Publié le 31 mars 2017

Présidentielle 2017

500 propositions pour une France solidaire portées par les citoyens

Lutte contre la fraude fiscale des multinationales, salaire décent, urgence climatique… Plus de 110 associations ont lancé le 23 mars un Appel des solidarités. 500 propositions pour une "politique réellement solidaire" sont sur la table. Et avec elles l’espoir de faire émerger les priorités d’une "majorité silencieuse".

Plus de 110 associations ont lancé le 23 mars un Appel des solidarités. Parmi les signataires, Nicolas Hulot, Thierry Kuhn (Emmaüs France) et Pascal Canfin (WWF).
Bertrand Guay / AFP

Depuis le 23 mars, Nicolas Hulot fait la tournée des médias. Le bras et le doigt levés, il répond présent. À quoi ? À l’Appel des solidarités qu’il vient de lancer avec plus de 110 associations. 

Le but ? Remettre de l’ordre dans les priorités politiques. À commencer par "la lutte contre les inégalités sous toutes leurs formes, contre la fraude et l’évasion fiscale et contre l’impunité des banques, des politiques, des multinationales"

Concrètement, les associations proposent 500 solutions. Autant de "briques manquantes pour avoir une politique réellement solidaire", estime Denis Voisin, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot. 

Réseau Action Climat propose ainsi de financer la rénovation des logements pour faire "disparaître les passoires énergétiques". La Fédération des acteurs de la solidarité de "fusionner les minima sociaux et attribuer automatiquement un revenu minimum de 850 euros par mois". Les Jours Heureux, de limiter la plus haute rémunération dans une entreprise à 20 fois la rémunération la plus basse. 

 

Convergence des solutions

 

Ces thèmes, oubliés d’une campagne présidentielle centrée sur les affaires judiciaires de certains candidats, sont prioritaires, estiment les ONG. En créant un mouvement d’une ampleur inédite, elles veulent qu’ils deviennent incontournables.

"Il s’agit d’unir les voix, de créer l’unisson pour dépasser le brouhaha de la présidentielle », expliquent les organisateurs. Une nouvelle stratégie, après le Pacte écologique proposé par Nicolas Hulot en 2007 et sa candidature à l’élection présidentielle en 2012.

"Nous nous sommes rendus compte que nos combats, nos sujets, étaient tous reliés", explique la Fondation Nicolas Hulot. "Les solutions que nous proposons sont souvent communes car elles remettent en question les solutions économiques, fiscales… qui nous sont proposées".

 

Représenter une majorité invisible 

 

Au-delà de l’élection présidentielle, il s’agit de redonner le pouvoir aux citoyens. "On peut faire de la politique autrement. Être citoyen ce n’est pas seulement voter tous les cinq ans. La société civile doit fixer un cadre au gouvernement et lui rappeler régulièrement ses engagements", estime Denis Voisin.

Pour la première fois, ce mouvement de solidarité s’adresse davantage aux citoyens qu’aux candidats à l’élection présidentielle. "On considère que des milliers de voix averties valent plus que quelques promesses."

Les associations espèrent ainsi représenter, coordonner et surtout "rendre visible cette majorité silencieuse solidaire, pour pouvoir peser ensuite et imposer les conditions du changement"

En moins d’une semaine, plus de 137 500 personnes ont répondu présent. "La dynamique est lancée, c’est un mouvement de fond sur lequel il va falloir compter", prévient Denis Voisin. 

Marina Fabre
© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles