permet habituellement de réduire celles-ci de façon significative, des députés veulent compléter le dispositif en agissant à la source, sur les écarts de rémunérations...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Valeurs actuelles sandrine rousseau

[Édito] Écologie contre xénophobie : les médias mènent-ils la danse de l’opinion publique ?

Au vu de la place médiatique prise par les agitateurs d’idées xénophobes comme Éric Zemmour et de l’écolo bashing défendu par Valeurs Actuelles, on pourrait conclure que l’écologie est mal partie pour jouer un rôle de premier plan dans le jeu électoral français. Pourtant les préoccupations...

Rentree mediatique metamorworks

[Édito] Rentrée politique et médiatique : sans tenir compte des chocs climatiques, elle tournera à vide

La présentation des grilles de rentrée des médias audiovisuels met le cap sur les Présidentielles. Commentateurs politiques, spécialistes du microcosme et des petites phrases sont appelés massivement à la mobilisation. En revanche, pas d’experts environnementaux capables de décortiquer les...

IStock @Andrii Yalanskyi

Loi climat : les désaccords entre l’Assemblée nationale et le Sénat discutés en commission

Le projet de loi Climat et résilience est examiné en Commission mixte paritaire le 12 juillet. L'objectif de cette session, qui rassemble sept députés et sept sénateurs, est de trouver un compromis sur un texte commun. Après l’examen des articles par les deux chambres en avril et en juin, des points...

Jean Castex MArtin Bureau AFP

Climat : Le gouvernement enterre le référendum visant à inscrire la protection de l'environnement dans la Constitution

La protection de l'environnement ne figurera pas dans l'article 1er de la Constitution. Le Premier ministre Jean Castex a en effet annoncé le 6 juillet que le référendum sur cette question n'aurait finalement pas lieu. Alors qu'il est essentiel pour la tenue du plébiscite que l'Assemblée nationale...