Désinvestissement

Dans le domaine de l'économie et de la finance, le désinvestissement correspond à une situation où un investisseur, aussi bien public que privé, décide de réduire ou d'annuler ses investissements antérieurs en vendant des actifs corporels, financiers ou immatériels.

On recense trois principales causes de désinvestissement : le désendettement, une amélioration de la rentabilité ou une démarche d'investissement durable et responsable. Généralement, le désinvestissement s'accompagne d'un réinvestissement sur un nouveau support de placement, sauf en cas de désendettement.

Une entreprise peut, par exemple, retirer des actifs de son portefeuille d'actions lorsqu'elle décide de prendre en compte des critères ESG dans ses placements, dans le cadre de l'ISR (Investissement Socialement Responsable) ou plus largement d’un investissement responsable.

Le désinvestissement concerne des fonds de pension, des compagnies d’assurances, des entreprises, des associations philanthropiques et fondation d’entreprises, des institutions (universités, Église…).

Depuis quelques années, on parle beaucoup de désinvestissement dans les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) dans le but d’agir contre le changement climatique. Un mouvement né dans les universités américaines et qui est aujourd’hui porté par des ONG internationales comme 350.org. Celle-ci incite les investisseurs à se débarrasser de leurs actifs qui financent les énergies fossiles et les encouragent à réinvestir dans les énergies renouvelables et les énergies vertes. 

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

[Décryptage] La star de la COP23, c’est le charbon

Les deux semaines de la COP23 devaient être consacrées au cas des états insulaires menacés par la montée des eaux. Mais l’attention médiatique a été consacrée au cas des Américains, qui ont annoncé en juin dernier leur sortie de l’Accord de Paris, et indirectement à leur promotion du...

COP23 : Les banques ont accru leurs financements aux sables bitumineux en 2017

Sur les 9 premiers mois de l’année, les banques ont accru leurs financements de 50 % pour l’exploitation des sables bitumineux par rapport à 2016. Les ONG appellent à suivre l’exemple de BNP Paribas qui a annoncé le désinvestissement complet des énergies fossiles non conventionnelles.

Les institutions catholiques accélèrent leur désinvestissement des énergies fossiles

Une coalition de 40 institutions catholiques à travers le monde, comprenant des banques et des organismes de microfinance, a décidé de désinvestir du charbon, du gaz et du pétrole. Il s’agit du plus grand désinvestissement jamais réalisé par des institutions religieuses. Celles-ci sont...