Publié le 05 septembre 2020

ÉCONOMIE

[À l’origine] Avec son commissariat au Plan, Emmanuel Macron ressuscite un artisan de la modernisation

Le Président de la République a nommé François Bayrou à la tête du Haut-Commissariat au Plan. Cette institution, créée en 1946 à la sortie de la seconde guerre mondiale par le général de Gaulle, est à l'origine de la modernisation de la France et du développement de fleurons industriels. Si aujourd'hui, avec la mondialisation et le libéralisme, le contexte est bien différent, Emmanuel Macron tente de renouer avec l'esprit du Plan et son objectif de penser la France à long terme. 

Commissariat au plan Jean Monnet 1946 STAFF AFP
Le général de Gaulle a nommé Jean Monnet (3e en partant de la droite), un des "pères de l'Europe" à la tête du Commissariat général du Plan en 1946.
@Staff/AFP

C’était en 1946. Au sortir de la Seconde guerre mondiale, l’économie française est au plus mal. Le Commissariat général du Plan de modernisation et d’équipement (CGP), porté par le général de Gaulle, dont il donne la direction à Jean Monnet, futur père de l’Union européenne, doit remplir quatre missions : "accroître la production et les échanges avec le monde", "porter le rendement du travail au niveau de celui des pays où il est le plus élevé", "assurer le plein-emploi de la main-d’œuvre" et "élever le niveau de vie de la population". Les objectifs sont ambitieux et les réponses apportées le sont tout autant. 

Alors que le pays concentre ses efforts sur la relance du charbon, de l’électricité, du ciment, du machinisme agricole, du transport ou encore de l’acier, les plans successifs développent des fleurons industriels comme EDF ou Air France, sur lesquels l’État à une main mise. Période des Trente Glorieuses, la France vit de grandes heures et les innovations industrielles fleurissent.

Renouer avec l'esprit du plan

Dans les années 80, avec le libéralisme et la mondialisation, l’efficacité des plans s’essouffle jusqu’à ce que le plan en lui-même soit supprimé en 2005. "Cela a été remis en cause précisément à partir de 1993, quand Édouard Balladur était Premier ministre, car on entrait dans une situation où le libéralisme imposait d'avoir des politiques économiques et industrielles à plus court terme", souligne auprès du Parisien Luc Rouban, chercheur au Cevipof et directeur de recherches au CNRS.

Si aujourd’hui, dans un contexte où l’État n’a plus la même emprise sur l’économie qu’au sortir de la Seconde mondiale, il semble impossible pour Emmanuel Macron de rejouer la partition du Général De Gaulle, le chef de l’État semble vouloir renouer avec l’esprit du plan. Son Premier ministre, Jean Castex, a ainsi déclaré : "On m’a présenté comme gaulliste social, je pense qu’il faut rééclairer l’action publique d’une vision de long terme". Le plan de relance de 100 milliards d’euros que vient de dévoiler le gouvernement semble s’inscrire dans cette tendance.

Mais en choisissant François Bayrou à la tête du Haut-Commissariat au Plan et à la prospective, Emmanuel Macron pourrait, dès sa renaissance, affaiblir cette institution. Le président du Modem est en effet mis en examen dans l’affaire des assistants du parti centriste, il avait d’ailleurs, pour cette raison, démissionné de son poste de Ministre de la Justice en 2017.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Michel Zecler Article 24 DR

Loi de sécurité globale : Après une vidéo de violences policières, l'Exécutif revoit sa copie

L’affaire Michel Zecler, agressé semblerait-il sans raison par plusieurs policiers, émeut fortement la France. La médiatisation de l’histoire de ce producteur de musique a été rendue possible grâce à des caméras de surveillance qui ont filmé toute la scène. La diffusion de cette vidéo intervient...

Vaccin Covid 19 Byjeng

[Édito] Emmanuel Macron renonce au vaccin obligatoire pour ménager une opinion publique devenue sceptique à la science

Pour mettre fin à la pandémie mondiale du Covid-19, il faut que 80 % de la population soit immunisée. Une réalité atteignable en 2021 avec une vaccination massive. Mais le gouvernement prend le risque de retarder un retour à la normale en ne rendant pas cette vaccination obligatoire. Une trop forte...

Europe union europeenne artJazz

L’État de droit, pomme de discorde européenne en pleine négociation budgétaire du plan de relance

Avant la seconde vague de Covid-19, l’heure était à la relance économique et l’Union Européenne avait, pour la première fois, acté le principe d’un plan de 750 milliards d’euros qui doit apporter 40 milliards à la relance verte française. Mais la Pologne et la Hongrie ont bloqué le processus parce...

Elisabeth Borne Conference covid 12 novembre teletravail LudovicMarin AFP Pool

Le gouvernement maintient le confinement en l'état et appelle à un effort "citoyen" sur le télétravail

Comme promis, 15 jours après la mise en place du deuxième confinement, le gouvernement est venu devant les Français faire état de son effet sur l'épidémie de Covid-19. Si les signes sont positifs, il n'y aura pas d'allégement du dispositif alors qu'une hospitalisation due au Covid-19 a lieu toutes...