Scope 3

Le scope 3 est l'un des trois niveaux d'émissions de gaz établis dans le GHG Protocol (Green House Gas Protocol). C’est un protocole concernant les gaz à effet de serre, qui a été lancé en 2001 par le WBCSD (World Business Council for Sustainable Development) et le WRI (World Ressources Institute). Son développement s’est effectué en partenariat avec un ensemble d'acteurs internationaux, tels que les gouvernements, ONG et entreprises.

Ce protocole a pour but d’harmoniser la lutte contre le changement climatique à l’échelle mondiale. Il sert à quantifier l'ensemble des impacts générés par la production et la consommation d'un produit. Il est divisé en 3 niveaux qui correspondent à des périmètres d’émission :

  • Le niveau 1 (ou scope 1) correspond aux émissions directes résultant de la combustion d’énergies fossiles, telles que le gaz, pétrole, le charbon, etc.
  • Le niveau 2 (ou scope 2) est relatif aux émissions indirectes liées à la consommation de l'électricité, de la chaleur ou de la vapeur nécessaire à la fabrication du produit.
  • Le niveau 3 (ou scope 3) correspond aux autres émissions indirectes, telles que l'extraction de matériaux achetés par l'entreprise pour la réalisation du produit ou les émissions liées au transport des salariés et des clients venant acheter le produit. C’est la part la plus importante d’émissions d’une entreprise.

Alors qu'il devait être pris en compte dans le projet de bilan des émissions de gaz à effet de serre des entreprises, et bien qu’il soit considéré comme « opérationnel » par les entreprises l’ayant testé, le scope 3 n'a finalement pas été retenu.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

58 entreprises mondiales, dont Apple et Société Générale, réduisent les émissions de CO2 de leur chaîne d'approvisionnement

Elles sont désormais deux fois plus qu'il y a un an à prendre en compte leurs émissions indirectes de CO2 sur l'ensemble de leur chaîne de valeur, sous-traitants compris. Apple, Honda, Microsoft, Société générale ou encore Sodexo figurent parmi ce classement réalisé par le CDP.

Les cinq commandements des acteurs du tourisme durable

Alors que 2017 a été consacré année internationale du Tourisme durable par l'ONU, les acteurs français du secteur tenaient leur université à Clermont-Ferrand. Il en ressort une prise de conscience de la responsabilité du secteur sur le changement climatique et le risque qu'il fait peser...

Climat : les entreprises françaises doivent aller plus loin

Si la quasi-totalité du CAC40 joue le jeu de la transparence en divulguant ses émissions de CO2 au CDP (ex-Carbon Disclosure Project), les entreprises françaises manquent toutefois de vision à long terme sur le climat. Résultat, elles ne sont pas en en ligne avec l’Accord de Paris. Un...