Publié le 20 novembre 2020

ÉCONOMIE

Amazon et les géants de la distribution acceptent le report du Black Friday

Les célèbres promotions monstres du Black Friday, une opération en ligne venue des États-Unis, devaient avoir lieu le vendredi 27 novembre. Mais en période de fermeture des petits commerces non-essentiels en raison du confinement, la colère grondait. Le ministre de l’économie a obtenu de repousser l’événement d’une semaine, au 4 décembre. C’est en particulier Amazon, géant du commerce en ligne, qui était visé.

Ecommerce Cybrain
Le Black Friday est reporté du 27 novembre au 4 décembre.
@Cybrain

Ce vendredi, une réunion au ministère de l’Économie avec le géant de l’e-commerce Amazon et des représentants de la grande distribution a acté le report d'une semaine du "Black Friday" . "Nous avons décidé de reporter le 'Black Friday', si cela permet de rouvrir les commerces avant le 1er décembre. Cette année, le 'Black Friday' aura donc lieu le 4 décembre", a déclaré Frédéric Duval, Patron d’Amazon France.

Le géant américain n'est pas le seul à faire cette concession. "Lors d'un échange téléphonique ce matin avec Bruno Le Maire, Alexandre Bompard (PDG de de Carrefour, ndr) a dit qu'afin de favoriser la réouverture des petits commerces, il était d'accord pour suspendre l'opération 'Black Friday' du 27 au 29 novembre", a indiqué Carrefour à l'AFP. Le Président de Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, a pris la parole sur Twitter en expliquant qu’une proposition avait été faite par le gouvernement de "pouvoir ouvrir les magasins le 28 novembre, en contrepartie d'un report des opérations prévues pour le 'Black Friday'".

Une âpre négociation

Pour le dirigeant d’Amazon France, interrogé sur BFM, l’acceptation de ce deal était une question d’intérêt général. "Nous sommes à l'écoute de la société, nous sommes à l'écoute de ce que dit le gouvernement. Et comme d'autres grands distributeurs, nous avons décidé de reporter la date du Black Friday si cela permet d'ouvrir les commerces de proximité, les commerces physiques, avant le 1er décembre", a-t-il expliqué. Un "intérêt général" qui aura quand même demandé tout le poids de Bruno le Maire, ministre de l’Économie, pour faire plier les géants du commerce.

Si c’est un soulagement pour les petits commerçants, la tension reste vive. "Ce report n'est pas une fin en soi et il ne doit surtout pas servir d'alibi à un prolongement de la fermeture des commerces", soulignent plusieurs fédérations professionnelles dont les Commerçants et artisans des métropoles de France (CAMF) ou la Fédération française des associations de commerçants (FFAC. Ceux-ci attendent maintenant que le Président Emmanuel Macron précise quelles seront les mesures de réouvertures des magasins lors de son allocution qui devrait avoir lieu en milieu de semaine prochaine.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Michel Zecler Article 24 DR

Loi de sécurité globale : Après une vidéo de violences policières, l'Exécutif revoit sa copie

L’affaire Michel Zecler, agressé semblerait-il sans raison par plusieurs policiers, émeut fortement la France. La médiatisation de l’histoire de ce producteur de musique a été rendue possible grâce à des caméras de surveillance qui ont filmé toute la scène. La diffusion de cette vidéo intervient...

Vaccin Covid 19 Byjeng

[Édito] Emmanuel Macron renonce au vaccin obligatoire pour ménager une opinion publique devenue sceptique à la science

Pour mettre fin à la pandémie mondiale du Covid-19, il faut que 80 % de la population soit immunisée. Une réalité atteignable en 2021 avec une vaccination massive. Mais le gouvernement prend le risque de retarder un retour à la normale en ne rendant pas cette vaccination obligatoire. Une trop forte...

Europe union europeenne artJazz

L’État de droit, pomme de discorde européenne en pleine négociation budgétaire du plan de relance

Avant la seconde vague de Covid-19, l’heure était à la relance économique et l’Union Européenne avait, pour la première fois, acté le principe d’un plan de 750 milliards d’euros qui doit apporter 40 milliards à la relance verte française. Mais la Pologne et la Hongrie ont bloqué le processus parce...

Elisabeth Borne Conference covid 12 novembre teletravail LudovicMarin AFP Pool

Le gouvernement maintient le confinement en l'état et appelle à un effort "citoyen" sur le télétravail

Comme promis, 15 jours après la mise en place du deuxième confinement, le gouvernement est venu devant les Français faire état de son effet sur l'épidémie de Covid-19. Si les signes sont positifs, il n'y aura pas d'allégement du dispositif alors qu'une hospitalisation due au Covid-19 a lieu toutes...